Switzerland

La crise plombe les chiffres de la Loterie Romande

Crise du coronavirus oblige, les temps sont durs pour les jeux de loterie. Voilà plus de deux semaines que la Loterie Romande (LoRo) accuse une forte baisse de ses activités. «Nous avons subi un changement radical depuis le 16 mars, indique Jean-Luc Moner-Banet, directeur général de l’institution. Nous avons connu un premier effet très impactant, à savoir la fermeture de la moitié des revendeurs environ. Cela a baissé nos ventes de près de 40%.»

La situation empire de jour en jour. Alors que près de 1200 points de vente étaient encore ouverts après le 16 mars, ce chiffre baisse régulièrement. «Nous restons actifs aux côtés des personnes qui exploitent les kiosques, les magasins de stations-services et autres commerces qui peuvent rester fonctionnels. Mais beaucoup commencent à fermer car ils ont moins de clients. Nous y perdons encore», regrette Jean-Luc Moner-Banet.

Paris sportifs à la peine

L’annulation progressive de toutes les compétitions sportives a également eu un lourd impact. «Les paris sportifs sont en plein développement sur notre site internet. Or, il n’y a plus de compétitions et plus de courses de chevaux, regrette le directeur général de la Loterie Romande. Des événements sur lesquels nous comptions beaucoup, comme les Jeux olympiques et l’Euro de football, ont disparu. Nous prenons encore des paris sur ce qui reste, comme le Tour de France, mais nous nous attendons à devoir en rembourser une partie.» Les parieurs ne sont qu’une minorité à se rabattre sur les rares pays qui n’appliquent pas une interdiction du sport, comme la Biélorussie, l’Azerbaïdjan et la Suède.

Le pendant alémanique, Swisslos, explique connaître une situation similaire. «Il est clair que les jeux ont baissé depuis le début de la crise, rapporte le porte-parole Willy Mesmer, sans articuler de chiffre précis. Les gens restent plus à la maison. Bien que la participation via internet augmente effectivement, elle ne compense pas entièrement ce que nous perdons en jouant dans les points de vente.»

Le patron de la LoRo abonde dans son sens. «D’ordinaire, le digital représente 10% de nos activités. Nous enregistrons ces temps-ci environ un millier de nouveaux comptes par semaine. Nous avons en temps normal bien plus de ventes dans le monde réel. Nous sommes très loin de compenser la perte des points de vente.»

«Moins spontané»

Les Suisses restent très attachés à leur grille de Loto en papier ou à leur ticket à gratter, pourtant disponibles en ligne. «Il y a un côté moins spontané sur le web, analyse Jean-Luc Moner-Banet. On peut avoir l’idée de jouer en sortant du train ou en se baladant par exemple. L’inscription à nos services en ligne est bien plus contraignante.»

Les kiosques, bars et autres points de vente sont donc primordiaux pour la Loterie Romande. Cette dernière entend les soutenir activement. «Nous sommes conscients de la fragilité des commerces de proximité. Notre travail s’axe actuellement sur la reprise, rapporte le responsable. Il y a un challenge qui est réel car les points de vente devront survivre et auront besoin de notre soutien. Nous devrons être présents avec des mesures opérationnelles.»

Vers une forte demande

Comme dans de nombreuses entreprises, les employés de la LoRo connaissent un régime de télétravail dans leur écrasante majorité. La société n’a pas recours aux aides de l’État relatives au chômage partiel. Même si des salariés ont vu leur temps de travail diminuer, ils restent payés à 100%. «Nous maintenons les salaires, sans mobiliser les caisses de chômage, assure Jean-Luc Moner-Banet. Nous voulons supporter les coûts de cette crise, au vu de notre vocation d’aide.»

Une mission qui apparaît menacée étant donné la situation actuelle de l’institution. Les subventions qu’elle verse aux associations d’utilité publique risquent grandement d’être impactées par le manque à gagner de cette période de crise. Les dons versés en 2020 seront basés sur l’exercice 2019 et ne seront pas touchés. Mais ceux de l’an prochain font l’objet de toutes les attentions. «La pandémie tombe mal car nombre d’événements, culturels notamment, devaient commencer à cette époque et ont été annulés. Il y aura une demande très forte pour bénéficier de nos dons, craint le directeur général. Nous essayerons de lisser au mieux nos bénéfices et les subventions sur les deux années.»

Le président des Organes de répartition des bénéfices de la LoRo confirme: «Nous nous attendons à ce que les comptes de l’année 2020 soient péjorés, mais nous allons essayer de maintenir les prestations, garantit Jean-Paul Monney. Nous traiterons les demandes de renouvellement de subventions et les nouvelles avec bienveillance.»

Une assemblée générale doit se tenir en mai pour discuter de ces dons. Ceux-ci dépendront également des mesures de la Confédération pour soutenir la culture. Elles pourraient être annoncées ce vendredi à Berne.

Football news:

Wahnsinn in Frankfurt: die Eintracht traf 34 mal aufs Tor, verlor aber knapp (9 Minuten vor dem Abpfiff)
Real hat den Vertrag mit Casemiro bis 2023 verlängert. (Marca)^.Real Madrid habe den Vertrag mit Mittelfeldspieler Casemiro verlängert, behauptet Marca
Teddy Sheringham: Pogba muss gehen, damit Manchester United jemanden mit der richtigen Mentalität kauft
In Frankreich kamen 400 Fans zum illegalen Fußball. Nach dem Tor liefen Sie aufs Feld
Sulscher über Igalo: ich Hoffe, dass er den Einstieg beenden kann, vielleicht mit Manchester United die Trophäe gewinnen kann
Müller über Alfonso Davis: der Münchner Läufer Stiehlt dem Gegner ständig den Ball
Favre über 0:1 gegen Bayern: Borussia verdient ein Remis