Switzerland
This article was added by the user Stella Scott. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

17e Genève Marathon: Un bain de jouvence pour retrouver ses bonnes habitudes

17e Genève MarathonUn bain de jouvence pour retrouver ses bonnes habitudes

Après trois ans d’attente, la manifestation est repartie de plus belle. Ce samedi, 2000 enfants ont donné le top départ. Ce dimanche, semi-marathoniens et marathoniens prendront le relais.

Avec ou sans escorte, les enfants s’en sont donné à cœur joie sur le quai Gustave-Ador.

Avec ou sans escorte, les enfants s’en sont donné à cœur joie sur le quai Gustave-Ador.

PASCAL BORNAND

1 / 7

Trois ans, c’est long. C’est le temps qu’il a fallu au Genève Marathon pour retrouver sa ligne de départ. Trois ans, le temps d’une pandémie, d’une édition annulée, d’une autre adaptée aux circonstances, sans courses enfants, sans public. Trois ans de doute, de patience. Une longue éclipse et puis, ce samedi, un soleil radieux qui illumine une renaissance, cette 17e édition qui se poursuivra ce dimanche avec ses deux grandes épreuves, le semi-marathon et le marathon.

Oui, la manifestation genevoise s’est remise en route. Elle est même repartie de plus belle, dans le sillage d’une ribambelle de minots, tous escortés d’un parent, certains nés juste avant que le coronavirus nous tombe dessus. C’est le cas de la petite Elia, venue au monde en novembre 2019. Là, sur le quai Gustave-Ador, c’est la foule qu’elle a découverte et qui l’a effarouchée. «Plus que l’effort, c’est le bruit qui lui a coupé les jambes, sourit son papa. Parfois, elle s’est réfugiée sur mes épaules.» Mais c’est bien en trottinant qu’elle a franchi la ligne d’arrivée.

«C’est de la folie, avec les très nombreuses inscriptions enregistrées ces deux derniers jours sur place, on devrait dépasser les 15 000 concurrents.»

Benjamin Chandelier, patron de l’organisation

Il fallait bien un bain de jouvence pour que ce marathon longtemps resté en cale sèche retrouve ses bonnes (vieilles) habitudes. Des galops juvéniles, des courses débridées, des grimaces, quelques sanglots, des bobos aussi et puis, surtout, dans l’aire d’arrivée, des scènes de bonheur qui soulagent les participants et ravissent le public. Il fait chaud, un brumisateur rafraîchit ces coeurs ardents. C’est Benjamin Chandelier, le patron de l’organisation, qui l’actionne en personne.

Le big boss est ravi. «C’est de la folie, avec les très nombreuses inscriptions enregistrées ces deux derniers jours sur place, on devrait dépasser les 15 000 concurrents, prédit-il. Franchement, pour cette reprise, on ne pouvait pas espérer mieux.»

Parmi eux, quelque 2000 enfants et quelques graines de champions. Après trois ans d’arrêt, il est certain que la relève et l’avenir du Genève Marathon sont assurés. C’est la plus belle des victoires.

Pascal Bornand suit le sport local en tant que correspondant à Genève. Journaliste sportif depuis quarante ans, spécialiste d'athlétisme et de cyclisme, il a couvert de nombreux grands événements (Jeux olympiques, Coupe du monde de football, Tour de France) et reçu le Prix Nicolas Bouvier en 2016.

Plus d'infos

Vous avez trouvé une erreur? Merci de nous la signaler.