logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Le président fait un pas vers l'opposition

Le président Salva Kiir a annoncé samedi sa décision de revenir à un système fédéral de dix Etats au Soudan du Sud, une demande clé de l'opposition. Il a ainsi ouvert la voie à la formation d'un gouvernement d'union nationale et à la fin d'une guerre civile meurtrière.

«Nous venons de faire un compromis dans l'intérêt de la paix [...] J'attends de l'opposition qu'elle en fasse de même», a déclaré le président Kiir à l'issue d'une réunion à Juba de hauts responsables du gouvernement et de l'armée.

Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar sont sous pression pour résoudre leurs différends d'ici à la date butoir du 22 février fixée pour former un gouvernement d'union dans le cadre d'un accord de paix. Le nombre d'États régionaux ainsi que le tracé de leurs frontières étaient la principale pierre d'achoppement des négociations en vue de la formation de ce gouvernement. A deux reprises déjà, Salva Riek et Riek Machar ont échoué à respecter la date butoir.

Décision «nécessaire»

Lorsqu'il a obtenu son indépendance du Soudan en 2011, le Soudan du Sud comptait dix Etats, conformément à sa constitution. Le président Kiir avait porté leur nombre à 28 en 2015 puis ultérieurement à 32, une mesure largement vue comme un moyen d'augmenter le nombre de ses alliés placés à des postes à responsabilités.

«Cette décision n'est peut-être pas le meilleur choix pour notre peuple, mais, pour la paix et l'unité du pays, la présidence la considère comme nécessaire», a déclaré le gouvernement dans un communiqué.

La question des Etats sera finalisée une fois le gouvernement formé, selon le communiqué de la présidence. Outre dix Etats, existeront trois «zones administratives»: Ruweng, Pibor et Abyei, une région frontalière revendiquée par le Soudan voisin.

Salva Kiir et Riek Machar sont des rivaux de longue date. Ils se sont combattus puis réconciliés à de multiples reprises.

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile en 2013, lorsque Salva Kiir, un Dinka, a accusé Riek Machar, son ex-vice-président, membre de l'ethnie nuer, de fomenter un coup d'État. La signature d'un accord de paix en septembre 2018 a permis de réduire les combats. La guerre civile a fait depuis 2013 plus de 380'000 morts et provoqué une crise humanitaire catastrophique. (ats/nxp)

Themes
ICO