Switzerland

Les discussions sur la Libye reprennent

Les discussions militaires pour un cessez-le-feu durable en Libye ont repris à l'ONU à Genève. Le gouvernement d'union nationale (GNA) a accepté de revenir dans le format après avoir suspendu la veille sa participation en raison d'un bombardement mardi à Tripoli.

«Les discussions sont à nouveau en cours», a dit jeudi un porte-parole du chef de la Mission de l'ONU en Libye (MANUL) Ghassan Salamé. De son côté, l'ambassade américaine en Libye a salué la décision du GNA et de l'Armée de libération nationale (ALN) du maréchal Khalifa Haftar de relancer le dialogue de la Commission militaire conjointe, constituée de dix hauts responsables.

Pourparlers «plus difficiles»

L'émissaire de l'ONU avait estimé mardi qu'il faudrait «plusieurs semaines» avant une solution durable en Libye. Les pourparlers indirects de la commission militaire sont «plus difficiles» que le volet économique, discuté hors de Suisse et qui avance «plutôt bien», avait expliqué Ghassan Salamé.

Une première rencontre il y a deux semaines n'avait pas permis d'aboutir à un accord. Mais Ghassan Salamé n'en fait pas pour autant une précondition pour réunir 40 représentants politiques des deux côtés dès le 26 février à Genève.

Début du Conseil des droits de l'homme

Lundi prochain, le chef du GNA Fayez al-Sarraj est attendu à Genève pour le début du Conseil des droits de l'homme, mais il n'est pas encore précisé s'il restera pour l'ouverture du format politique. Aucun membre des pays qui soutiennent ce gouvernement, dont la Turquie, ni de ceux favorables à l'ALN, comme la Russie, ne sera représenté lors de ce dialogue.

Depuis l'augmentation des violences il y a près d'un an, les affrontements ont fait des centaines de victimes parmi les civils et des milliers parmi les combattants, selon la Mission des Nations Unies en Libye (MANUL). Des centaines de civils ont aussi été blessés. (ats/nxp)