logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Tentative de meurtre à Lancy: quatre ans de prison

Un jour de juillet 2018 aux Palettes, un habitant poignardé sous la clavicule courait, le torse en sang, pour échapper à ses agresseurs. La victime, encore sous le choc aujourd’hui, a dû revivre cette scène sordide la semaine dernière devant le Tribunal correctionnel: «Ils en voulaient à ma vie», a témoigné cet homme en audience. Sur le banc, les accusés contestent avoir voulu le tuer.

Mais les juges n’ont visiblement pas cru à la version de ce duo: A., défendu par Me Simon Ntah, et M. ont donc été condamnés à quatre ans de prison pour tentative de meurtre. Les prévenus, originaires du Kosovo, sont priés de quitter la Suisse, une expulsion fixée par le tribunal pour une durée de sept ans. Ils devront également verser 10000 francs de tort moral au plaignant.

Ce dernier, que nous appellerons Thiago, se souviendra toute sa vie de cette journée du 13 juillet. En fin de matinée, il marche sur un trottoir de son quartier, aux Palettes (Lancy). Une voiture, qui recule à deux pas de lui, le frôle. Plus de peur que de mal. Il s’énerve pourtant contre le conducteur. M., passager du véhicule, apprécie peu la réaction de Thiago. À lire l’acte d’accusation, M. décide en quelque sorte de laver l’affront quelques heures plus tard.

Accompagné de A., il retrouve la trace de Thiago l’après-midi même dans un parc du quartier. Selon le Parquet, les agresseurs étaient «tous les deux munis d’un couteau d’une lame d’une vingtaine de centimètres caché dans leurs vêtements». M. empoigne Thiago. À un moment donné, A. le frappe avec son couteau «en dessous de la clavicule gauche, soit dans la région du cœur», relèvent les réquisitions. Thiago s’enfuit en direction de la pataugeoire. Les agresseurs, eux, ont poursuivi la victime en criant qu’ils allaient l’attraper, écrit le Parquet. Le plaignant parvient à se réfugier dans une allée d’immeubles.

Durant le procès, les accusés ont contesté avoir pris en chasse la victime. M., qui a passé deux mois en détention provisoire, dit n’avoir pas vu le coup de couteau. A, qui a séjourné six mois à Champ-Dollon, soutient avoir voulu simplement viser le bras. Ces versions n’ont manifestement pas convaincu les juges, qui ont suivi la peine requise par la première procureure Séverine Stalder.

Cette issue satisfait Me Laura Santonino, avocate de Thiago: «Mon client est soulagé par le verdict, bien qu’il craigne des représailles puisque les prévenus sont en liberté et qu’ils n’ont pas hésité à s’en prendre à lui, munis de couteaux, en pleine journée, alors que rien ne le justifiait.»

Avocat de M., Me Bernard Nuzzo considère que le tribunal n’a pas voulu distinguer les comportements de chacun des prévenus, «ce qui est aberrant. Les juges ont retenu une unité d’action qui n’a jamais existé. Nous prenons acte de ce jugement et allons déposer un appel.»

Themes
ICO