Switzerland

Monsanto est de l’histoire ancienne... pas ses millions!

L’histoire sur le mode «je t’aime, moi non plus» entre Morges et Monsanto fait désormais partie du passé. Racheté par Bayer en 2016, le groupe américain établi à la rue du Sablon, proche de la gare, finira toutes ses activités à la fin du mois de janvier dans le nouveau centre dédié au business, à Étoy. «Il reste encore 45 employés qui travaillent pour Monsanto», indique le responsable de la communication de Bayer Suisse, Patrick Kaiser, qui assure que des solutions ont été proposées à tous les collaborateurs. «La plupart ont reçu une offre pour poursuivre leur carrière sur notre site de Bâle. Ceux qui ont décidé de ne pas déménager feront l’objet d’un plan social équitable.»

Les nouveaux venus dans le bâtiment voisin du nouveau quartier des Halles sont, pour certains, déjà connus. Spécialiste des ressources humaines, Manpower a en effet réservé un étage pour y installer ses collaborateurs. Déjà présente en ville et désireuse de s’y développer, la firme Key Investment Services (KIS) SA, dont l’activité principale est de distribuer des produits financiers aux caisses de pensions, partagera un palier avec ACARobotics.

«Cette entreprise doit encore rembourser les impôts dont elle a été exonérée»

Si le départ attendu de Monsanto n’a fait ni beaucoup de bruit ni davantage de déçus, il devrait en revanche faire des heureux sur le plan fiscal. «Cette entreprise a profité de l’exonération accordée aux multinationales, mais elle doit rembourser les impôts non versés puisqu’elle s’en va avant les dix ans requis pour en bénéficier», résume le député Raphaël Mahaim, qui a déposé une motion afin d’utiliser les millions promis «pour l’agriculture de proximité ou l’environnement, plutôt que de les laisser dans les caisses de l’État.» Morges attend également avec impatience le montant actuellement couvert par le secret fiscal qui prévaut dans la loi, mais certaines sources parlent de «plusieurs millions» en faveur de la Ville, laquelle vient d’annoncer un budget lourdement déficitaire pour 2020.