Switzerland

Financement des partis politiques: Un contre-projet à l’initiative sur la transparence est nécessaire

Le National a accepté mercredi, par 115 voix contre 70, d’entrer en matière sur un contre-projet indirect à l’initiative sur la transparence.

Les députés en session à Berne

Les députés en session à Berne

KEYSTONE/Alessandro della Valle 

Le financement des partis politiques et des comités de campagne de votation doit être plus transparent. Après une cure d’amincissement, le texte avait échoué une première fois au National. Les députés avaient notamment refusé que les dons versés aux partis soient déclarés. Sans cette disposition, la loi revenait à une coquille vide, avaient dénoncé des conseillers nationaux de tous bords.

Le Conseil des Etats avait repêché le texte et s’était même montré plus exigeant. La Chambre du peuple a finalement accepté de débattre sur le contre-projet indirect. L’UDC, rejointe par quelques orateurs de droite, s’est opposée.

Fin du «règne de l’opacit黫Le texte ne sert qu’à se donner bonne conscience», a dénoncé Michaël Buffat (UDC/VD). «Il ne permettra nullement d’améliorer la transparence pour la population.» La transparence est impossible à atteindre, car il y a de nombreuses manières de la contourner.

A la place, le projet imposera une «immense bureaucratie» à l’administration et aux partis, dont les élus travaillent à côté de leur mandat, a-t-il poursuivi. «Notre système de milice serait mis en danger», a ajouté Martina Bircher (UDC/AG).

«Le règne de l’opacité a assez duré», a contré Ada Marra (PS/VD). «Il faut de la clarté», a abondé Michel Matter (PVL/GE). «Il est temps d’avoir des actes».

Andri Silberschmidt (PLR/ZH) a également appelé à plus de transparence. Il a toutefois rappelé que le système ne sera pas parfait. Ceux qui veulent une transparence totale pourront le faire. Le projet permettra en tout cas de créer plus de transparence pour les dons importants.

Sénateurs au coeur des débatsLes débats se poursuivent. Ils devraient se concentrer sur plusieurs points, notamment l’assujettissement des sénateurs à la transparence ou encore les montants des dons à déclarer.

Deux minorités souhaitent abaisser la limite à 10'000 francs, respectivement 15'000 francs, pour les dons aux partis. Le contre-projet, revu par le Conseil des Etats, fixe désormais la barre à 25'000 francs pour les partis et 50'000 francs pour les campagnes.

Le financement des partis politiques et des comités de campagne de votation doit être plus transparent. Le National a accepté mercredi, par 115 voix contre 70, d’entrer en matière sur un contre-projet indirect à l’initiative sur la transparence.

Après une cure d’amincissement, le texte avait échoué une première fois au National. Les députés avaient notamment refusé que les dons versés aux partis soient déclarés. Sans cette disposition, la loi revenait à une coquille vide, avaient dénoncé des conseillers nationaux de tous bords.

Le Conseil des Etats avait repêché le texte et s’était même montré plus exigeant. La Chambre du peuple a finalement accepté de débattre sur le contre-projet indirect. L’UDC, rejointe par quelques orateurs de droite, s’est opposée.

Fin du «règne de l’opacité»

«Le texte ne sert qu’à se donner bonne conscience», a dénoncé Michaël Buffat (UDC/VD). «Il ne permettra nullement d’améliorer la transparence pour la population.» La transparence est impossible à atteindre, car il y a de nombreuses manières de la contourner.

A la place, le projet imposera une «immense bureaucratie» à l’administration et aux partis, dont les élus travaillent à côté de leur mandat, a-t-il poursuivi. «Notre système de milice serait mis en danger», a ajouté Martina Bircher (UDC/AG).

«Le règne de l’opacité a assez duré», a contré Ada Marra (PS/VD). «Il faut de la clarté», a abondé Michel Matter (PVL/GE). «Il est temps d’avoir des actes».

Andri Silberschmidt (PLR/ZH) a également appelé à plus de transparence. Il a toutefois rappelé que le système ne sera pas parfait. Ceux qui veulent une transparence totale pourront le faire. Le projet permettra en tout cas de créer plus de transparence pour les dons importants.

Sénateurs au coeur des débats

Les débats se poursuivent. Ils devraient se concentrer sur plusieurs points, notamment l’assujettissement des sénateurs à la transparence ou encore les montants des dons à déclarer.

Deux minorités souhaitent abaisser la limite à 10'000 francs, respectivement 15'000 francs, pour les dons aux partis. Le contre-projet, revu par le Conseil des Etats, fixe désormais la barre à 25'000 francs pour les partis et 50'000 francs pour les campagnes.

ATS/ats

Football news:

Real wird Vinicius, Valverde, Edegaard und Rodrigo im Sommer nicht verkaufen. Sie gelten als Schlüsselspieler für die Zukunft des Klubs
Arteta über die knieverletzten Arsenal-Spieler: Sie hatten dafür Gründe. Ich denke, das ist die richtige Geste
Pogba über Mourinho: Sulscher kann die Spieler nicht in den Kader stellen, aber er wird sie nicht wegschieben, als gäbe es sie nicht. Das ist der Unterschied zwischen den Trainern Jose Mourinho und Ole-Gunnar Sulscher, der Mittelfeldspieler von Manchester United, Paul Pogba
Saka, Jacko, Huan-Bissaka und Gérard Moreno beanspruchen den Titel des Spielers der Woche in der Europa League
Real und Modric haben sich auf eine Vertragsverlängerung um ein Jahr geeinigt. Mittelfeldspieler Luka Modric wird eine weitere Saison bei Real Madrid verbringen. Die Parteien hätten sich auf eine Vertragsverlängerung bis Sommer 2022 geeinigt, teilte die As mit. Der 35-Jährige stimmte der vorgeschlagenen cremigen Lohnsenkung zu
Roma hat zum ersten Mal seit 1991 das Halbfinale des UEFA-Pokals/der UEFA Europa League erreicht
Kontrast vor dem Abpfiff in Prag: Slavias Spieler reihen sich vor dem Knie