Switzerland

Religions: La Suisse n’abolira pas le délit de blasphème

Le Conseil national a rejeté vendredi une motion proposant d’abolir le délit de blasphème. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter estime que la liberté d’expression «ne s’applique pas sans limite».

L’article 261 du Code pénal ne protège pas seulement le «vivre ensemble» pacifique de toutes les religions, mais aussi le droit au respect des convictions religieuses.

L’article 261 du Code pénal ne protège pas seulement le «vivre ensemble» pacifique de toutes les religions, mais aussi le droit au respect des convictions religieuses.

KEYSTONE/URS FLUEELER

La Suisse n’abolira pas le délit de blasphème. Le Conseil national a rejeté vendredi par 115 voix contre 48 une motion de Beat Flach (PVL/AG). La liberté d’expression «ne s’applique pas sans limite», a estimé la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter.

«Il ne faut pas punir les gens parce qu’ils se moquent d’une foi», a souligné Beat Flach. Il faut donner un signal clair et fort en faveur de la liberté d’expression, a-t-il plaidé, alors que la polémique vient de resurgir en France.

Le président français Emmanuel Macron a défendu à plusieurs reprises ces dernières semaines la liberté d’expression, le droit à la caricature et «la liberté de croire et de ne pas croire», après l’assassinat d’un professeur qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves en région parisienne. En réaction, de nombreuses manifestations anti-françaises ont eu lieu dans le monde musulman.

Respect des convictions

Pour le Conseil fédéral, la protection de la liberté d’expression est une expression de la liberté de conscience et de croyance, qui est explicitement garantie par la Constitution fédérale.

L’article 261 du Code pénal ne protège pas seulement le «vivre ensemble» pacifique de toutes les religions, mais aussi le droit au respect des convictions religieuses. Il garantit aux minorités religieuses une protection pénale contre les persécutions.

Beat Flach estime que la norme pénale antiraciste et la protection contre l’atteinte à l’honneur et contre l’injure sont suffisantes. Il juge «anachronique qu’un État laïque et libéral érige le blasphème en une infraction spécifique».

La loi ne punit certes pas directement les paroles qui outragent la divinité, mais le fait de «bafouer les convictions d’autrui en matière de croyance, en particulier de croyance en Dieu».

«En d’autres termes, les convictions religieuses ne peuvent pas être critiquées dans la même mesure que d’autres opinions philosophiques», déplore Beat Flach, en rappelant que d’autres pays ont déjà aboli un tel délit, y compris «la catholique Irlande».

ATS/NXP

Football news:

Atalanta-Direktor: mit Miranchuk ist alles gut, es gibt keine Symptome des Coronavirus
Kovid Spott über die Meisterschaft Lettland: das Team kam nur 8 Personen (aber das Spiel noch nicht gespielt)
Gérard Piqué: wir alle hoffen, dass Messi bei Barça bleibt
Agent über Coronavirus bei Miranchuk: gesundheitlich ist alles in Ordnung. Der Test ist ein Test
Barcelona hat eine grundsätzliche Einigung mit den Spielern über eine Senkung der Gehälter erzielt. Der FC Barcelona hat eine grundsätzliche Einigung mit Spielern und Trainern über eine gehaltsminderung angekündigt. Mit dieser Maßnahme können die blaugränen in dieser Saison 122 Millionen Euro einsparen. Auch die Spieler gingen auf die Verzögerung der Zahlung von Boni für diese Saison in Höhe von rund 50 Millionen Euro. Die Summe wird innerhalb von drei Jahren ausgezahlt
Barça-Präsidentschaftskandidat Farre: wir müssen Neymar zurückholen. Auch Barcelona-Präsidentschaftskandidat Jordi Farre hat sich über eine mögliche Rückkehr von PSG-Stürmer Neymar geäußert. Wir werden mit dem Sportdirektor und der Geschäftsführung daran arbeiten, die besten zu gewinnen. Wenn Sie mir sagen, dass Neymar der beste ist, werde ich es tun
Der Sohn von Maradona verabschiedete sich von seinem Vater: Du wirst nie sterben, denn ich werde dich bis zum letzten Atemzug lieben