Switzerland

Long drink: Leurs pailles de manioc ramènent vers Saïgon

Sur les traces de leurs racines indochinoises, deux entrepreneurs lémaniques produisent au Vietnam des alternatives au plastique. Rattrapés par la crise du Covid-19, ils mettent les masques

Nhat Vuong (à gauche) et Axel Armellin, les cofondateurs de The Happy Turtle Straw sur une plage de l’archipel de Côn Dao, un refuge de tortues de mers au large du Vietnam, en décembre 2019

Nhat Vuong (à gauche) et Axel Armellin, les cofondateurs de The Happy Turtle Straw sur une plage de l’archipel de Côn Dao, un refuge de tortues de mers au large du Vietnam, en décembre 2019

DR

Cela a commencé l’an dernier comme un retour aux origines. Un vol vers ce Vietnam que les parents de Nhat Vuong ont fui à sa naissance, à la fin des années 70, et dont il parle la langue sans en faire partie. «J’suis né dans l’gris par accident mon cœur est resté là-bas, dans ce pays que j’connais pas», chantait Voulzy, à la même époque. Spécialiste du commerce sur internet, le rejeton de «boat people» qui s’était déjà illustré avec un projet de fourniture d’eau dans les camps de réfugiés, n’a pas longtemps chassé les fantômes du passé.


Car il y a cet ami, Axel Armellin, dont une partie des origines pointent également vers l’Indochine, qui est revenu l’été dernier de Hô Chi Minh-Ville avec une drôle de paille à boire compostable, façonnée à partir de pommes de terre et de manioc. Ce dernier n’en est pas à son coup d’essai. Depuis plus d’un an, il fait distiller, dans le Lavaux, la canne à sucre des bords du Mékong pour en tirer le rhum
Poulo Condor, un écho au terrible bagne colonial de l’archipel de Côn Dao. Le souvenir des plages jonchées de détritus du parc national qui y est aujourd’hui installé – un refuge de tortues marines – fait le reste.

5 millions face à 1 milliard


Nhat Vuong et Axel Armellin repartent l’automne dernier vers l’ancienne Saïgon, à la rencontre du patron de la petite usine qui s’essaie à faire autre chose que des nouilles et des boissons solubles à base de plantes. «Il avait des lots de pailles de pomme de terre ou de manioc compressés, alors que les concurrents se limitaient au riz» se souvient l’entrepreneur de 40 ans. «Ses machines pouvaient déjà sortir un million de pailles par mois; ne parlant pas anglais, il n’aurait jamais imaginé vendre à l’étranger», décrit celui qui officiait ces dernières années comme consultant en marketing sur internet avec sa société Digital Inception.

«On met le paquet sur Genève – en raison de l’interdiction des pailles en plastique»

Nhat Vuong, The Happy Turtle Straw

De quoi le convaincre, lorsqu’il rentre en Suisse au cœur de l’hiver de monter une société avec son associé et d’imaginer The Happy Turtle Straw. La référence? Une vidéo devenue virale d’une malheureuse tortue de mer avec une paille de soda fichée dans le nez. Tout semble décoller très vite. Il parvient à fournir le grand cirque du World Economic Forum à Davos, un coup de pub qui lui ramène une dizaine d’établissements lémaniques, comme le Village du soir, le Scandale ou le Lausanne cocktail club. Deux commerciaux sont lancés à la chasse aux «prospects» et les deux associés multiplient les rendez-vous pour rassembler les fonds nécessaires à une nouvelle ligne de production au Vietnam capable de mitrailler 6 millions de pailles par mois.

Une goutte d’eau, face au milliard de pailles – 5000 fois plus – utilisées chaque jour dans le monde. Leur idée? Si l’exemple commence à prendre au Vietnam ou en Europe, cela peut partir comme un feu de pailles. «Pour décoller il faut en vendre plus de 2 millions en Asie du Sud-Est, Europe et en Amérique du Nord», assurait fin février l’entrepreneur. «On met le paquet sur Genève – en raison de l’interdiction des pailles en plastique – et on vise les festivals, la restauration collective, les bars à bubble tea», esquisse Nhat Vuong qui imagine alors s’étendre vers les baguettes asiatiques et de touillettes à café.

Rembourser l’aide liée au Covid-19

Sauf qu’à cette époque, une autre chose s’enflamme. Les cas de coronavirus. Rapidement, il n’y a plus de festival. Les salariés ne sont plus à la cafétéria. Les restaurants et les bars sont déserts. Quant aux allers-retours vers le Vietnam ils sont à oublier. «On a envoyé des cartons à des contacts qui nous aident à trouver des distributeurs au Japon et aux États-Unis, une palette est prête à partir pour Ibiza mais sinon tout est ralenti», admet Nhat Vuong. La quête de fonds pour une nouvelle usine est, elle, au point mort.


Forcées de se placer en chômage pas forcément partiel, les tortues de comptoirs mettent un masque. Le réseau des deux partenaires leur permet en effet de s’associer à une usine de masques de protection en tissu réutilisables, également dans les faubourgs de Hô Chi Minh-Ville. «Plusieurs grands groupes lémaniques nous ont passé des commandes de plusieurs milliers de pièces», témoigne Nhat Vuong. «Cette activité parallèle nous permet de continuer notre activité, tout en remboursant le prêt d’aide d’urgence accordé par les autorités suisses alors que notre activité de pailles était gelée», poursuit le responsable de Happy Turtle Mask. Pour l’instant, la pandémie permet au moins à sa société d’attendre que celle des pailles de manioc reprenne. Sans autant rompre les liens renoués avec le Vietnam.

Football news:

Brückenbauer über Rostock: Geldverschwendung spielt einen bösen Witz. Makkabi schlug Millionäre
Godin wechselte von Inter nach Cagliari
Atlético-Chef: Bartomeu wird zu den großen Präsidenten von Barça gehören. Die Geschichte wird seine Richtigkeit beweisen
Schiedsrichter Taylor setzte für ein Foul von Alaba an Rakitic einen Elfmeter ins Bayern-Tor. Ocampos erzielte in der 13.Minute den Anschlusstreffer durch Lucas Ocampos
Noch ein Abend, an dem wir uns unwohl fühlen: das traurige Bild über den Sturz von Rostow im Europapokal 2016 beim FC Bayern
Valery Karpin: Rostow, ein Tor erzielt, süchtig psychologisch, aufgehört zu drücken. Am Ende gab es keine Kräfte
Glebow bekam rot für ein Foul an Maccabi im Mittelfeld. IN der 3.Europa-League-Qualifikationsrunde gegen Maccabi Haifa (1:2, zweite Halbzeit) wurde der Mittelfeldspieler von Rostov Daniel Glebov vom Feld geholt. In der 68.Minute traf der eingewechselte Makkabi-Mittelfeldspieler Mohammad Abu-fani mit einem direkten Fuß ins Knie. Die Verletzung ereignete sich im zentralen Bereich des Feldes. Der Schiedsrichter der Begegnung, Peter Ardeljan, zeigte Glebow die rote Karte