Switzerland

Le peuple revotera sur le Centre de Congrès

Les citoyens montreusiens revoteront sur le Centre de Congrès le 17 mai. Le Conseil communal a finalement décidé de soumettre au référendum spontané le deuxième projet de refonte de l’édifice qu’il a adopté mercredi, par 82 oui, 3 non et 3 abstentions. Tous les partis unanimes recommandent, en outre, aux citoyens de l’accepter.

Estimé à 78 millions de francs, ce nouveau projet de sécurisation et de rénovation du 2m2c coûtera 10,5 millions de moins que la première mouture refusée par la population le 10 février 2019, lors d’une votation finalement annulée par le Conseil d’État, à la suite d’un problème d’acheminement du matériel de vote. «Les milieux du tourisme et de l’hôtellerie ont déploré avec véhémence le refus de la population, rappelle Michel Zulauf (PS). Ils en ont voulu à notre conseil et aux partis politiques d’être divisé sur la question. Nous devons dès lors réaliser un large front de consentement une sorte d’union sacrée.» Parmi les anciens opposants, Montreux Libre a aussi soutenu le projet, même si Emmanuel Gétaz a pointé du doigt «une subvention cantonale, pour l’heure largement insuffisante.»

Jauge du Stravinski abaissée

Fruit d’une large concertation effectuée par la Ville auprès des partis politiques et des comités impliqués lors de la campagne, ce projet est plus consensuel. Pour répondre aux diverses attentes, il s’agissait de trouver des pistes d’économie, de créer une salle pour les sociétés locales et de maintenir des surfaces techniques pour les organisateurs d’événements. Parmi les économies, le projet de restaurant ouvert à l’année sera remplacé par un simple foyer exploité par un traiteur externe. Et la jauge du parterre de l’Auditorium Stravinski abaissée de 3500 à 2000 personnes.

De plus, la rénovation de sanitaires sera abandonnée et le renouvellement d’équipements techniques différé. Ce deuxième projet prévoit par contre de maintenir la structure métallique qui porte la façade vitrée du bâtiment B ainsi que les ouvertures actuelles. Le principe «à chacun ses entrées» – subsistera. Car le principal besoin contemporain du centre demeure sa flexibilité, soit l’accueil simultané de plusieurs manifestations. Ce qui est problématique aujourd’hui.