logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Le tour du monde de la colère en vingt pays

Les gilets jaunes français ont manifesté ce week-end pour marquer la première année de leur mouvement. S'il y avait beaucoup moins de monde qu'en 2018, les participants sont toujours autant déterminés et le niveau de violence reste intense. Actuellement des émeutes de rue sont signalées dans une vingtaine de pays de par le monde.

Les gilets jaunes ont fait des émules dans un pays assez lointain, l'Irak, où la population est également dans les rues de Bagdad pour protester contre la corruption, le chômage et la pénurie chronique d’électricité et d’eau potable. Là, une centaine de personnes sont déjà décédées dans ces émeutes.

Des détonateurs presque anecdotiques

En Iran, c'est la hausse du prix de l'essence de 50 % qui met Téhéran en ébullition et a eu pour conséquence la censure d'internet par les autorités. En Equateur, c'est aussi un projet d'augmentation du prix de l'essence qui a lancé les manifestations.

A Santiago, au Chili, c'est l'augmentation du prix du ticket de métro de 4%, qui a provoqué un mouvement de contestation sanglant depuis trois semaines. Enfin au Liban, l'introduction d'une nouvelle taxe téléphonique a servi de détonateur à un mouvement qui s'est étendu de Beyrouth à tout le pays.

De la corruption à l'indépendance

En Colombie, en Algérie, au Soudan, en Egypte ou en Bulgarie, des mouvements sont nés pour contester le système en place et la corruption des oligarchies au pouvoir.

En Catalogne, c'est une autre lutte pour l'indépendance et la condamnation des leaders indépendantistes à de lourdes peines de prison, qui ont relancé les manifestations.

Enfin à Honk Kong, il s'agit de l'avenir d'une certaine démocratie à l'occidentale pour l'enclave britannique rétrocédée à la Chine. Elle bénéficie d'un régime spécial, théoriquement jusqu'en 2047.

E.F./Y.M.

Themes
ICO