Switzerland

Pascal Holenweg: Après 75 ans de présence, le Parti du Travail quitte le Conseil municipal de Genève

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs, sélectionnez la rubrique OPINION! Pour créer un blog, faites acte de candidature à [email protected].

Pascal Holenweg: Après 75 ans de présence, le Parti du Travail quitte le Conseil municipal de Genève

(...) Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans, de trente ans, de quarante ans, de cinquante ans,de soixante de septante ans ne peuvent pas connaître : Il y a un peu plus de 77 ans, les 8 et 9 mai 1943, se tenaient à Genève des élections municipales. En pleine guerre mondiale. Seuls les hommes, et seuls les Suisses, évidemment, pouvaient voter et être élus, quoique 400 d'entre eux eurent été privés deux ans avant de leur droit d'éligibilité, dont mon grand-père, coupables qu'ils étaient d'être militants ou élus d'un parti interdit deux ans auparavant, le Parti socialiste genevois, ou d'un autre, interdit 7 ans auparavant, le Parti communiste genevois… Ces élections de 1943, en Ville de Genève, virent le triomphe d'un nouveau parti, le Parti Ouvrier : sur les 64 sièges que comptait le Conseil municipal à l'époque, il en rafla 26. Le Parti Ouvrier changea de nom l'année suivante pour prendre celui de Parti du Travail, créé en 1944 au plan suisse. Dans d'autres communes, le même parti arracha le même succès -mon père fut ainsi élu au Conseil municipal de Meyrin. Cette hérédité chargée, je la revendique hautement, quoique n'ayant jamais été membre du PdT. (...) "Le réel quelquefois désaltère l'espérance. C'est pourquoi, contre toute attente, l'espérance survit" (René Char)

Djemaâ Chraïti: La fabrique du consentement

A relire de toute urgence, Noam Chomsky et la fabrique du consentement. "La propagande est à la démocratie ce que la violence est à la dictature. " Aucune nécessité de justification pour obtenir un consentement car il est imposé voire inutile, ou enfoui sous des théories bâclées et faire fi de la créativité et du bon sens des gens ordinaires, c’est-à-dire des gens comme vous et moi, à peine consultés et même pas du tout. Distraire et contrôler, autorité et domination, la fabrique du consentement, est une industrie bien rodée et elle prend des formes pernicieuses aux multiples variantes. Depuis le début du confinement, nous l’avons constaté, cette propension au discours unique du gouvernement relayé par les médias tandis que les autres voix tombées dans un silence assourdissant,- excusez l'oxymore - devrait nous interpeller. La volonté absolue de distraire les confinés pendant que des lois iniques passent en douce sans concertation et sans « consentement éclairé ! » Informations contradictoires, surveiller et ne plus surveiller, tracer et ne plus tracer, alarmisme ambiant qui permet de faire avaler les couleuvres et combien nombreuses elles ont été et le seront encore. Qu’en est-il du traçage ? (...)

Philippe Dugerdill: Le reveil-matin et une leçon du COVID

L’épisode COVID m’a permis de retrouver des sensations oubliées : tout simplement, me faire réveiller à l’heure que je veux par mon réveil matin plutôt que par le vol Genève-Zurich de 06:10. Ayant la chance de vivre depuis plus de 30 ans à Satigny, commune rurale où l’on suppose une certaine douceur de vivre, j’avais oublié qu’on pouvait sortir de chez soi sans entendre la sourde et quasi permanente rumeur des réacteurs d’avions embarquant, pour une grande partie, des vacanciers « low cost » (mais « high cost » sur l’environnement). J’avais oublié que le ciel peut être uniformément bleu et non pas quadrillé de blanc par le passage de centaines d’avions en altitude. La crise du COVID m’a enseigné d’autres choses. (...) Bref, de peur de ne pas être réélus, ils n’osent pas agir et assumer leur responsabilité de protéger la population. Ils se comportent comme les sceptiques irrationnels du COVID. Mais, contre un réchauffement climatique hors de contrôle, il n’y aura pas de vaccin. Le réchauffement sera là pour les siècles à venir. (...)

----------

Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.

