logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Le récidiviste aux 80 victimes se dit désormais pédophile

«Ces jeunes sont des victimes. Mes victimes. Il y a eu des attouchements... C’est effrayant de voir la réalité en face, mais j’ai désormais pris conscience de ma maladie.» Les déclarations de R.T (75 ans), ce lundi devant le Tribunal cantonal fribourgeois, contrastent de manière saisissante avec celles faites en première instance. En février 2018, dans les semaines qui avaient précédé sa condamnation à 16 ans de prison pour traite d’êtres humains, le récidiviste était dans le déni, se définissant comme «asexué».

Désormais, l’ex-éducateur né à Sursee (LU) d’une mère gruérienne et d’un père alémanique reconnaît sa pédophilie. Il admet aussi avoir «occasionnellement» masturbé de nombreux garçons thaïs lors de sa vingtaine d’années passées dans la région de Pattaya. Et même d’avoir «rémunéré certains enfants» pour ses plus de 2500 photos pédopornographiques. Des clichés montrant quelque huitante mineurs dans des positions obscènes (certains n’avaient que 10 ans). Parfois entre deux frères ou cousins.

«Je leur disais ce qu’ils devaient faire. Voir les jeunes lors d’ébats sexuels, c’était une excitation de mes pulsions», a lâché R.T. Tout en admettant que c’est sur ses instructions qu’un Thaï a sodomisé l’un de ses amis.

Le «rôle rédempteur» de la justice

Des aveux de culpabilité inattendus, tant ces accusations étaient contestées l’an dernier. «Certes on nous dira que c’est tardif, pour les besoins de la cause, a plaidé l’un de ses deux avocats, Me David Aïoutz. Mais je n’y crois pas: c’est juste la première fois qu’il fait ce travail d'introspection.» Et de souligner le «rôle rédempteur» que peut avoir la justice pénale. En l’occurrence, en prononçant une réduction de peine par une requalification juridique des faits en actes d’ordre sexuel avec des enfants, «voire contrainte sexuelle», en plus de la pornographie non contestée.

«Ça n’est que tactique de défense!», rétorquera la procureure Yvonne Gendre. Le fait que le récidiviste ne conteste plus les indemnités de 40'000 à 50'000 francs demandées par chacune des trois victimes, qui ont déposé plainte, constituerait une prise de conscience toute relative: «Cette reconnaissance ne lui coûte pas un sou puisqu'il n’a pas un kopeck.»

Pour la représentante du Parquet, la Cour d’appel ne doit en aucun cas s’écarter de la traite d’êtres humains, qui avait fait du jugement de première instance un verdict inédit en Suisse en matière de tourisme sexuel à l'étranger. «L’accusé avait non seulement mis ces photos pédopornographiques à disposition d’un cercle de pédophiles, mais a également fourni des enfants: soit pour des séances de photos, soit pour tourner des vidéos, ou encore pour entretenir des rapports sexuels», a lancé la magistrate. Et d’estimer que «personne ne peut garantir que des photos de R.T. ne soient pas visionnées à l’heure qu’il est par un pédophile: elles se sont transmises mains sous la table...»

Risque de récidive «modéré à élevé»

Codéfenseur du septuagénaire, Me Baptiste Viredaz a exposé que la traite ne s’appliquerait que lorsque l’exploitation sexuelle tend à la réalisation d’un profit commercial. Ce qui ne serait pas le cas. «Pensez-vous réellement que l’on réalise plusieurs milliers de clichés de pornographie enfantine pour sa seule satisfaction personnelle?», arguera la procureure Gendre.

R.T. compte déjà deux condamnations prononcées en Suisse pour abus sexuels sur des mineurs, en 1980 et 1991. Son risque de récidive a été qualifié de «modéré à élevé» par l’expert-psychiatre. «Il y a des mesures à prendre pour que ça ne se reproduise plus, comme l’éloignement de tout jeune et continuer ma thérapie: je ne veux pas mourir en prison», a déclaré le septuagénaire. Verdict d’ici quelques semaines.

Themes
ICO