Switzerland

Des résidus de chlorothalonil dans l’eau d’Yverdon

De premières analyses révèlent des résidus du fameux fongicide dans le lac et dans les sources de la deuxième ville du canton. Elle devra revoir sa stratégie.

Le chlorothalonil est utilisé dans la culture des céréales, des légumes et de la vigne depuis une cinquantaine d'années.

Le chlorothalonil est utilisé dans la culture des céréales, des légumes et de la vigne depuis une cinquantaine d'années.

Keystone

Il fallait s’y attendre. Après Lavaux, la Broye, le lac de Neuchâtel et des sources lausannoises du Plateau, c’est au tour de la région d’Yverdon d’annoncer ses résultats. Des résidus de chlorothalonil, fongicide utilisé durant des décennies dans l’agriculture et interdit en Suisse depuis le 1er janvier, sont présents dans les eaux potables du réseau de la deuxième ville du canton.

Une petite source proche de la Menthue a été coupée séance tenante. D’autres, situées sur de petites communes de la région, fermées ou sur la sellette après avoir livré des résultats plusieurs fois supérieurs aux normes, fixées fin 2019 par la Confédération. Mais au niveau d’Yverdon c’est désormais surtout la source principale de la ville qui va être scrutée de près. Celle du Cossaux, près de Chamblon, qui frise avec la norme avec quelques dixièmes de microgrammes par litre, parfois en dessus, parfois en dessous.

«Nous avons lancé une première campagne en avril, dès réception des analyses mandatées par le Canton, résume le municipal des Énergies, Pierre Dessemontet. Avant, ce ne sont pas des substances qui étaient spécifiquement recherchées. Trois campagnes de mesures ont été lancées sur notre réseau, mais elles donnent des variations et certains résultats nous étonnent. Une quatrième est en cours.»

Des sources aux fontaines

Les mesures, effectuées par le laboratoire de la Ville de Lausanne, ont révélé des résidus dans la Thièle, dans le lac (où Yverdon puise également parfois de l’eau), dans des eaux souterraines ainsi que dans des mélanges et dans des fontaines. En substance, simplement une confirmation de plus que les résidus, dont la substance mère a été classée potentiellement cancérigènes par l’Union européenne, sont partout.

C’est grave? «Non», martèle Yverdon, renvoyant aux communications de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire ainsi qu’à l’Institut fédéral des sciences et technologies de l’eau (EAWAG), pour qui les limites légales et des doses infimes ne représentent pour l’heure pas de danger. L’eau du robinet reste potable.

Pas question en revanche de continuer à utiliser la source d’eau principale de la Ville si elle se révèle bel et bien en dessus de la norme de 0,1 µg/l. Yverdon devra soit assurer un mélange avec d’autres sources afin de diluer son or bleu, soit trouver d’autres solutions. Et c’est bel et bien ce qui semble se dessiner.

«Il faut avoir une stratégie globale, non seulement pour le chlorothalonil mais aussi pour toutes les autres substances potentielles qui pourront suivre, poursuit Pierre Dessemontet. C’est un argument de plus pour interconnecter les réseaux régionaux à des sources propres, pour étudier des méthodes de filtrage, certes coûteuses mais mutualisables, voire trouver d’autres ressources inutilisées dans la région.»

Football news:

Werder 2000 – Liebe und Freude. Trainierte den bescheidenen Schaaf, erzielte Ailton und Klose, Diego wollte jeden Topklub
Harry rednapp: Tottenham hat eine Million Meilen zurückgelegt
Barcelona bietet Griezmann Juventus an. Die Katalanen Interessieren sich für Costa und Rabio (Journalist Rai Paganini)
Dwight York: ich würde mich Nicht Wundern, wenn Sancho zu Manchester United wechselt
Aubameyang beantragte Arsenal 3-Jahres-Vertrag für 250 tausend Pfund pro Woche
Ashley Young: Inter will die Saison mit einer Trophäe beenden. Wir können die Serie A und die Europa League gewinnen
Klopp über junge Spieler: wir Müssen die besten spielen. Wir verlosen keine APL-Spiele als Geschenke oder Süßigkeiten