----------

Daniel Zaugg: Les « autorités » peuvent-elles choisir pour nous notre mobilité ?

(...) Une réponse plus logique aurait été d’autoriser provisoirement les voitures à circuler sur les voies de bus pour fluidifier la circulation, bien que j’imagine d’ici la levée de boucliers… La création d’un réseau cyclable sécurisé est un voeu de la population genevoise, consacré à la fois dans l’IN 144 et dans la « Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE)». Entre 2015 et 2016, en tant que président de la commission des transports puis comme président de la sous-commission qui a élaboré la LMCE, je me suis battu pour faire émerger un accord réunissant tous les acteurs de la mobilité. Cette loi, combattue par les extrémistes des deux bords, a été acceptée par plus de 67 % des votants, ce qui est la marque d’un bon compromis. L’esprit de cette loi est de répondre aux besoins réels de la population et non d’imposer la vision de la mobilité de telle ou telle faction au pouvoir. (...)

Pierre Kunz: Relocalisons, relocalisons …

(...) Mme Suzanne de Treville, professeure de management à l’UNIL et qui se dit « spécialiste en relocalisation industrielle », a fourni récemment, dans un hebdomadaire romand (Migros Magazine du 25 mai), un bel exemple de ces propos simplistes. Elle y prétend, à propos du secteur textile, qu’en Suisse, avec un peu d’imagination et de volonté managériale et en se contentant de marges réduites (!), on peut surmonter le handicap du coût de la main d’œuvre helvétique et recommencer à produire en quantité les vêtements que les grands distributeurs achètent en Asie. Ce point de vue est d’autant plus sidérant que Mme Treville se fend, à l’appui de son affirmation, d’un paragraphe dans lequel elle affirme « qu’en trois mois de formation n’importe qui peut travailler sur des machines à coudre semi-automatisées ». La thèse de Mme Treville est curieuse et incohérente à plusieurs niveaux. (...)

Xavier Comtesse: Quelles leçons à tirer de cette crise?

(...) 1) le digital sort grand vainqueur (avec le commerce en ligne). Toutes les entreprises qui sont présentes sur Internet résistent un peu mieux...mais 2) Apple semble être avec son Apple Watch intouchable. 3) Rolex, même à l'arrêt de fabrication, garde une avance importante sur les autres horlogers suisses. 4) Si l'on ose évoquer l'image de la course cycliste : Alors Apple et Rolex forment ensemble le peloton de tête à plus de 5 Mia de chiffre d'affaires. 5) suivent un second peloton de moins de dix marques réalisant plus de 1 milliards de CHF 6) puis loin derrière le reste du peloton - en débandade - et plusieurs sont sur le point d'abandonner la course Ainsi un tout nouveau paysage horloger se dessine ... pour toujours ?

Jean-Noël Cuénod: Bolsonaro menace la France !

Voilà une donnée géographique que les Français ont pour la plupart oubliée depuis leur période scolaire : c’est avec le Brésil que leur pays dispose de la plus longue frontière, avant même, dans l’ordre, la Belgique, l’Espagne, la Suisse, l’Italie, l’Allemagne, le Luxembourg et Andorre. La région française de la Guyane (300 000 habitants) est donc l’une des premières contrées étrangères à subir les conséquences des pitreries anti-sanitaires de l’une des figures majeures de l’Internationale Crétiniste. Un ami, infirmier en Guyane, nous a fait part de ses craintes de voir les Brésiliens atteints par le coronavirus franchir en nombre la frontière pour recevoir en France les soins que les institutions brésiliennes sont bien incapables de leur fournir. Cette crainte est partagée par le sénateur LREM de la Guyane Georges Patient. (...)

