Switzerland

Vincent Perez: «Roman Polanski a suffisamment payé»

A deux semaines de la cérémonie des César, le monde du cinéma français est en crise. La direction de l'Académie est contestée pour sa gestion opaque – lundi, quelque 400 personnalités ont réclamé une réforme en profondeur. Il y a également la polémique autour de Roman Polanski, nommé douze fois aux César avec «J'accuse» alors qu'il est visé par une nouvelle accusation de viol.

L'acteur Vincent Perez a joué dans deux films de Polanski: «J'accuse» et «D'après une histoire vraie», sorti deux ans auparavant. Nous l'avons rencontré mardi, à Lausanne, après qu'il a dévoilé le programme des Rencontres 7e Art. C'était donc avant l'annonce ce matin de la démission collective de la direction de l'Académie des César. Vincent Perez, qui connaît Roman Polanski depuis trente ans, a accepté de nous donner son avis sur l'affaire.

«Il n'a tué personne»

«Toutes ces affaires qui resurgissent datent plus ou moins de la même période, celle après l'assassinat de Sharon Tate. Elles resurgissent dans la presse au moment des sorties de films. J'ai parlé avec Roman, il se souvenait à peine de la personne dont on parlait», commente Vincent Perez au sujet de Valentine Monnier qui accuse Polanski de l'avoir sexuellement agressée en 1975, dans son chalet à Gstaad.

«Il n'a tué personne, continue-t-il. Il a fait des conneries, effectivement mais il a demandé pardon, il a fait de la prison, il a été persécuté toute sa vie parce qu'il a fui la justice américaine.»

«C'est dur pour ses enfants»

«C'est un homme qui a 86 ans aujourd'hui. Au bout de quarante ans, je me dis qu'il est temps de lui pardonner. Ce qu'a fait sa victime, dit Vincent Perez au sujet de Samantha Geimer, violée à 13 ans en 1977. Cela fait vingt ans qu'elle dit à tout le monde de laisser Roman Polanski tranquille.» Samantha Geimer a réaffirmé dans ses mémoires, « La fille: ma vie dans l'ombre de Roman Polanski», et en interview qu'elle «avait pardonné» au réalisateur.

«C'est une situation qui m'attriste. C'est dur pour ses enfants. Quand on connaît vraiment bien le dossier, on se dit que c'est peu-être le moment de le laisser tranquille. Il a suffisamment payé», conclut Vincent Perez.

Laurent Flückiger