logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Nouvel assaut pour abolir l’autoroute de la Maladière

Les adeptes d’une mobilité plus douce en rêvent. Les automobilistes un peu moins. L’idée de transformer l’autoroute de la Maladière, entre Écublens et Lausanne-Sud, en boulevard urbain tente un retour en force. La section vaudoise de l’Association Transport Environnement (ATE Vaud) a déposé mardi une interpellation au Conseil communal de Lausanne demandant à la municipalité de livrer l’état de ses réflexions en la matière. «C’est une idée qui est évaluée au niveau politique depuis trente ans. Cela montre qu’elle a son importance», défend David Raedler, président de l’ATE Vaud et conseiller communal vert. Il annonce le dépôt de textes similaires auprès d’autres assemblées communales dans l’Ouest lausannois, ainsi qu’au Grand Conseil.

Le moment choisi pour défendre une alternative à l’autoroute sur ce tronçon ne doit rien au hasard. La Confédération a en effet mis à l’enquête fin 2018 un vaste projet qui vise au contraire à renforcer le réseau autoroutier dans l’Ouest lausannois, avec notamment la construction d’une nouvelle jonction à Chavannes-près-Renens. «C’est le moment où jamais pour en parler», estime ainsi David Raedler. Il n’est d’ailleurs pas le seul à défendre l’idée. En juin dernier, une pétition dotée de 1100 signatures avait été adressée au Conseil d’État par une association citoyenne chavannoise.

«C’est une idée qui est évaluée au niveau politique depuis trente ans. Cela montre qu’elle a son importance»

David Raedler, président de l’ATE Vaud

Par la même occasion, l’ATE Vaud annonce l’organisation d’une table ronde, le 25 février à l’Université de Lausanne. Elle rassemblera des interlocuteurs de poids, puisque Jürg Röthlisberger, directeur de l’Office fédéral des routes (OFROU), et la conseillère d’État Nuria Gorrite seront de la partie. «Nous ne pensions pas que tous ces intervenants accepteraient notre invitation», admet David Raedler.

L’OFROU étonne en tout cas par sa présence à un débat sur une alternative assez radicale au projet de renforcement de l’autoroute que porte la Confédération. Pour rappel, les communes de Chavannes-près-Renens, Échandens, Crissier, Écublens, Saint-Sulpice, Lausanne et Renens ont déposé des oppositions demandant des adaptations du projet. Des discussions avec l’OFROU sont en cours.

Themes
ICO