Toni Gambuzza: Léman Bleu et les turpitudes d’un quatrième pouvoir médiéval

(...) Je comprends que la refonte des aménagements suscite l’ire d’une partie de nos élus et c’est leur rôle que de le faire savoir. Je peux vivre avec le traitement de cette actualité avec un biais très orientés, même si celui-ci tourne autour d’une vision d’un pouvoir d’essence divine qui légitime le fonctionnement autour d'un seul Conseiller d’Etat, ne laissant pas la clairvoyance au Collège de s’organiser. En revanche, je ne comprends pas comment Léman Bleu laisse son journaliste phare qui a connu la joie de l’enseignement, l’ivresse des confidences fédérales et la sueur politique cantonale présenter le plus beau tutoriel pour se perdre en conjecture. Quand un Magistrat en mal de reconquête prend à son compte l’action judiciaire, foule au pied la probité du Ministère public et manipule la presse encourageant la population à se dénoncer. Ce sont les mêmes qui reprochaient le détournement de fonds publics à des fins de campagne. (...)

David Frenkel: Y aurait-il deux poids et deux mesures parmi certains redresseurs de torts?

Ainsi donc Joe Biden a-t-il déclaré vendredi passé à un animateur radio afro-américain, et je le cite : « Vous n’êtes pas noir si vous avez du mal à vous décider entre Trump et moi ». Cette phrase godiche et ségrégationniste recèle la théorie selon laquelle l'homme sous la couleur d'une peau ne puisse exprimer sa propre opinion, car il demeure prisonnier de poncifs attribués aux comportements de ceux qui ont l'épiderme foncé. Cette phrase renvoie aussi aux pires périodes de l'Histoire où les noirs, esclaves des colons blancs devaient obtempérer au doigt et à l’œil de leurs maîtres. Le candidat démocrate a eu beau déclarer : «Je n’aurais pas dû être aussi désinvolte», et regretter ses propos en ajoutant «Personne ne devrait avoir à voter pour un parti sur la base de sa race, sa religion, ses origines». Mais diable, comment celui qui se porte candidat pour assumer les plus grandes responsabilités du pays peut-il s'être laissé aller à des pulsions primitives et racistes ? (...)

François Baetschi: CPEG, solidité financière de l'Etat

(...) Après l'acceptation de la loi 1228 (co-signée par le MCG) au printemps 2019 par le peuple, il fallait mettre en place ce dispositif légal. La date-clé est le 31 décembre 2019, moment de l'entrée en vigueur. C'est à cette date que sont déterminés un certain nombre de paramètres. Le comité de la CPEG va ainsi prendre deux mesures de prudence qui lui seront reprochées: la baisse du taux technique à 1,75% et le changement de table de calcul actuariel plus prudent (tables de mortalité générationnelles renforcées au lieu des tables de mortalité périodiques). En raison de ces mesures, l'apport initial de liquidités augmentera de 0,5 milliard prévu à 1 milliard mais, en échange, le coût annuel payé pour la recapitalisation sera abaissé. Je tiens ici à souligner l'intelligence du comité de la caisse de pension CPEG, qui a misé sur la solidité financière à long terme. Ainsi n'a pas été commise l'erreur qui consistait trop souvent à ne pas donner les moyens suffisants aux caisses de pension publiques, par démagogie et manque de courage. Pendant trop longtemps, nos prétendues "élites" genevoises se sont perdues dans des maquignonnages de bas niveau. En agissant ainsi, la République genevoises s'est affaiblie. Nous avons maintenant la possibilité d'arriver à une solidité financière dans l'équité pour la CPEG mais surtout pour l'Etat de Genève qui dépend de l'équilibre de sa principale caisse de pension pour des finances saines à long terme.

Football news:

Juventus und Manchester City sind Spitzenreiter im Kampf um Adam Traoré
Pep Guardiola: ich Will, dass Messi in Barcelona bleibt
Kike Setien: Natürlich können wir die Meisterschaft gewinnen. Darüber sprechen Fakten und Mathematik
Bartomeu über Messi: wir sind verpflichtet, den Vertrag zu verlängern. Leo hat mir gesagt, dass er seine Karriere bei Barça beenden will
Chelsea ist bereit, Havertz 8 Millionen Euro pro Jahr zu zahlen und wird bald mit Bayer verhandeln
Lukomski-über die Krise in Barcelona: Bartomeu hat die Netze eingewechselt, Star-Senatoren verhängen den Trainern Taktik
Barça-Präsident: VAROUFAKIS ist unfair. Nach dem Neustart gibt es Lösungen, die dem einen helfen und dem anderen Schaden