Switzerland

Mobilité d’agglomération : Le futur parking d’Y-Parc se heurte à la peur d’un trafic démesuré

L’extension de 422 à 1000 places du futur aménagement d’Yverdon est critiquée par l’Association transports et environnement. Elle lui reproche une conception contre-productive, alors que le parc technologique est en pleine expansion.

L’Y-PARC – Swiss Technopole, parc scientifique et technologique. Ce lundi 07 juillet 2020 à Yverdon. (24 Heures/Christian Brun)

L’Y-PARC – Swiss Technopole, parc scientifique et technologique. Ce lundi 07 juillet 2020 à Yverdon. (24 Heures/Christian Brun)

CHRISTIAN BRUN

Sur le papier, le projet avait tout pour plaire. Un vaste parking centralisé, condensé sur sept niveaux, relié aux transports publics, le tout à Y-Parc, le parc scientifique et technologique d’Yverdon qui est en pleine expansion.

À la surprise générale, l’Association transports et environnement (ATE) annonce dans un communiqué avoir déposé une opposition à la mise à l’enquête de l’extension du parking mutualisé d’Y-Parc. En résumé, le lobby de la mobilité douce reproche au projet porté par Y-Parc (200 entreprises, 1800 emplois), le secteur privé et indirectement la Ville de tenir d’avantage du parking d’entreprises «dépassé» que du parking-relais multimodal.

L’opposition, longue et documentée, peut retarder le parking-silo de plusieurs mois au moins. Et sans améliorations, l’ATE se dit prête à envisager un recours en justice. Une communication qui tombe alors que la mise à l’enquête du parking souterrain de la place d’Armes, également mille places, au centre-ville, est attendu de pied ferme. Un coup de semonce en quelque sorte.

Les prémices du parking, en 2018, avaient été acceptées par l’ensemble de la politique yverdonnoise. Le dossier a depuis été repris en mains privées. Il s’agissait d’abord d’un parking mutualisé entre les sociétés du site de 422 places, puis d’un millier, avec des investissements à hauteur de 15 millions de francs. Une façon de libérer des surfaces, d’anticiper le développement du site, en intégrant le petit P+R existant.

«En soi nous n’avons rien contre. Mais ce n’est pas un vrai P+R qui serait disponible pour tout le monde. C’est un parking de périphérie qui va attirer majoritairement des employés en voiture et non les faire transiter en mobilité douce jusqu’au centre: d’après le rapport d’impact, le trafic de véhicules va augmenter, et ce de 39% à travers le centre. C’est tout simplement le contraire de ce qu’il faut faire», avance le secrétaire vaudois de l’ATE, Romain Pilloud. Il poursuit: «Il manque une vraie étude de mobilité et des besoins réels, on ne peut pas créer un parking de 1000 places simplement comme ça! Une telle zone d’entrée d’agglomération doit être pensée de manière coordonnée.» Sous-entendu pas avant la mise en fonction de la nouvelle halte CFF d’Y-Parc (attendue en 2025) et avec plus de cadences de bus ou de pistes cyclables.

Surprise générale

Réactions? Les Services industriels, qui rêvent d’installer un gros projet pionnier de mobilité électrique et solaire dans ce parking, jouent la moue. «Le volume du trafic ou un report ne nous impacte a priori pas. L’étude aura de toute manière lieu», souligne le municipal Pierre Dessemontet. Tandis que le syndic et président du conseil d’administration d’Y-Parc Jean-Daniel Carrard soupire: «Ces mille voitures, elles sont déjà là, qu’on le veuille ou non. Nous jonglons déjà avec des stationnements temporaires un peu partout avec l’arrivée de Sylvac, Incyte, et bientôt d’Explorit qui s’attend à 150’000 visiteurs par année. Si l’ATE voulait intervenir, il fallait le faire avant que les exigences légales, qui prévoient 4000 places en tout dont 50% centralisées, soient votées.» L’édile rétorque que l’analyse de la mobilité du site est «actualisée en permanence» et que l’inauguration prochaine du premier tronçon de la route de contournement rend un trafic à travers la ville improbable.

«On fait beaucoup pour la mobilité douce, en encourageant des navettes ou du covoiturage par exemple, ajoute la directrice d’Y-Parc Juliana Pantet. La cadence de bus est passée à 7 minutes. Mais même à 30 secondes, on aurait encore besoin de places qui étaient prévues depuis des années. C’est juste que le développement du parc a été plus rapide que prévu.»

Football news:

Hertha feierte den Sieg mit leeren Tribünen: applaudiert, kommuniziert, Guendouzi warf sogar ein T-SHIRT
Tuchel will seinen Vertrag bei PSG nicht verlängern. Er wird im Sommer Freigänger, Trainer Thomas Tuchel kann das Team nach Saisonende verlassen. Der 47-jährige will seinen Vertrag mit dem Pariser Team nicht verlängern, auch wenn ihm ein neuer Vertrag angeboten wird
Massimiliano Allegri: ich Möchte in der APL arbeiten. Der ehemalige Trainer von Juventus Turin, Massimiliano Allegri, Sprach über seine Pläne, in der englischen Premier League zu arbeiten
Branislav Ivanovic: Abramovich ist einer der wichtigsten Menschen in meiner Karriere. Nicht nur der Besitzer, sondern ein Freund des ehemaligen Chelsea-Verteidigers Branislav Ivanovic Sprach über seine Beziehung zu Klubbesitzer Roman Abramovic
Zlatan Ibrahimovic: Chicago Jordan ist das perfekte Beispiel für den Charakter der Sieger. Ich bin nicht Michael, aber auch viel verlangt
Ronaldo stört Juventus erstmals nicht. Diese Saison wird für ihn die beste in Italien sein, aber die Turiner laufen Gefahr, die Probleme von Real Madrid zu wiederholen - etwa, wie Pirlo Cristiano in das System eingebaut hat
Serginho Deest: ich Hoffe, dass ich noch eine Saison mit Messi spielen werde. Alle wollen, dass er beim FC Barcelona bleibt, Sergyno Destroy, Kapitän Lionel Messi wird nach Saisonende nicht gehen