Switzerland

La rédaction: Le non-statut des artistes, ce scandale oublié

Depuis toujours, le manque de considération des artistes est flagrant en Suisse. À moins que le Covid-19 ne vienne enfin changer la donne.

«Quatre mots sur un piano, mes rêves envolés…» Ces paroles, empruntées à la chanson française, résonnent comme un lointain fantasme. Les artistes nous font rêver, rire et pleurer. Ils sont notre sel, notre poivre, les épices de nos petites vies. On vibre à leurs sons, on frissonne à leurs mots, nos poils se hérissent à leurs interprétations. Ça, c’était avant. Aujourd’hui, le milieu culturel suisse est en miettes.

L’impression dominante (et alarmante!), c’est que l’État a trop longtemps agi comme si les artistes indépendants n’existaient pas. En pleine crise sanitaire, seraient-ils un luxe dont on pourrait se passer? Foutaise. Sans eux, notre culture s’évapore. Pire: elle fout le camp. Depuis le début de la pandémie, selon un sondage réalisé en Suisse romande par la task force, 45% des acteurs culturels ont bâché. Épuisés et sans le sou, pour continuer à vivre, ils ont abandonné leur passion pour dégoter un job alimentaire. Quel gâchis. Reviendront-ils un jour dans la lumière? Il y a fort à parier que c’est peine perdue.

«La Suisse n’a pas attendu le Covid-19 pour ne pas considérer ses artistes.»

La Suisse n’a pas attendu le Covid-19 pour ne pas considérer ses artistes. Dans ce pays qui se plaît à vanter sa culture riche, nos professionnels des arts n’ont toujours pas de statut. C’est la racine d’un problème systémique. Alors que ces dernières décennies la plupart des pays européens ont trouvé des solutions pour améliorer la sécurité sociale des artistes, la jolie Helvétie ne fait rien.

Les associations le scandent depuis des années: la majorité des créateurs – qui survivent de leur art — ont de faibles revenus, une prévoyance vieillesse lacunaire et passent trop souvent à travers les mailles du filet social. C’est particulièrement vrai dans les domaines des arts visuels, de l’écriture et de la composition musicale, où les artistes sont le plus souvent indépendants. Leurs revenus sont si faibles qu’ils n’atteignent pas le minimum pour pouvoir prétendre à l’assurance chômage.

L’univers culturel helvétique est inégalitaire, parfois à la limite de l’affront. Prenons un musicien: il peut être à la fois salarié, indépendant et free-lance. En période normale, bien malin l’employé d’État qui peut le placer dans une case administrative.

Plus aucun revenu

En cas de mauvais temps, on atteint le summum. Du jour au lendemain, de nombreux artistes se sont retrouvés sans cachetons, sans possibilité d’enseigner et de conserver leurs petits boulots. Et comme pour charger une barque déjà en train de couler, les disparités cantonales sont venues s’en mêler. Dans certains cantons, nos artistes ont déclaré forfait, les démarches étant trop compliquées pour obtenir une aide.

Il reste un espoir, porté par la violoncelliste Estelle Revaz. La battante Valaisanne est parvenue à rassembler des parlementaires fédéraux de tous bords. Pour que les indemnités soient débloquées rapidement, une «solution bétonnée» a été soumise au Conseil fédéral. À lui maintenant de jouer… la bonne partition. Au juste tempo.

Football news:

Die UEFA wird Real Madrid, City, Manchester United und die übrigen Gründer der Super League nicht aus den Halbfinals ausschließen Champions League und Europa League (ESPN)
Sky Sports Journalist: Einige manager der zerstrittenen Klubs glauben, dass sie reingelegt wurden. Sie fordern von den Führern Erklärungen
Maguire geriet in Konflikt mit Woodward wegen der Informationen über die Super League bei einem Treffen der Spieler mit der Führung von Manchester United
UEFA-Präsident-Englische Klubs: Meine Herren, Sie haben einen großen Fehler gemacht. Aber Sie haben Zeit, Ihre Meinung zu ändern
Ich werde keinen Vorteil aus der Super League bekommen-ich will nur den Fußball retten. Perez gab ein Programminterview (und fiel sofort auf eine Lüge)
Evertons Besitzer über den Einstieg in die Super League: Nie. Everton-Besitzer Farhad Moshiri hat erklärt, dass der Klub nicht beabsichtigt, in die europäische Superliga einzusteigen
UEFA-Präsident: Der Abstieg aus der Champions League ist kein sportlicher Rückschlag mehr, sondern ein Produktionsrisiko, das nicht alle akzeptieren wollen