Switzerland

La vie après le cancer: «Être ici est un grand bonheur, mais je sais le prix à payer»

Mario-Charles Pertusio, ancien chef de file du PDC vaudois, montre qu’il y a une vie après la maladie. Il a déposé sa candidature à la Municipalité d’Eysins.

Mario-Charles Pertusio, chez lui, témoigne de la réalité de la vie après la maladie.

Mario-Charles Pertusio, chez lui, témoigne de la réalité de la vie après la maladie.

Odile Meylan

Mario-Charles Pertusio n’est plus le même depuis ce jour de septembre 2014, quand un médecin lui annonce qu’il a un lymphome particulièrement agressif. Il reçoit à cet instant «un coup de poing d’une rare violence» et se rend compte immédiatement du changement. «D’une seconde à l’autre, on quitte la vie d’avant et on se retrouve jeté dans celle d’après», se souvient-il avec émotion.

Cette vie d’après, il entend désormais la partager pour lever le tabou de la maladie, mais aussi et surtout évoquer le retour à une certaine normalité lors de la phase de rémission. Pour cela, l’ancienne figure du PDC vaudois, candidat au Conseil d’État en 2002 et 2007, député influent et syndic d’Eysins durant neuf ans, mais aussi ancien présentateur de la grande scène de Paléo, a conservé deux qualités essentielles. Si les chimiothérapies ont «karchérisé» son corps et, par là, son système immunitaire, elles n’ont pas altéré son sens de l’humour corrosif et son verbe vif.

«Je veux montrer qu’on peut être utile après le combat mené contre la maladie.»

Mario-Charles Pertusio

Mario-Charles Pertusio, 61 ans, est aujourd’hui en rémission. «Être ici aujourd’hui est un grand bonheur, mais je sais le prix à payer.» Il en profite et vient de décider de revenir sur le devant de la scène politique en toute modestie. Il a déposé une liste, accompagné de deux complices, pour l’élection à la Municipalité de son village. «Il y a une certaine cohérence dans cette démarche, annonce-t-il. Cela permet de montrer qu’on peut encore être utile après le combat mené contre la maladie.» Il cite le chiffre de six malades sur dix qui n’arrivent pas à reprendre une activité normale lors de la phase de rémission. Lui-même a gardé des séquelles neurologiques qui l’ont fait renoncer à son emploi dans une entreprise pourtant bienveillante. «Le retour à la vie active n’est pas simple. Le monde du travail doit prendre en compte les difficultés et offrir des aménagements pour réintégrer cette population.»

Il faut reconnaître que les traitements subis pendant des mois, voire des années, sont extrêmement lourds. Mario-Charles Pertusio les évoque avec transparence. Les premières chimiothérapies en continu pendant cinq jours, la dernière sept fois plus puissante encore, avant l’autogreffe de cellules souches qui le sauver, puis son mois passé dans une bulle. «Affronter un cancer est un vrai combat, long et difficile. Mon caractère m’a permis de le surmonter.» Il se souvient comment il a dû tenir tête à un infirmier qui n’arrivait pas à le piquer et qui risquait de lui faire perdre les bénéfices d’une longue chimio. «Je n’avais pas de temps à perdre face à un lymphome qui progressait si vite.»

La grâce aux saveurs de lavande

Mais il a aussi des instants de grâce, comme cette infirmière d’un certain âge qui lui passe sur la nuque une serviette aux odeurs de lavande un soir de Nouvel-An, alors qu’il souffre dans son lit. Ou alors sur un plan plus drôle, quand Mario-Charles Pertusio déstabilise un homme d’affaires d’une cinquantaine d’années placé en oncologie par manque de place dans un autre service et qui passait son temps au téléphone en racontant son désarroi d’être entouré de cancéreux sur le point de mourir. L’ancien député, qui rêvait de faire du théâtre, lui raconte alors une histoire inventée de toutes pièces d’un ami venu pour la même intervention et qui avait été enterré quelques jours plus tôt. «Ma maladie m’a appris combien le temps est précieux. Je n’ai plus envie de passer du temps avec des personnes incommodantes. Je veux simplement passer des moments agréables avec des gens intéressants.»

Le hasard l’a d’ailleurs fait rencontrer ce genre de personnes. Il est entré en contact, dans un hall d’hôtel en France voisine, avec une sommité de la médecine française, François-Régis Bataille, professeur d’hématologie et ancien directeur de l’Institut de cancérologie de l’Ouest. Ensemble, ils se sont mis d’accord pour écrire un livre sur le cancer, sous la forme d’un échange d’expériences entre le soignant et le soigné. Communicatif de nature, Mario-Charles Pertusio ne l’est pas moins aujourd’hui. Il met cette qualité à profit pour apporter un message optimiste et porteur d’espoir pour les malades et ceux qui l’ont été.

Football news:

Fonseca über Europa League: Roma will so weit wie möglich gehen
Die Auslosung für das Achtelfinale der Europa League beginnt um 15:00 Uhr
die 15 wichtigsten Baek unseres Fußballs: Evseev fliegt in Skischuhen, Shirokov in einem langen Schnaps, Galizki auf dem Laufband findet Pereira
Oyarsabal erzielte erstmals keinen Elfmeter für Sociedad - im Spiel gegen Manchester United. Er hat 16 Tore von Real Sociedad erzielt, Miquel Oyarsabal hat im Rückspiel des 1/16-Finales der Europa League gegen Manchester United (0:0) keinen 11-Meter-Schuss abgegeben
Pioli über Mailand im Achtelfinale: Der Sieg in der Europa League gibt den Einzug in die Champions League
Wir haben in zwei Spielzeiten mit Schachtjor bereits 20 Europacup-Begegnungen absolviert und nur fünf Gegentreffer kassiert. Die anderen 15 sind Siege oder Unentschieden. Das deutet darauf hin, dass unsere Mannschaft bereit ist, mit jedem Gegner in jedem Stadion der Welt zu spielen
Moreno hat in den letzten 5 Spielen 6 Tore für Villarreal erzielt