Switzerland
This article was added by the user Joseph Wright. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Théâtre du Grütli: Une fois pour toutes, «Montrer les dents» à la face du patriarcat

Passer au contenu principal

Théâtre du GrütliUne fois pour toutes, «Montrer les dents» à la face du patriarcat

Fanny Brunet et Olivia Csiky Trnka règlent son compte au pervers narcissique que des siècles de domination masculine ont façonné. Et elles n’y vont pas de main morte.

Fanny Brunet subit les affres d’une emprise toxique exercée par Mathieu Ziegler dans «Montrer les dents».

Fanny Brunet subit les affres d’une emprise toxique exercée par Mathieu Ziegler dans «Montrer les dents».

DOROTHÉE THÉBERT FILLIGER

Il arrive que les vertus cathartiques du théâtre agissent autant sur ses auteurs que sur ses spectateurs. C’est le cas notamment chaque fois qu’une écriture dite de plateau – c’est-à-dire créée collectivement à partir de témoignages et d’improvisations plutôt que d’un texte préexistant – se fonde sur le vécu de ceux qui la produisent. Un vécu souvent traumatique, qu’il s’agit d’évacuer sur scène, en inventant un exutoire capable d’embarquer le public. Si le mal à éradiquer relève du phénomène de société, alors bingo, l’audience sera d’autant plus captive qu’elle connaîtra déjà la terminologie, la littérature, les spécialistes ou même la culture populaire qui s’en sont fait l’écho.

Mordre les manipulateurs

En l’occurrence, Fanny Brunet et Olivia Csiky Trnka avaient à cœur de régler leurs comptes avec cette catégorie d’individus masculins répertoriés comme «pervers narcissiques». Leur «Montrer les dents» libère visiblement les deux femmes d’un poids – et même le comédien qui les seconde, Mathieu Ziegler. Quant à l’assistance du Grütli, familière de cette figure récurrente dans les discours des psys et des féministes, elle accueille le coup de semonce avec ferveur.

Fanny Brunet et l’«ectoplasme» de son ex Cédric (Mathieu Ziegler) optent pour la révolte en montrant – entre autres – les dents.

Fanny Brunet et l’«ectoplasme» de son ex Cédric (Mathieu Ziegler) optent pour la révolte en montrant – entre autres – les dents.

DOROTHÉE THÉBERT FILLIGER

Point de départ du projet, la comédienne Fanny Brunet retombe sur des carnets de notes vieux de vingt ans, où elle avait consigné les affres subies dans le cadre de sa relation amoureuse d’alors avec un manipulateur du nom de Cédric. De la maltraitance endurée, elle entend tirer un spectacle, demande à sa consœur Olivia Csiky Trnka de la mettre en scène et sollicite Mathieu Ziegler pour lui donner la réplique dans cette deuxième création du Collectif Sentimental Crétin (après une comédie sur le thème de la maternité). Au cours de leurs recherches, les jeunes femmes tirent des parallèles avec les relations toxiques établies dans le monde du travail, au sein de la famille ou entre amis.

Nourrie de références féministes, Fanny Brunet ira en fin de spectacle jusqu’à casser la baraque pour s’émanciper du patriarcat.

Nourrie de références féministes, Fanny Brunet ira en fin de spectacle jusqu’à casser la baraque pour s’émanciper du patriarcat.

DOROTHÉE THÉBERT FILLIGER

Au résultat, «Montrer les dents» joue pêle-mêle du didactisme, du spiritisme et du vandalisme pour venir à bout de la violence inhérente à l’emprise. Sur ce ton foufou (fouillis, aussi) qui caractérise ses attachantes signataires, le spectacle alterne entre conférence, épisodes filmés, narration dramatique et interludes dansés et chantés. Au mieux, on dira que ça défoule. Mais on n’est guère plus avancé après qu’avant.

«Montrer les dents» jusqu’au 22 mai au Théâtre du Grütli, www.grutli.ch

Katia Berger est journaliste au sein de la rubrique culturelle depuis 2012. Elle couvre l'actualité des arts de la scène, notamment à travers des critiques de théâtre ou de danse, mais traite aussi parfois de photographie, d'arts visuels ou de littérature.

Plus d'infos

Vous avez trouvé une erreur? Merci de nous la signaler.