Switzerland

Votations du 7 mars: L’initiative anti-burqa portée par des forces contraires

Les Suisses ont accepté dimanche par 51,2% le texte interdisant le voile intégral dans tout le pays.

Le voile intégral est désormais interdit dans notre pays. Les Suisses ont accepté dimanche par 51,2% l’initiative du comité d’Egerkingen. En plus des électeurs UDC, les opposants à l’oppression des femmes via des signes religieux ont pesé de tout leur poids.

L’acceptation de l’initiative n’est pas une véritable surprise. Dès le début de la campagne, le texte a cartonné dans les sondages avant de reculer tout en restant en tête. En Suisse romande, tous les cantons à l’exception de Genève ont accepté le texte.

Le Jura avec 60,7% de oui détient la palme à l’échelle suisse. Suivent le Valais (58,3%), Fribourg (55,9%), Neuchâtel (52,0%) et Vaud (50,9%). Seul le canton de Genève a dit non par 51,3%.

Outre-Sarine, les cantons ont aussi clairement accepté l’initiative: Argovie l’a approuvée par 53,6%, Soleure par 52,6%, Lucerne à la raclette par 50,5%. En Suisse centrale, le taux d’acceptation se situe entre 55 et 60%.

Le Tessin, qui connaît déjà une législation interdisant le voile intégral, a plébiscité le projet à 60,5%. St-Gall, dans le même cas de figure, l’a aussi adopté, mais dans un enthousiasme plus mesuré par 53,1%.

Non de Zurich et Berne

Dans le camp du non figurent les poids lourds que sont Berne et Zurich, Bâle-Ville et deux exceptions de Suisse orientale. Malgré leur forte représentation urbaine, les trois premiers n’ont pas réussi à faire basculer le vote.

Berne a rejeté le texte par 50,4% des voix et Zurich par 54,8%. Bâle n’en a pas voulu à 59,4% – meilleur score des opposants. Les Grisons et Appenzell Rhodes-Extérieures ont dit non sur le fil par respectivement 50,4% et 50,9%.

En chiffres absolus, l’initiative du comité d’Egerkingen a recueilli 1'426'992 oui contre 1'359'621 non. Le texte qui avait besoin de la double majorité a été soutenu par 20 cantons contre six. La participation a atteint 50,8%.

Au-delà des clivages gauche-droite

«Les femmes qui portent le voile intégral ne sont qu’une infime minorité parmi les 400’000 musulmans de Suisse, a dit la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter dimanche soir devant la presse. Il y a aussi des musulmans hommes et femmes qui se sont engagés en faveur d'une interdiction.»

«Ce vote n’est pas contre les musulmans en Suisse», a-t-elle souligné. Et la Suisse n’est pas le seul pays à avoir introduit une telle interdiction en nommant des pays européens comme la France, la Belgique ou le Danemark. La ministre de la justice a aussi fait remarquer que certains pays de confession musulmane interdisaient également ce genre de pratique.

Cette initiative, que le gouvernement et tous les partis invitaient à refuser, sauf l’UDC, a été aidée par de farouches opposants à l’oppression des femmes par des signes religieux dans l’espace public.

Pour le président de l’UDC Suisse Marco Chiesa, le oui de dimanche à l’initiative anti-burqa constitue un signal clair contre l’islam radical, contre les casseurs masqués et pour une cohabitation pacifique en Suisse.

Interrogé sur la RTS, le directeur du comité d’Egerkingen, Anian Liebrand, s’est dit surpris par le oui de la quasi-totalité des cantons. Et en particulier par celui des cantons romands.

«Prise de conscience»

Pour Mohamed Hamdaoui, député du Centre au Grand Conseil bernois et cofondateur de la campagne «A visage découvert», c’était «l’occasion de dire stop à l’islamisme» et pas «aux musulmans, qui ont évidemment toute leur place dans ce pays».

«Ce oui qui traverse tous les partis est un non envers une idéologie totalitaire, qui n’a pas de place dans une démocratie», a relevé pour sa part l’essayiste et fondatrice du Forum pour un islam progressiste Saïda Keller-Messahli.

A l’inverse, le comité contre l’interdiction du voile intégral est très satisfait du mauvais résultat de l’initiative en comparaison à l’initiative contre les minarets. Le comité d’Egerkingen n’a pas besoin de présenter un troisième épisode à la saga, estime son vice-président Andrea Caroni, conseiller aux Etats (PLR/AR).

«Un scrutin qui ne sert à rien»

«Aucun problème n’est résolu, selon Roger Nordmann, conseiller national (VD), président du groupe socialiste aux Chambres fédérales. Je ne pense pas que les cantons vont créer des brigades anti-burqa».

«Ce sont deux oui qui se sont additionnés. A la ligne discriminante anti-étranger de l’UDC s’est ajoutée celle laïque et de certaines féministes contre les signes religieux dans l’espace public. C’est ce mélange de deux électorats qui ont dit oui, qui a fait pencher la balance.

Les victimes seront désormais punies, a déclaré Balthasar Glättli, président des Verts suisses. Le Centre est surpris par la faible victoire du oui. Il n’a pas manqué grand-chose pour faire basculer le résultat,estime la conseillère nationale Marianne Maret (Centre/VS).

Le oui à l’initiative anti-burqa risque de «banaliser l’ambiance xénophobe et raciste» à l’encontre des musulmanes, estime Myriam Mastour, membre du collectif Les Foulards Violets et de la grève féministe. Les femmes qui portent le voile intégral subissent déjà discriminations, crachats et injures.

Victimes désormais punies

Les Jeunes Verts suisses sont même prêts à se battre devant les tribunaux contre l’interdiction du port du voile intégral. Ils pourraient aller jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg.

Après ce scrutin, Pascal Gemperli, porte-parole de la fédération des organisations islamiques de Suisse, craint pour la sécurité des musulmans en Suisse. Il se demande s’ils ne devraient pas bénéficier d’une protection supplémentaire en obtenant le statut de minorité nationale comme la communauté juive et yéniche.

Le Conseil central islamique suisse (CCIS) continuera lui de se tenir aux côtés des porteuses de niqab. «Nous les soutiendrons et nous paierons les amendes tant que nous aurons les ressources pour le faire. Si nécessaire, nous irons jusqu’à la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg», avertit la secrétaire générale du CCIS, Ferah Ulucay.

ATS

Football news:

Neymar: Verdankt Mbappé die Anpassung in Frankreich und die Freude, hier zu sein
Joau Felix ist wieder verletzt. Er wird 10 Tage fehlen
Mit Hoffenheim und Bayer hat sich die Bundesliga von den Spielen am Montag verabschiedet. Ihre Absage wurde von den Fans gefordert
Mino Raiola: Borussia Dortmund will Holland im Sommer nicht verkaufen. Ich respektiere diese Position, aber das bedeutet nicht, dass ich mit ihr einverstanden bin
Alexander Golovin: Ich habe Freude daran, solche Übertragungen zu geben. Das ist meine Arbeit
West Brom erzielte 8 Tore in den letzten 2 Spielen. In den letzten 10 Spielen erzielte nur 6
VAHR zählte das Tor von West Brom wegen Abseits nicht. Obwohl der Torschütze wahrscheinlich in der richtigen Position war