Switzerland

Le retour des deux aventuriers du Machu Pichu

Partis le 1 er mars, Ludovic Tallenbach et Michel Prelevic ont pu rentrer en Suisse le 26 mars, une dizaine de jours après avoir été bloqués au Pérou dans leur voyage de retour du Machu Pichu. Jeudi, un avion de la compagnie Edelweiss, affrété par la Suisse, a rapatrié quelque 300 personnes de Lima à Zurich.

«Chez nous!»

«À dix heures, nous étions sur l'aéroport et à midi nous étions chez nous!» Ludovic Tallenbach se donne le temps de boire un bon café ce vendredi à Bienne. L'attente a été longue depuis le 17 mars. Ce jour-là, ils se sont retrouvés piégés à Lima, après que le Pérou ait décidé de fermer ses frontières et d'imposer des mesures de confinement drastiques.

Un ange gardien

Leur mésaventure, relatée par «LeMatin.ch», a suscité une importante mobilisation de soutien: «Nous avons pu entrer en contact avec un certain Patrick Müller, un Suisse qui vit à Madrid et qui a un appartement à Lima. Il a été d'une extraordinaire amabilité et nous a donné de précieux conseils. Pour nous, il a été un ange gardien tombé du ciel. Il était le premier. Ensuite nous avons reçu une vingtaine de propositions de gens de là-bas ou de Suisse.»

La cagnotte des collègues

À cette occasion, Ludovic Tallenbach a pu mesurer la solidarité helvétique: «C'est la 5ème Suisse, les quelque 700 000 Suisses qui vivent de part le monde, qui peut être un formidable réseau de solidarité dans une situation comme celle-ci.» Cette aide leur a permis de quitter le confinement de leur hôtel pour un logement plus spacieux. Mais la solidarité ne s'est pas arrêtée là: «Au travail, mes collègues de H&M à Neuchâtel ont fait une cagnotte. Ils ont recueilli quelque 800 francs et ma soeur, qui est caissière à la Migros, a trouvé le temps d'organiser toutes les formalités de virement...»

D'autres à rapatrier

Malgré tout, les jours passent dans l'attente et l'anxiété: «On savait qu'un avion était prévu, mais pas quand... C'est seulement mercredi soir à 20 heures, que l'on a reçu un mail disant qu'il partait le lendemain. Mais d'autres Suisses sont encore sur place, à Lima et dans le reste du pays. Nous étions en contact avec deux personnes à Cuzco. Si on ne les aide pas, elles peuvent rester des mois là-bas...»

«Comme des pestiférés»

Ludovic Tallenbach ne veut pas qu'on les oublie: «Les Occidentaux sont considérés maintenant comme des pestiférés. A Lima, on m'a refusé l'entrée dans certains magasins, on a refusé de me vendre du gel désinfectant, alors qu'on venait d'en donner à un Péruvien devant moi... Mais dans cette histoire, j'ai surtout appris sur la vie et la générosité des gens et c'est quelque chose que je veux rendre.»

Patriote

Il commence d'abord par remercier les autorités suisses, qui ont très bien réagi après une période de flottement au début de cette crise internationale: «Finalement, les Canadiens ou les Français n'ont pas encore été rapatriés», constate-t-il avec un brin de fierté patriotique.

Eric Felley

Football news:

Sofort wurde gesagt, Deutsch zu lernen. Für die Kommunikation auf Englisch-eine Geldstrafe. Interview des Russischen Kapitäns aus der zweiten Bundesliga
Napoli würde lieber Mittelfeldspieler Brügge Bonaventura Unterschreiben als Stürmer Lille Osimchen
Agent hakimi: ashrafs Ziel ist es, für Real Madrid zu spielen
PSG-Torhüter Bulka hat bei einem Verkehrsunfall in Polen einen Lamborghini zerschlagen. Zwei Menschen wurden verletzt
Nizza hat sich in den Kampf um Verteidiger Olympiakos Tsimikas eingeschaltet. Sie Interessieren sich für Loco
Lacazette lehnte Inters Angebot ab. Er könnte bei Atlético gegen Lemar eingetauscht werden
Ehemaliger Chef Scout CSKA: 99% der Arbeit des Pfadfinders ist verschwendet. Das ist spezifisch