Switzerland

Malgré la décrue, les Italiens doivent tenir et rester chez eux

Si les enfants ne sont, en général, pas atteints par le coronavirus, ils sont devenus en Italie les otages de la politique. Le bras de fer sur les têtes blondes a éclaté avec l’émission d’une ordonnance du Ministère de l’intérieur leur concédant un droit de sortie. Pas question pour autant de leur laisser rejoindre leurs copains dans un parc ou de se promener en famille dans une forêt. Le texte n’autorisait qu’à un seul des parents de sortir avec un seul enfant, sans vélo ni trottinette, pour moins d’une heure, à proximité du domicile familial et à condition de conserver 1 mètre de distanciation. Après pratiquement un mois de confinement total dans les appartements, cet aménagement avait été jugé nécessaire par le ministre de la Famille pour l’équilibre psychologique des enfants.

«Folie irresponsable»

C’était sans compter la réaction des gouverneurs de plusieurs régions et les maires de grandes villes, qui ont dénoncé une décision «folle et irresponsable». «Les Italiens vont croire que le danger est passé, a déclaré le gouverneur de la Lombardie. C’est une énorme erreur psychologique. Pour nous, rien n’a changé. Les enfants doivent rester à la maison!» Une question, toujours pas tranchée, qui divise la société autant que la politique. Les internautes se partagent entre intégristes du confinement et ceux qui dénoncent l’hystérie de la chasse aux présumés responsables de la contagion, hier les joggeurs et aujourd’hui les enfants, alors que des entreprises sont encore ouvertes.

Une confusion qui traduit le moment crucial de l’épidémie que traverse l’Italie. Malgré le tragique bilan de plus de 800 morts par jour, la croissance du nombre de contaminés est passée en dix jours de 14 à 4%. Toutefois, davantage que les contagions, dont le comptage est aléatoire, l’indicateur le plus encourageant est la baisse de patients dans les lits de thérapie intensive. Compte tenu de l’augmentation des guérisons, les experts estiment que la contagion a atteint son pic, que l’indice du facteur R0, qui indique le nombre de nouvelles personnes contaminées par chaque porteur du virus, s’approche de 1, alors qu’il était de 3 au début de l’épidémie. À R1, l’épidémie se stabilise puis perd de son intensité. Dans les prochains jours, le nombre de malades va commencer à décroître.

La péninsule entre donc dans la phase II de l’épidémie, celle de la décroissance, la plus difficile à gérer. 13155 morts, des régions entières sinistrées et vingt-neuf jours de confinement ont psychologiquement épuisé les Transalpins. Le lockdown coûte 100 milliards d’euros de PIB par mois et des centaines de milliers d’entreprises sont au bord de la faillite. Les services sociaux et les ONG fournissent des paniers de nourriture aux nouveaux pauvres du coronavirus, notamment à ceux qui travaillaient au noir et ne peuvent bénéficier des aides prévues pour les chômeurs. Le ministère redoute des troubles sociaux. «Les Italiens ne doivent mourir ni du virus… ni de la faim», a déclaré Matteo Renzi en demandant la réouverture de certaines filières productives.

La peur de Pâques

Mais les responsables de la Protection civile redoutent qu’un allègement du confinement ne ruine les efforts consentis et fasse repartir la croissance du virus. Le lockdown a donc été prolongé jusqu’au 13 avril. Les autorités appréhendent Pâques, une fête où traditionnellement les Italiens se déplacent pour se retrouver en famille. Elles veulent éviter qu’un nouvel exode, comme celui qui avait suivi l’annonce du couvre-feu général, ne propage le Codiv-19 dans les régions jusque-là épargnées.

Ensuite, il faudra élargir les mailles du filet. Certaines filières, non essentielles à la vie quotidienne mais fondamentales pour la survie économique du «made in Italy» – mécanique, chimie, aérospatiale, céramique – seront réactivées, du moins dans les régions où le virus ne circule pas trop. Les magasins, en limitant le nombre de clients, pourront rouvrir. Des experts proposent de soumettre toute la population à des tests pour libérer du confinement les personnes qui ont contracté le virus sous une forme légère et ne risquent plus de le véhiculer. Mais la logistique d’une telle opération semble hors de portée d’un système sanitaire à bout de souffle. Les personnes âgées devront rester protégées. Les transports en commun devront maintenir une distance de 1 mètre entre les passagers. Bars, restaurants, théâtres et cinémas devront attendre des jours meilleurs.

En espérant que le virus ne vienne pas ruiner ce début de résilience. D’ici là, le mot d’ordre reste le même. Il faut tenir… et rester à la maison.

Football news:

Mainz-Torwart Müller über das 0:5 gegen Leipzig: Muss froh sein, dass die Rechnung nicht zweistellig ist
Gebete von Cordoba und Zanetti, Trolling Materazzi, die Größe von Sneijder und Eto ' O. vor Zehn Jahren machte Inter trebl
Die Brüder Miranchuk und jikiya kauften Ausrüstung für die Krankenhäuser von Dagestan
Berg über die Zukunft: ich mag Krasnodar. Ich kann der Mannschaft helfen
Der Präsident von Lyon über das Ende der Liga-1-Saison vor dem hintergrund des Neustarts von La Liga: Wir sind wirklich dumm
Die Spieler der Serie A gegen den Auftakt der Spiele um 16.30 Uhr im Juni und Juli wegen der Hitze
Aliyev über Dynamo Kiew im UEFA-Pokal-2009: Nicht ins Finale wegen eines Fehlers von Semin. Er hat Banguru vom Feld genommen