Switzerland

Le prix du courant va baisser pour les ménages

Entreprises au ralenti ou à l’arrêt, transports sporadiques, activités touristiques et événementielles annulées: quand un pays décélère, la consommation d’électricité fléchit également, en bonne logique. Selon l’Office fédéral de l’énergie, la demande a baissé de 10% à 30% en moyenne selon les régions. Même si elle est aussi imputable à d’autres facteurs, tel qu’un hiver plutôt doux par exemple – et venteux, ce qui a favorisé l’énergie éolienne –, les conséquences de la pandémie sont perceptibles et vont probablement s’accentuer dans les semaines à venir.

Le secteur de l’industrie représente 30% de la consommation à lui seul, et les transports 8% (selon les chiffres 2018). Les prestations et services consomment quant à eux 27% de la production, quand les ménages représentent la plus grosse part, avec 33%. «Selon toute probabilité, la consommation des ménages va légèrement augmenter», avance Valérie Bourdin, porte-parole de l’Association des entreprises électriques suisses (AES). Mais pas assez pour compenser. Les producteurs d’énergie font donc face à une surcapacité. «En raison d’une forte baisse de la demande dans les pays limitrophes, et de la chute des prix du CO2, les prix sur les marchés de gros de l’électricité ont fortement diminué depuis la mi-février», indique Christel Varone, porte-parole du groupe Alpiq.

De 34 à 17 euros le MWh

Les prix à long terme accusent une baisse de 17% en moyenne, mais ce sont ceux à court terme qui sont le plus durement impactés, avec une chute de près de 50%. Concrètement, le prix de gros du mégawattheure (MWh) fixé en mars pour le mois d’avril est de 34 euros (les échanges sont libellés dans la monnaie européenne), mais il sera probablement de quelque 17 euros par la suite. La dégringolade a déjà commencé: «À ce jour, il faut compter 22,30 euros pour un mégawattheure, selon la plateforme Epexspot, qui donne quotidiennement le prix sur le marché boursier», détaille Valérie Bourdin. «Il est encore trop tôt pour estimer l’impact de la situation économique actuelle sur les revenus d’Alpiq», signale par ailleurs Christel Varone.

Pour les privés en revanche, qu’il s’agisse des ménages ou des entreprises, il n’y aurait normalement pas de répercussion sur la facture, du moins pas avant l’année prochaine. En effet, le prix est fixé pour une année, ainsi que le stipule l’article 6 de la loi sur l’approvisionnement en électricité. «Cette disposition peut paraître rigide, mais elle est destinée à protéger le consommateur des fluctuations, y compris à la hausse», rappelle Stefan Meierhans, surveillant des prix. Sont concernés les ménages et les petites entreprises qui consomment moins de 100'000 kWh par an. Au-dessus, le libre choix de l’approvisionnement est laissé aux grosses entreprises.

Cette facture, qui se calcule en kilowattheures, «est en moyenne de 20,5 centimes le kWh, pour un ménage suisse typique ayant une consommation de 4500 kWh par année, indique Valérie Bourdin. Il y a des différences selon les communes: à Genève par exemple, «le tarif complet payé en 2020 est de 19,64 ct./kWh, contre 20,39 ct./kWh en 2019», précise Isabelle Dupont, porte-parole des Services industriels de Genève (SIG). Ce prix se compose pour environ 40% du tarif d’utilisation du réseau et pour environ 35% du tarif de l’énergie. Les différentes taxes représentent, quant à elles, un quart du prix.»

À titre d’exemple, précise le municipal lausannois Jean-Yves Pidoux, directeur des Services industriels de la ville, «notre fiche tarifaire se compose de 11,36 centimes le kilowattheure pour l’acheminement, 8,03 centimes pour l’énergie et 0,16 centime pour les services système, le reste relevant des taxes fédérales (2,3 ct.), cantonale (0,20 ct.) et communale (3,9 ct.)».

Pour les PME aussi

Les SIG sont, de leur côté, «en train d’étudier de possibles mesures à court terme sur les tarifs de l’électricité afin de soutenir la population et l’économie genevoises, indique Isabelle Dupont. Cela prend un peu de temps car cela nécessite la validation du conseil d’administration des SIG et du Conseil d’État.»

Lire aussi: Suivez la situation de la pandémie de Covid-19 en chiffres et en graphiques

Genève n’est pas la seule à se préoccuper de la question. La Commission fédérale de l’électricité (ElCom) a reçu «de nombreuses demandes de la part de Communes qui désirent faire un geste en baissant les tarifs pour les ménages et surtout pour les entreprises, qui ont demandé des allègements de la facture pour avril et mai», explique son directeur, Renato Tami. La loi sur l’approvisionnement en électricité est certes rigide, mais rien n’est perdu, assure-t-il: «Il reste une marge de manœuvre pour aménager une baisse pour l’approvisionnement de base, donc pour les PME et les ménages. Nous y travaillons actuellement et cela fera l’objet d’un point de la FAQ (ndlr: foire aux questions) qui sera en ligne la semaine prochaine.»

Football news:

Die Frau des ukrainischen Fußballspielers Morozyuk: Lügen, dass Männer polygam sind, und Frauen — Nein. Es ist eine Gesellschaft, die aufdrängt
Kilian Mbappe: mit PSG die Champions League zu Gewinnen, ist etwas besonderes. Persönliche Belohnungen werden ein Bonus sein
Lothar Matthäus: Flick ist ein bisschen wie Heynckes und Hitzfeld. Er kann mit den Sternen arbeiten
Präsident Rennes erwartet, dass Kamavinga im Sommer nicht gehen wird. Der BVB will Real kaufen
Agent Musacchio: Mateo ist glücklich in Mailand. Wir wollen ein neues Vertragsangebot
Sportler sind empört über den Tod des Afroamerikaners George Floyd
Valencia könnte Ferrán Torres durch den FC Porto Otavio ersetzen