Switzerland
This article was added by the user Aiden Wright. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ressources humaines: Les employeurs se préparent tant bien que mal à la fin du télétravail frontalier

Ressources humainesLes employeurs se préparent tant bien que mal à la fin du télétravail frontalier

Alors que la tendance du moment s’inscrit dans plus de liberté pour les employés, la situation locale a quelque chose d’anachronique. Les employeurs le regrettent et s’organisent en fonction.

Certains employés frontaliers ne sont pas retournés au bureau depuis deux ans. Le choc pourrait être réel.

Certains employés frontaliers ne sont pas retournés au bureau depuis deux ans. Le choc pourrait être réel.

GETTY IMAGES

Cet article a été rédigé par les journalistes de «Bilan». Retrouvez le suivi de l’actualité sur Bilan.ch

C’est devenu presque une habitude, une rengaine qui ressurgit désormais tous les trois mois: «La fin du télétravail frontalier, c’est maintenant… Préparez-vous!» Et puis non, finalement pas. Le régime d’exception, lié à la situation sanitaire, a de nouveau été prolongé fin mars. Prochain rendez-vous fixé en juin, pour y mettre un terme cette fois. Ou peut-être pas.

C’est dans ce grand flou général qu’employeurs et employés sont appelés à se positionner sur le dossier. Le dernier sondage organisé par le Groupement transfrontalier européen (GTE) en début d’année – portant sur plus de 3000 participants – fait état d’un télétravail plébiscité à plus de 90%. Deux ans de Covid, loin des longs trajets et des bouchons, ont fini de convaincre des salariés désormais très attachés à la flexibilité. Pour les employeurs, tout l’enjeu repose sur l’intégration de cette nouvelle normalité.