Switzerland

La contraception: aussi une affaire d'hommes

Stérilet, pilule, implant ou préservatif. Quand il s’agit de citer les moyens de contraception à disposition, l’énumération s’arrête souvent là. Et force est de constater qu’il s’agit – presque – toujours d’une affaire de femmes.

Pourtant, du côté de ces messieurs, des options existent. Il y a la «traditionnelle» vasectomie, et sa variante chinoise sans scalpel. Mais aussi la méconnue contraception dite thermique, qui consiste à faire monter la température des testicules pour qu’ils arrêtent de produire des spermatozoïdes. Ça fonctionne, mais c’est contraignant. Et il y a des méthodes encore en phase de développement mais très prometteuses, comme cette découverte indienne qui pourrait révolutionner le domaine (lire ci-contre).

Ma vasectomie au Canada

Certaines de ces techniques de contraception masculine sont disponibles depuis longtemps, comme la vasectomie, qui consiste à fermer les canaux déférents pour empêcher les spermatozoïdes de participer à l’éjaculation. C’est de loin la manière la plus sûre d’éviter une grossesse non désirée, avec un taux d’échec (on parle d’indice de Pearl dans le domaine) frôlant le zéro.

En comparaison, la pilule est à près de 1% (quand la posologie est strictement observée) et le préservatif affiche un… 15%. Certes, la vasectomie est aujourd’hui encore à considérer comme une méthode définitive, et donc réservée à des personnes d’un certain âge, ou qui ont déjà eu des enfants. Reste que très peu d’hommes font le pas dans notre pays: 25 sont passés sur le billard du CHUV pour cette opération en 2015. Le chiffre a légèrement grimpé chaque année depuis, pour s’établir à 75 vasectomies en 2019, mais autant dire que cela reste confidentiel.

Surtout en comparaison du taux affiché dans les pays anglo-saxons, Canada en tête, où près de 20% de la population masculine fait ce choix. Et la peur du scalpel n’est pas une excuse: une intervention moins invasive et développée en Chine est aussi possible, sans avoir à faire le déplacement à Pékin.

Ma libido va bien, merci

Marc a choisi de se faire vasectomiser ainsi en 2012. «Ma femme supportait de moins en moins bien la pilule, et j’en ai parlé à un ami chirurgien qui m’a conseillé un médecin à Genève.» Huit ans plus tard, toujours heureux de son choix, Marc se rappelle fort bien de l’opération en elle-même, «vingt-cinq minutes, montre en main». Après une anesthésie – le moment le plus pénible selon ses dires –, le médecin «déchire» la peau des testicules au moyen d’une petite pince, donc sans scalpel et sans besoin de points de suture ensuite, et sort le canal déférent afin de lui faire un petit nœud, avant de procéder de la même manière sur l’autre canal. «Ça n’est pas douloureux, juste un peu gênant. Mais, surtout, il faut dire aux hommes que ça ne change rien! Quantité, érection, libido, tout fonctionne comme avant!»

Et surtout Marc – «comblé» avec trois enfants – évoque aussi le confort de savoir qu’un «accident» n’est plus possible. «Quelque part, quand on pense au fardeau que cela peut être pour une femme de prendre la pilule tous les jours, avec les hormones qui ne sont pas ce qu’il y a de mieux pour le corps, et le fait de subir une petite opération de vingt-cinq minutes et trois jours un peu désagréables, il n’y a pas photo. Ma femme souffrait, elle a arrêté, et j’ai fait ça, c’est très simple.»

La contraception, un devoir qui devrait donc être partagé. C’est évidemment le credo de la plupart des partisans de la contraception masculine. Mais le docteur Isabelle Navarria tient aussi à rappeler que l’homme a un intérêt propre à prendre en main sa contraception. «Ce n’est vraiment pas évident de convaincre un homme de la chose, de nos jours, dans notre pays. Mais il doit comprendre que, s’il ne veut pas être responsable d’un enfant non désiré, s’il ne veut pas d’un enfant «dans son dos», c’est aussi de sa responsabilité. Si une majorité des hommes de plus de 40 ans choisissaient leur contraception, cela changerait la donne.»

«Il faut dire aux hommes que ça ne change rien! Quantité, érection, libido, tout fonctionne comme avant!»

Marc, vasectomisé en 2012

Étonnamment, Isabelle Navarria n’est pas urologue… mais gynécologue. C’est à force d’être confrontée toute la journée à des femmes qui ne supportent pas leur contraception, qui sont en détresse, voire enceintes sans l’avoir voulu ni désiré, qu’elle s’est penchée plus à fond sur le sujet. «Vous savez, dans la plupart des congrès de gynécologie, il y a une petite session sur la contraception masculine. Mais on est souvent une petite dizaine de personnes présentes, sur les 400 invités.» Un intérêt limité pour le sujet, qui expliquerait le peu d’avancées faites ces dernières années?

