Switzerland
This article was added by the user Julian Davies. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Accueil des réfugiés: UDC et PLR contre l’octroi du permis S à tous les Ukrainiens

Accueil des réfugiésUDC et PLR contre l’octroi du permis S à tous les Ukrainiens

Le parti agrarien et les libéraux-radicaux veulent que la Suisse accorde uniquement sa protection aux réfugiés venant des zones touchées par les combats.

L’UDC Martina Bircher soutient que la Suisse atteint ses limites en matière d’accueil des réfugiés.

L’UDC Martina Bircher soutient que la Suisse atteint ses limites en matière d’accueil des réfugiés.

KEYSTONE/Valentin Flauraud

La Suisse doit-elle restreindre l’accueil des réfugiés ukrainiens?  La conseillère nationale Martina Bircher le demande expressément dans les colonnes de la «SonntagsZeitung». «On ne peut pas continuer comme ça éternellement», déclare l’élue au sujet de l’accueil des personnes fuyant l’Ukraine.

Martina Bircher soutient que la Suisse atteint ses limites, dans la mesure où le reste de la migration se poursuit. Elle demande un ajustement des conditions d’octroi du statut de protection S. Sur la base d’informations faisant état que le conflit se concentre dans l’est du pays, la conseillère nationale martèle: «Si cela se confirme, nous devons penser à restreindre le statut S au niveau régional et à ne l’accorder qu’aux personnes de l’est de l’Ukraine.»

Selon le journal dominical, l’UDC n’est pas le seul parti à souhaiter un changement dans la politique d’accueil des réfugiés ukrainiens. Les libéraux-radicaux partageraient aussi cette lecture de la situation. Ainsi, le vice-président du PLR, Andrea Caroni, voit également la nécessité d’agir «compte tenu du grand nombre de réfugiés», souligne la «SonntagsZeitung».

«Grand nombre de réfugiés»

Le PLR envisage une politique d’admission flexible dans laquelle le statut de protection S doit être conçu de manière dynamique et nécessiterait une vérification périodique des groupes de personnes d’Ukraine qui y ont droit. «Si, par exemple, il devait être confirmé que l’ouest de l’Ukraine n’est plus affecté par des actes de guerre, le statut de protection pourrait être limité aux personnes de l’est», explique le vice-président du parti, Andrea Caroni.

Le politicien prévient toutefois d’observer l’évolution de la situation et d’éviter que la Suisse fasse cavalier seul dans la mise en œuvre de telles mesures. «La motivation du statut de protection est indiquée. Cependant, elle doit être coordonnée au niveau européen», insiste-t-il.


Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Suisse a enregistré, en date du 13 mai, un peu plus de 49’000 réfugiés fuyant ce pays. Ils sont 46’826 à avoir obtenu le statut de protection S, a indiqué vendredi sur Twitter le Secrétariat d’État aux migrations (SEM).

Au total, six millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis le 24 février, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Huit millions de personnes sont des déplacés internes en Ukraine même.

Etonam Ahianyo est journaliste au sein de la rédaction numérique des médias payants. Auparavant, il a travaillé à «20 minutes», «NewsExpress» et comme correspondant en Afrique de l’Ouest pour plusieurs médias internationaux.

Plus d'infos

Vous avez trouvé une erreur? Merci de nous la signaler.