logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

Le Comptoir helvétique vise 120 000 visiteurs

«C’est un pari et je n’ai aucune idée si on le gagnera ou pas. Mais au moins on aura essayé!» Mardi matin à Beaulieu Lausanne, l’organisateur Richard Chassot a levé le voile avec son enthousiasme habituel sur une nouvelle manifestation: le Comptoir helvétique. Une version revisitée et condensée de feu le Comptoir Suisse, qui devrait se dérouler chaque année en alternance à Beaulieu Lausanne et au Forum Fribourg.

L'édito: Un coup de poker impossible à perdre

L’accent sera mis sur la Suisse, son folklore, ses traditions et ses produits du terroir. «À l’heure où tout le monde voyage de plus en plus souvent et facilement à l’autre bout du monde, nous avons envie de faire découvrir ou redécouvrir la Suisse aux Suisses», a expliqué David Chassot, frère et associé de Richard, qui fonctionnera comme directeur opérationnel de la foire.

Chaque édition devrait recevoir cinq hôtes d’honneur: un pays, un canton, un métier, un sport et un grand événement. Et chacune des dix journées de la foire aura son propre thème, du folklore suisse aux e-games et de la danse de salon aux tatouages, l’idée étant d’attirer successivement différentes «tribus».

Stands mélangés

L’organisateur annonce enfin la présence d’une ferme avec ses animaux, ainsi qu’un secteur dédié aux nouvelles technologies: réalités virtuelles et augmentées, hologrammes, etc. Malgré, en sus, le déroulement prévu du Comptoir helvétique du 13 au 22 septembre prochain dans les halles nord du Palais de Beaulieu, Richard Chassot assure vouloir se différencier du Comptoir Suisse: «Si les gens de MCH, avec toute leur expérience, n’ont pas réussi à le faire fonctionner, c’est que nous devons voir les choses différemment.» Son idée? Remettre la convivialité au centre de la manifestation, par exemple en supprimant les différents secteurs au profit d’un grand mélange de stands en tout genre.

«Avec 50 000 entrées, nous serons déjà très contents. Par contre, c’est vrai qu’à 20 000 on se dira que notre idée n’était pas si bonne et on laissera tomber!»

À ce propos, l’organisateur a déjà prévu d’opérer une sélection. «Les inscriptions pour les exposants sont officiellement ouvertes depuis aujourd’hui sur notre site internet, mais nous avons déjà enregistré une centaine de préinscriptions spontanées. Nous sommes ouverts à tout, car les vendeurs de lave-vitres qui ne fonctionnent jamais si bien à la maison ou de couteaux éplucheurs font aussi partie de l’esprit des foires. Mais nous tenons à assurer un équilibre entre les différents types de stands.»

Pari ambitieux

Le pari est d’autant plus ambitieux que les organisateurs annoncent vouloir attirer entre 80 000 et 120 000 visiteurs. À comparer aux 61 000 s’étant déplacés à Beaulieu l’automne passé pour vivre sans le savoir ce qui était la dernière édition du Comptoir Suisse. «Mais je ne fais pas une fixation sur ces chiffres, relativisait toutefois Richard Chassot lors de l’apéritif d’après conférence de presse. Avec 50 000 entrées, nous serons déjà très contents. Par contre, c’est vrai qu’à 20 000 on se dira que notre idée n’était pas si bonne et on laissera tomber!»

«Plus centré sur le terroir»

Invité à s’exprimer mardi matin lors de cette même présentation aux médias, le syndic de Lausanne, Grégoire Junod, n’a en tout cas pas caché son enthousiasme en souhaitant plein succès à ce Comptoir revisité. «Ce projet correspond assez bien à ce que nous avions imaginé l’automne passé au sein du groupe de réflexion créé avec le Canton et différentes associations pour esquisser les contours d’une nouvelle manifestation. Plus restreint et plus centré sur les produits du terroir, mais sans être exclusif, il maintient le lien ville-campagne et la flamme du Comptoir, qui avait perdu sa raison d’être sous son ancienne forme.»

Cerise sur le gâteau pour toutes ces collectivités et institutions soucieuses de voir une foire généraliste perdurer à Lausanne, Richard Chassot joue les porteurs de projet à titre privé, en faisant endosser tous les risques financiers à sa société Chassot Concept SA. L’organisateur du Tour de Romandie, de l’Elsa Bike ou du Mud Day se veut toutefois confiant: «Quand j’ai repris le Tour de Romandie, je succédais aussi à des Suisses allemands. Je crois qu’il y a quand même des différences dans nos façons de travailler et d’aborder les choses. S’ils avaient vraiment eu le Comptoir Suisse dans leurs gènes, ils auraient organisé cette 100e édition. À n’importe quel prix!»

«On ne pouvait pas laisser tomber le Comptoir»

Organisateur, entre autres, du Tour de Romandie et du salon Divinum, Richard Chassot s’est lancé le défi d’organiser le Comptoir helvétique comme à son habitude: par envie, par instinct et «pour voir ce que ça donne».

Pourquoi vous lancer dans ce défi risqué?
Par frustration personnelle. Ma maman étant née un 11 septembre, je suis souvent venu enfant au Comptoir Suisse fêter son anniversaire, puis ensuite dans les caves avec les copains. Le Comptoir, c’était un incontournable qu’on ne pouvait pas simplement laisser tomber comme ça. J’avais le sentiment que les précédents organisateurs n’étaient pas allés jusqu’au bout des réflexions. Et puis on ne pouvait quand même pas laisser des Bâlois décider pour nous (rires).

Pourquoi un nouveau nom?
Parce que ça aurait été un non-sens économique de racheter le nom Comptoir Suisse. Mais en baptisant notre manifestation «Comptoir helvétique 001», par le chiffre on fait un clin d’œil à la 100e édition qui aurait dû se dérouler cet automne.

Pourquoi les visiteurs qui ne se rendaient plus au Comptoir reviendraient-ils dans votre manifestation?
Pour plusieurs raisons: parce que beaucoup croyaient impossible la mort de la manifestation et cela a créé des regrets; parce qu’en ne l’organisant qu’une année sur deux au même endroit on va créer l’événement; et parce que les exposants vont jouer le jeu avec nous. Du moins, nous l’espérons.

www.comptoirhelvetique.ch (24 heures)
All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO