logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Sion et Xamax se guettent pour mieux se séparer

Joël Magnin et Ricardo Dionisio ont tous les deux montré patte blanche en fin de semaine. L'entraîneur de Neuchâtel Xamax a avoué s'être rendu au Stade de Suisse samedi dernier pour y observer le FC Sion, tandis que son homologue valaisan n'a pas trop eu le choix, sachant qu'il a été filmé dimanche par les caméras de la RTS en train de discuter dans une tribune de la Maladière, alors que Xamax recevait Lucerne. Bref, entre rivaux, alors qu'approche un derby très attendu (samedi soir à Tourbillon), on scrute les moindres détails qui pourraient faire pencher la balance.

Ce que chacun a pu retirer de sa petite séance «d'espionnage»? «Se rendre au stade permet d'apercevoir certains choses qui n'apparaissent pas à la vidéo. Alors quand j'ai l'occasion de faire un déplacement, je n'hésite pas», glisse sans trop en dire Ricardo Dionisio, qui n'est de toute façon pas du genre à livrer ses analyses et ses observations au premier venu. Joël Magnin non plus, d'ailleurs. Mais le technicien neuchâtelois admet tout de même avoir été assez impressionné par l'entrée en matière de son futur adversaire sur le synthétique de la capitale.

À ce titre, le début de rencontre entre, d'une part, des Sédunois qui ont encaissé leur quatre buts concédé depuis la reprise dans les dix premières minutes et, de l'autre, des Xamaxiens qui s'étaient fait transpercer dès la 14e seconde contre Servette il y a trois semaines pourrait bien valoir son pesant de cacahuètes. Ce d'autant plus que les patrons défensifs de chaque formation seront absents à l'occasion de ce troisième derby de la saison (1-1 le 15 décembre dernier à Tourbillon, victoire valaisanne (1-3) trois mois plus tôt à la Maladière). Johan Djourou se trouve au repos forcé depuis son pépin physique survenu le week-end dernier, tandis que Marcis Oss est toujours et encore embêté par une douleur musculaire à une cuisse. «Et il s'agit d'un joueur trop important pour qu'on prenne le risque de l'aligner», explique Joël Magnin.

Même pas à ses joueurs

Si la ligne défensive rouge et noire ne devrait donc comporter aucune surprise (le jeune latéral arrivé de l'AC Milan Leroy Abanda sera à disposition de son coach, mais ne débutera pas la partie), un vrai point d'interrogation recouvre la composition de l'arrière-garde du FC Sion. Là encore, il ne faut pas compter sur Ricardo Dionisio pour en savoir plus. Depuis son arrivée en Valais, le Portugais a mis en place la tradition de ne rien révéler de son onze de base avant la dernière heure qui précède la rencontre. Et ce pas même à ses joueurs.

«Ils sont intelligents, ils voient bien comment on travaille la semaine, dans quel groupe ils sont placés. Quelque part, on peut dire que je leur laisse des indices, sourit l'ancien du Stade Nyonnais. Mais rien de plus. Ça permet de concerner tout le monde jusqu'au tout dernier moment.» Avec le retour de suspension du capitaine Xavier Kouassi, l'entraîneur sédunois possède une option de plus que lors des 75 dernières minutes contre Young Boys, après la blessure de Johan Djourou. Reste à savoir si l'Ivoirien continuera de «dépanner» en charnière centrale ou s'il retrouvera sa place à mi-terrain, sachant que la paire Bamert-Abdellaoui s'est plutôt bien comportée contre le double champion en titre.

Quoi qu'il en soit, Neuchâtelois et Valaisans ont égaré trop de points depuis le début de l'année pour que ce derby ne revêt pas une importance capitale. Ou comme le résume Joël Magnin: «Bien jouer ne rapporte aucun point au classement. Maintenant, on doit être réalistes.»

Themes
ICO