Switzerland

Présidentielle: Équateur: Lasso, élu, annonce un «vrai changement»

Le président élu d’Équateur, Guillermo Lasso, a annoncé lundi un «vrai changement», après sa victoire la veille qui clôt une période de domination de la gauche, marquée par la figure de l’ex-dirigeant socialiste Rafael Correa.

Guillaume Lasso à Quito le 12 avril 2021.

Guillaume Lasso à Quito le 12 avril 2021.

AFP

À 65 ans, Guillermo Lasso, ancien banquier, emporté la présidentielle en Équateur avec 52,5% des voix contre 47,4% à l’économiste Andrés Arauz, 36 ans, dauphin de Rafael Correa, selon des résultats officiels portant sur 97% des suffrages.

«Une nouvelle étape commence pour l’Équateur, durant laquelle toutes et tous, nous pourrons vivre mieux. La démocratie, la liberté et les familles équatoriennes ont gagné», a tweeté le leader de la droite, fervent catholique et fidèle de l’organisation catholique ultra-conservatrice Opus Dei. «Nous allons travailler ensemble dès maintenant pour le vrai changement», a ajouté Guillaume Lasso, qui s’était déclaré vainqueur peu après qu’Andrés Arauz ait reconnu sa défaite.

En dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19, des manifestations de joie ont eu lieu à Quito et Guayaquil (sud-ouest), sa ville natale. Ses sympathisants ont parcouru les rues, en longs cortèges de voitures, klaxonnant et brandissant des drapeaux équatoriens.

L’ex-président Correa (2007-2017), qui vit en Belgique depuis son départ du pouvoir, a souhaité bonne «chance» à son opposant, lui demandant de mettre fin à la persécution politique dont il se dit victime, notamment depuis sa condamnation pour corruption.

Guillaume Lasso succédera le 24 mai à l’impopulaire Lenin Moreno, initialement adoubé par Rafael Correa, mais entré en conflit avec son ex-allié. «Je n’arrive pas avec une liste de ceux que je veux poursuivre ou en prison. Je veux voir tous les Équatoriens libres, qu’ils n’aient pas peur du gouvernement», a-t-il déclaré après sa victoire, se voulant rassurant envers ses opposants.

Sa victoire a été saluée par la Maison-Blanche, le Fonds monétaire international (FMI), l’Union européenne (UE), ainsi que le Brésil, le Chili, la Colombie et l’Espagne, entre autres.

Sous pression

Il va prendre pour quatre ans la tête d’un Équateur confronté à une sévère crise économique, aggravée par le Covid-19, qui a fait plus de 17’000 morts sur 17,4 millions d’habitants. Le PIB s’est contracté de 7,8% en 2020 dans ce pays pétrolier affecté par la chute des cours du brut, où la dette globale représente 63% du PIB. L’ex-banquier parie sur le libre-échange et la création d’emplois.

À cette fin, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Quito, il cherchera «dès le premier jour à conclure un accord de libre-échange avec les États-Unis». Mais il devra composer avec l’Union pour l’espérance (Unes) d’Andrés Arauz, première force au parlement mono-caméral, sans y détenir la majorité, devant le parti indigène Packakutik.

Guillaume Lasso s’est engagé à faire vacciner neuf millions d’Équatoriens dans les cent premiers jours de son gouvernement, alors que seulement 183’000 environ l’ont été à ce jour. «L’aspiration du gouvernement à transformer l’Équateur en quatre ans est illusoire», a déclaré lundi à l’AFP Esteban Nichols, politologue à l’Université andine Simon Bolivar. Selon lui, le prochain gouvernement pourra être satisfait s’il met en œuvre un «bon plan de vaccination» et parvient à «stabiliser l’économie».

Guillaume Lasso a également promis lundi de régulariser les dizaines de milliers de Vénézuéliens ayant fui la crise économique dans leur pays, au lendemain de sa victoire à la présidentielle. Selon les autorités, quelque 350’000 Vénézuéliens vivent en Équateur, la majorité dans la province de Pichincha, où se trouve la capitale Quito. «Sans doute, cela implique une plus grande pression pour l’économie équatorienne dans une période où il n’y a pas d’emploi pour les Équatoriens, mais nous ferons appel à l’aide financière internationale», a assuré Guillaume Lasso lors d’une conférence de presse, invoquant les «raisons humanitaires» qui obligent l’Équateur à prendre cette décision.

AFP

Football news:

Flick holte mit Bayern 7 Trophäen in der 2. Saison
In der 27. Minute trafen der Katalane Sergi Busquets und der Verteidiger von Madrid, Stefan Savic, nach einem Kopfball von Savic in der Nähe des Mittelfeldes
Neymar über Vertragsverlängerung: Glücklich, bei PSG zu bleiben. Ich werde versuchen, unseren großen Traum zu verwirklichen - vom Sieg in der Champions League
Neymar hat seinen Vertrag bei PSG bis 2025 verlängert
Zidane über den lachenden Asar nach Chelsea: Eden entschuldigte sich, er wollte niemanden beleidigen. Das hatte Real-Trainer Zinedine Zidane zuletzt über das Verhalten von Mittelfeldspieler Eden Hazard nach dem Champions-League-Aus beim FC Chelsea geäußert
Juventus weigerte sich, de Ligt an Chelsea und Barca zu verkaufen. Die Angebote kamen vor etwa 10 Tagen
Real Madrid, Barcelona und Juve haben 7 Superliga-Clubs Briefe geschickt und drohen ihnen rechtliche Konsequenzen für den Ausstieg aus dem Turnier