Switzerland

Lausanne dit surveiller les activités d’Alain Soral

La Ville de Lausanne garde un œil sur Alain Soral. C'est ce que répond la Municipalité au conseiller communal PLR Bertrand Picard, qui l’interpellait sur l’installation de l’extrémiste dans le quartier de la synagogue. Pour rappel, ce dernier est officiellement en résidence principale dans la capitale vaudoise depuis le 15 janvier 2020.

Bertrand Picard demandait aux autorités si elles étaient au courant de cet emménagement et quelles mesures elles entendaient prendre pour surveiller ses futures activités. La Municipalité confirme être au fait du dossier et indique qu’Alain Soral «fait usage des droits fondamentaux dont il dispose au même titre que toute autre personne résidant en Suisse».

Mais cette liberté d’établissement «s’est accompagnée logiquement, au vu de ses activités et écrits, d’une analyse des conséquences et risques, notamment sous l’angle de la sécurité publique», ajoute la Ville. L’intéressé risque la prison en France, après avoir été condamné pour négationnisme en avril 2019. La procédure fait toutefois l’objet d’un recours, qui sera examiné au printemps. La Municipalité affirme que «les propos et actions que pourrait tenir ou entreprendre M. Soral à Lausanne feront l’objet d’une attention particulière» et que «toute évolution de la situation contraire au cadre légal appellera l’intervention des autorités et de leurs services».

Une réponse qui satisfait pleinement Bertrand Picard. «C’est bien que le gouvernement y soit sensible. Il faut rester attentif pour qu’il n’y ait pas un foyer de racisme au centre-ville, appuie le conseiller. Nous devons aussi faire attention, à l’approche des élections communales, aux tenants d’une droite dure qui pourraient par mégarde se fourvoyer dans des idées qui lui sont chères. Sans compter qu’il ne doit pas se servir de la presse locale comme d’une plateforme xénophobe.»