logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Mobbing aux CFF: un chef est suspendu

Les CFF ont pris des mesures face aux cas supposés de mobbing à la gare Cornavin. Cette affaire, que la «Tribune de Genève» avait révélée en août, met en cause deux chefs d’équipe au service du nettoyage des trains. Une dizaine de collaborateurs les accusent de harcèlement, insultes, menaces de licenciement et autres traitements dégradants. Or, nous avons appris, par une communication interne que nous nous sommes procurée, que le plus élevé hiérarchiquement de ces deux chefs avait été «relevé de ses fonctions jusqu’à nouvel avis», et ce dès le 15 octobre.

En février dernier, un collègue des deux cadres visés, qui était également mis sous pression par eux, avait fait une tentative de suicide. À l’heure actuelle, il est toujours hospitalisé dans un établissement psychiatrique, où des «troubles anxiodépressifs avec décompensation sévère suite à des problèmes professionnels (harcèlement moral, surcharge)» lui ont été diagnostiqués. Des mois plus tard, la régie fédérale a fini par ouvrir une enquête interne sur la situation au service du nettoyage des trains.

C’est donc dans le cadre de ces investigations que le chef incriminé a été relevé de ses fonctions. «Cela a rassuré les équipes, confie un employé du service du nettoyage, sous couvert d’anonymat. La direction semble avoir enfin pris nos signaux d’alerte au sérieux.» Ses anciens subalternes, qui ignorent si leur ancien chef a été mis à pied ou simplement déplacé dans un autre service, craignent qu’il ne continue de sévir ailleurs. En outre, ils ne comprennent pas pourquoi l’autre chef mis en question se trouve toujours à son poste, et ils s’inquiètent pour la santé mentale de certains de leurs collègues, qui seraient en dépression.

Contactés par nos soins, les CFF se bornent à répondre qu’ils mènent une enquête administrative «pour faire la lumière sur la situation». Le service de communication de la régie affirme que «les CFF mettent tout en œuvre pour être un employeur exemplaire» et protéger les collaborateurs de toute atteinte illicite.

Une réunion a eu lieu début novembre entre le Syndicat du personnel des transports (SEV), la direction et les collaborateurs des services de nettoyage des trains des CFF: «Il s’agissait de tenter de renouer le dialogue, relate René Zürcher, secrétaire syndical au SEV. Mais pour l'instant, beaucoup de nos questions restent sans réponse de la part des CFF.»

Themes
ICO