Switzerland

Le Lausanne-Sport sombre à Aarau

«De là à dire que nous sommes inquiets, il y a encore une bonne marge.» Juste avant le déplacement à Aarau, le capitaine lausannois Kukuruzovic se voulait rassurant malgré la période trouble dans laquelle son équipe est plongée. Après la lourde défaite de ce vendredi soir (3-5), va-t-il changer son fusil d’épaule?

Avec cette nouvelle contreperformance, conjuguée à la victoire de Grasshopper à Vaduz au terme d’une spectaculaire remontée (2-3), les Bleu et Blanc ne comptent plus que cinq points d’avance sur leur dauphin. Pourtant, Lausanne a été en position de l’emporter. Ce déplacement s’annonçait délicat au vu de la forme affichée par les Lausannois depuis la reprise: aucun succès (trois nuls, une défaite) et une attaque grippée. Pour ne rien arranger, Giorgio Contini devait se passer de son meilleur buteur, Aldin Turkes, blessé, et Dan Ndoye, suspendu.

Dans le sillage d’un Zeqiri percutant, le LS réalisait une entame prometteuse. L’attaquant vaudois se procurait deux grosses occasions (2e, 5e) avant d’ouvrir le score dans la foulée, d’une tête à bout portant (9e). On pensait alors les doutes levés mais ceux-ci n’ont pas tardé à revenir. Sur l’un de ses premiers tirs, Aarau égalisait par l’intermédiaire de Balaj, auteur d’une belle frappe du gauche à ras de terre (25e). Les visiteurs parvenaient toutefois à reprendre l’avantage juste avant la pause, bien aidés par Ammeter. Le gardien argovien repoussait mal un tir de Schneuwly et envoyait le ballon dans ses propres filets (44e).

4 buts concédés en 17 minutes

Le LS faisait même le break dès le retour des vestiaires grâce à son capitaine Kukuruzovic, sur coup franc (47e). Suffisant pour se mettre à l’abri? Le sort en a décidé autrement et rappelé que Lausanne ne sortirait pas de sa mauvaise passe si facilement. Zverotic réduisait tout d’abord la marque de la tête sur corner (62e), avant que Balaj profite d’un cafouillage pour inscrire son deuxième but de la soirée (66e). Il fallait ensuite une superbe parade de Castella pour empêcher Aarau de prendre les devants (74e).

Ce n’était que partie remise: quelques minutes plus tard, Balaj y allait de son triplé (79e). Totalement perdu, Lausanne ne s’en concédait dans la foulée un cinquième but, signé Alounga (82e). Zeqiri apportait un léger espoir en toute fin de match (90e+1) mais il était trop tard. Les Vaudois enchaînent un cinquième match sans victoire et peuvent désormais être inquiets. Contrairement à eux, GC avance à vitesse grand V. La fin de saison va être longue du côté de la Pontaise.

Brice Cheneval

Aarau – Lausanne-Sport 5-4 (1-2)

Stade du Brügglifeld, 750 spectateurs. Arbitre: M. Cibelli.

Buts: 9e Zeqiri, 25e Balaj, 44e Schneuwly, 47e Kukuruzovic, 62e Zverotic, 66e Balaj, 79e Balaj, 82e Alounga, 90+1 Zeqiri.

Arau: Ammeter ; Mehidic, Zverotic (cap.), Affolter, Giger ; Balaj (84e Misic), Neumayr, Jäckle, Peralta (76e Gashi) ; M. Schneuwly (62e Alounga), Rrudhani. Entraîneur: Patrick Rahmen.

Lausanne-Sport: Castella ; Flo (77e Gétaz), Nanizayamo, Nganga, Boranijasevic ; Kukuruzovic (cap., 77e Barès), Geissmann ; Dominguez (69e Oliveira), C. Schneuwly (84e Puertas), Schmidt (69e Koura) ; Zeqiri. Entraîneur: Giorgio Contini.

Avertissements: 9e Dominguez, 33e Rrudhani, 46e Neumayr, 53e Jäckle, 54e Nanizayamo.

Notes: Aarau sans Schindelholz, Thaler, Thiesson (blessés) et Spadanuda (malade). Lausanne sans Loosli, Turkes (blessés) et Ndoye (suspendu).

Football news:

In Valencia wurde das Coronavirus bei zwei Menschen identifiziert
Und gestern wurde auch Fußball gespielt. Kopenhagens Keeper machte 13 Treffer, Lukaku erzielte im fallen, brunou zog Manchester United ins Halbfinale ein
Daniel Sturridge: ich War begeistert, als ich sah, wie die Spieler von Liverpool die Meisterschaft feierten
FC Southampton Hjbjerg hat sich vor dem Transfer zu Tottenham einen medizincheck unterzogen
Jürgen Klopp: Tsimikas passt perfekt in die Umkleidekabine von Liverpool
Hradecky über Bayer-Abgang: Sehr beleidigend. Wir werden versuchen, die Europa League in der nächsten Saison zu gewinnen
Barella über das 2:1 gegen Bayer: die Inter-Kritiker, die an unserem zusammenhalt gezweifelt haben