Switzerland

Stade Nyonnais veut toujours faire valoir ses droits

Stade Nyonnais ne lâche rien. Comme leurs joueurs lors d’une remarquable première partie de championnat de Promotion League (3es avec une collecte de 30 points en 17 matches), les dirigeants nyonnais continuent de se battre pour faire valoir leurs droits.

Pour rappel, leur entraîneur, Ricardo Dionisio, avait quitté son poste de façon abrupte, le 31 décembre dernier, pour devenir l’entraîneur du FC Sion. Malgré un contrat valable jusqu’au 30 juin 2021. «Nous avons mandaté un avocat qui s’occupe de défendre nos intérêts, explique Varujan Symonov, le directeur général nyonnais. Pour le reste, je sais juste qu’il a alerté l’ASF et la justice civile.»

«Quel message lance-t-on?»

Même si, avec Anthony Braizat, il a déjà trouvé un successeur à Ricardo Dionisio pour coacher l’équipe jusqu’au terme de la saison, Varujan Symonov ne peut pas accepter qu’un entraîneur puisse rompre unilatéralement un contrat sans conséquences. «Quel message lance-t-on aux clubs et aux entraîneurs si cette façon de faire est tolérée? Et à quoi cela sert-il alors de signer des contrats de moyenne durée avec des techniciens? Même si peu de gens pensent que nous avons une chance d’obtenir réparation (ndlr: le droit ne plaide pas en faveur du Stade Nyonnais), nous allons continuer à nous battre pour être entendus. Avec, d’après notre avocat, une bonne possibilité d’arriver à nos fins.»

Des soucis qui n’empêcheront pas Anthony Braizat et le Stade Nyonnais de commencer leur préparation pour le second tour ce lundi. Le coach français aura à sa disposition un groupe qui ressemblera beaucoup à celui que Ricardo Dionisio a réussi à placer sur le podium. «Aucune arrivée n’est prévue, conclut Varujan Symonov. Seuls quelques jeunes joueurs qui n’ont pas eu beaucoup de temps de jeu ces derniers mois pourraient rejoindre notre 2e équipe, ou s’en aller en prêt ailleurs.»

André Boschetti