Switzerland

La rédaction: «Le niqab est une insulte à l’islam»

Échanges avec des femmes d’origine musulmane établies en Suisse qui se battent dans l’ombre.

Elles sont musulmanes. Elles aiment leur pays d’origine. Elles aiment la Suisse, leur terre d’accueil, adhèrent à leur religion, prônent le multiculturalisme et ne font pas de politique. Ce dimanche 7 mars, elles voteront pour l’initiative «antiburqa». De toutes leurs forces. Pour la dignité des femmes du monde entier, par respect pour leur civilisation et pour faire barrage à l’islam radical.

Selon le dernier sondage Tamedia, le oui devrait passer la rampe, mais pas haut la main. Le Conseil fédéral, qui rejette le projet, estime que la question du voile intégral est marginale en Suisse. Vrai sur le nombre de femmes qui se dissimulent le visage. Faux sur le fond, rétorquent les principales concernées. «Qu’elles soient 10 ou 10’000, c’est ce que véhicule ce vêtement qui pose problème. On est en train d’ancrer dans la tête des jeunes filles que cet accoutrement est un précepte de l’islam, ce qui est totalement erroné.»

«Ma mère se retournerait dans sa tombe si elle savait que je n’ose pas parler ouvertement.»

«Le niqab et la burqa sont une insulte à l’islam», affirment ces croyantes, soudain paniquées par la teneur de leurs propres propos. «Si vous écrivez ça, on va se faire couper la tête.» Nous ne sommes ni à Kaboul ni à Riyad, mais en Suisse, en 2021. «Ma mère se retournerait dans sa tombe si elle savait que je n’ose pas parler ouvertement par crainte des représailles. J’ai peur», avoue l’une d’entre elles. Leurs propos resteront donc anonymes.

Un cadeau aux islamistes

Pour ces militantes de l’ombre, une interdiction en Suisse enverrait un signal très fort aux groupes religieux et aux familles qui préconisent ce type d’habillement. Elle apporterait aussi un soutien à toutes celles et ceux qui luttent contre cette forme de violence et d’extrémisme, tant chez nous que dans le monde arabo-musulman. Dans le cas contraire, «ce serait un cadeau aux islamistes», estiment-elles.

«Quand je vois une femme affublée d’un voile intégral, je vois un être en cage avec une laisse invisible. Il y a toujours un homme derrière.» Leur incompréhension face à certaines féministes qui ont pris position contre l’initiative au nom de la liberté de croyance est totale.

Pour ces musulmanes, aucune femme n’arbore le niqab volontairement. Si ce n’est pas l’entourage, ce sont des groupuscules islamistes qui s’imposent comme «conseillers spirituels» et font pression pour contrôler le corps des femmes. «Ils sont très habiles en matière de propagande et pour culpabiliser celles qui refuseraient de le porter, ce qui est extrêmement dangereux.»

Profond mal-être

Et les converties qui clament et fort que c’est leur choix? «Dans leur immense majorité, ce sont des individus qui se réfugient dans la religion pour masquer un profond mal-être. Ils ont une grande méconnaissance de notre culture et, malheureusement, ils nuisent à l’islam», tranchent-elles unanimement.

La Suisse rejoindra-t-elle les autres pays européens ayant interdit le port du voile intégral? «La Belgique et la France notamment ont compris le danger que représente l’islam radical. Ils ont payé le prix fort avec les attentats. Nous ne voulons pas que ça arrive ici.» Moi non plus.

Football news:

Die UEFA wird Real Madrid, City, Manchester United und die übrigen Gründer der Super League nicht aus den Halbfinals ausschließen Champions League und Europa League (ESPN)
Sky Sports Journalist: Einige manager der zerstrittenen Klubs glauben, dass sie reingelegt wurden. Sie fordern von den Führern Erklärungen
Maguire geriet in Konflikt mit Woodward wegen der Informationen über die Super League bei einem Treffen der Spieler mit der Führung von Manchester United
UEFA-Präsident-Englische Klubs: Meine Herren, Sie haben einen großen Fehler gemacht. Aber Sie haben Zeit, Ihre Meinung zu ändern
Ich werde keinen Vorteil aus der Super League bekommen-ich will nur den Fußball retten. Perez gab ein Programminterview (und fiel sofort auf eine Lüge)
Evertons Besitzer über den Einstieg in die Super League: Nie. Everton-Besitzer Farhad Moshiri hat erklärt, dass der Klub nicht beabsichtigt, in die europäische Superliga einzusteigen
UEFA-Präsident: Der Abstieg aus der Champions League ist kein sportlicher Rückschlag mehr, sondern ein Produktionsrisiko, das nicht alle akzeptieren wollen