Switzerland

Union européenne: Accord-cadre: le Conseil fédéral doit se positionner

En raison de la votation sur l’initiative de limitation, la Commission européenne avait suspendu ses exigences pour la conclusion de l’accord-cadre. Mais le Conseil fédéral doit remettre l’ouvrage sur le métier.

Les mesures d’accompagnement constituent une pierre d’achoppement majeur pour un accord-cadre avec l’UE.

Les mesures d’accompagnement constituent une pierre d’achoppement majeur pour un accord-cadre avec l’UE.

KEYSTONE

Après le refus de l’initiative de limitation ce dimanche, le Conseil fédéral se doit d’enfin annoncer la couleur, et vite. Veut-il trouver une solution commune avec l’Union européenne (UE) sur l’accord-cadre ou abandonner l’exercice, avec toutes les conséquences que cela entraînerait pour la Suisse?

Sachant à quel point la votation sur l’initiative de limitation pouvait changer la donne, la Commission européenne avait suspendu ses exigences pour la conclusion de l’accord-cadre. Mais la période de grâce est terminée.

Bruxelles avait clairement laissé entendre qu’elle attendait rapidement, après la votation, des propositions de la Suisse sur les trois points encore ouverts: les mesures d’accompagnement, la directive relative aux droits des citoyens de l’Union et les aides publiques.

Ces derniers mois, partenaires sociaux, cantons et Confédération ont travaillé main dans la main en ce sens. Cependant, comme la radio-télévision suisse allemande SRF l’a révélé cette semaine, les partenaires sociaux n’ont apparemment pas pu se mettre d’accord sur une proposition concernant les mesures d’accompagnement.

Le rôle de la Cour de justice de l’Union européenne, également défini dans l’accord-cadre, devrait en outre continuer à alimenter des discussions animées en Suisse.

Une fenêtre

Si le Conseil fédéral maintenait malgré tout l’accord-cadre, une opportunité pourrait se présenter d’ici à la fin de l’année en raison du Brexit.

Les relations entre l’UE et le Royaume-Uni périclitent toujours davantage et un Brexit sans accord devient de plus en plus probable. Et même si un accord est conclu, celui-ci ne serait que très rudimentaire. Par ailleurs, sur le plan de la politique extérieure, l’UE ne fait pas non plus bonne figure sur les dossiers turc et bélarusse.

Dans ce contexte, Bruxelles ne devrait pas être contre l’annonce d’une réussite. Par exemple sous la forme d’un accord-cadre. La Suisse ne doit pas s’attendre à un miracle de la part de l’UE, mais elle peut compter sur un intérêt réel de Bruxelles à trouver une solution.

Cette fenêtre se refermera toutefois fin 2020, au moment où le Royaume-Uni sortira de l’UE. L’UE sera alors bien occupée avec les conséquences du Brexit et sa relation avec la Grande-Bretagne. Dans cette optique, il n’est guère logique que la Suisse retarde la conclusion de l’accord-cadre en espérant une meilleure solution.

La cacophonie doit cesser

Mais il faudra davantage qu’un simple engagement en faveur de l’accord-cadre: le Conseil fédéral doit enfin parler d’une seule voix. Plusieurs membres du gouvernement ont exprimé des opinions différentes sur ce traité.

Cette cacophonie est contre-productive et nuit à la crédibilité du gouvernement. Comment le Conseil fédéral compte-t-il défendre de manière crédible l’accord-cadre négocié lors d’une future campagne de votation?

A Bruxelles aussi, deux ans d’atermoiements du Conseil fédéral – le projet de traité est sur la table depuis novembre 2018 – et les différents signaux envoyés par Berne lui coûtent de sa crédibilité.

Une déclaration d’un haut fonctionnaire européen à propos du dossier, datant d’il y a presque un an, montre à quel point le comportement de la Suisse est perçu comme surréaliste. Il déclarait avoir parfois l’impression d’être dans la pièce de théâtre «En attendant Godot» de Samuel Beckett.

ATS/NXP

Football news:

Der Torwart von Cagliari wurde vom Chef der Russischen Mafia wegen der Schulden der Vereinskameraden ins Haus gebracht. Wilder prank im italienischen Fernsehen
Gareth Bale: ich Möchte geliebt und geschätzt werden. Ich werde alles geben für Tottenham
Eugene Giner: ich sehe Keinen Sinn, Messi in die RPL einzuladen. Lassen Sie uns zuerst die Liga auf dem Niveau von mindestens Spanien machen
Piqué hat in Barcelona bis zum Saisonende eine gehaltsminderung von 50 Prozent vereinbart
Der ehemalige Verteidiger von Rostow Bashtush wechselte von Lazio Rom zum saudischen Al-Ain
Schwartz über Dynamo: der Eindruck vom Trainingsgelände ist ausgezeichnet
Stürmer Metz Gyan ist im September bester Spieler der 1.Liga. Er ist der Anführer des Torschützenkönigs, Ibrahim nyan, der im September vom französischen Fußball-Verband (UNFP) zum besten Spieler der Liga 1 gewählt wurde