«Oui, on est une dizaine d’années-lumière en retard par rapport aux pays anglo-saxons, mais des progrès ont été faits, notamment dans la contraception masculine hormonale. Mais il ne faut pas oublier qu’inhiber la production de spermatozoïdes, qui se régénèrent vingt-quatre heures sur vingt-quatre, c’est plus compliqué que de bloquer une seule ovulation par mois.» Elle n’hésite pas à parler d’une «inégalité biologique de départ» très nette, «qui vient s’ajouter à la mauvaise volonté de certains hommes».

La simple idée d’une intervention sur le scrotum vous horripile? Vous faites partie de ces hommes à qui le préservatif ôterait toute sensibilité? Rassurez-vous, la panoplie à disposition s’est élargie.

Il suffit ainsi de taper le mot boulocho (sic) sur un moteur de recherche pour découvrir l’univers fascinant de la contraception thermique. Un boulocho, c’est un genre de slip qui laisse passer la verge mais remonte les testicules, afin de les garder au chaud. Spermatogramme à l’appui, le port de ce genre d’attirail réduit drastiquement la production de spermatozoïdes. Petit hic: il faut le porter quinze heures par jour, tous les jours, durant un minimum de trois mois, pour être considéré comme temporairement stérile. Et autant de temps pour revenir en arrière. C’est contraignant, mais cela n’a pas empêché toute une communauté, masculine et plutôt militante, de se créer, vantant un indice de Pearl proche de 0,5%. «Apparemment, ça fonctionne, mais nous ne faisons pas la promotion de ces méthodes naturelles, qui restent folkloriques, précise Fabian Schoofs, spécialiste FMH en urologie aux Hôpitaux universitaires de Genève. Et je ne connais pas un seul de mes collègues qui la prescrit.»

Les seigneurs de l’anneau

Maxime Labrit a découvert cette méthode en 2016 quand, en couple, il cherchait une alternative naturelle à leur contraception. «On pouvait alors se fabriquer soi-même un de ces slips avec des tutos en ligne, ou alors passer par le CHU de Toulouse, qui le prescrit, mais avec des délais d’attente énormes. Bref, comme c’était compliqué, j’ai développé un anneau en silicone qui remplit les mêmes fonctions.»

Quatre ans plus tard, ce qui était un projet personnel est désormais commercialisé sur internet sous le nom d’andro-switch, et fabriqué de manière artisanale. «La contraception masculine reste un combat militant, il y a un vrai frein socioculturel, alors que cela devrait être un discours purement médical. Pour le coup, la réflexion est bloquée, un garçon ne peut pas sereinement réfléchir à sa contraception», déplore-t-il. Pour autant, cet infirmier a réussi à convaincre un millier d’hommes d’acheter son anneau. «Oui, j’ai un peu l’impression que le débat s’est ouvert, que le tabou est moindre. Les hommes sont davantage conscients que la contraception, ça se partage, mais il y a encore beaucoup de chemin à faire.»

Football news:

Laporte über die Wahl zum Präsidenten von Barça: Der Klub muss wieder glücklich und nachhaltig werden, hat sich Joan Laporte nach seiner Wahl zum Präsidenten des FC Barcelona geäußert. Der FC Barcelona muss wirtschaftlich wieder glücklich und nachhaltig werden. Vor uns stehen viele Ziele, und wir werden sie sicher erreichen. Dafür müssen wir alle zusammenarbeiten, wir haben eine wunderbare Familie
Liverpool gewann an der Anfield Road in 8 Liga-Spiele in Folge zum ersten mal seit 1952
Pioli über Mailand: Stolz, dass wir eine junge Mannschaft haben, aber Stabilität brauchen
Laporte wurde erneut Präsident von Barcelona. Mit ihm nahm der Klub 6 Trophäen im Jahr 2009
Mourinho über 4:1 mit Palas: Gute Woche. Wenn man in der letzten Minute der ersten Halbzeit fehlt, gibt es eine Tendenz, in die Umkleidekabine zu gehen und die zweite Halbzeit mit Bedauern über das verpasste Tor zu beginnen
Mit diesem Ergebnis stieg José Mourinho vom 8.Auf den 6. Platz in der Meisterschaft und überholte West Ham und Liverpool. Der FC Liverpool rutschte in der Tabelle auf den 8.Tabellenplatz ab. In 28 Spielen holten die Roten 43 Punkte. Nach verlorenen Punkten geht das Team von Jürgen Klopp auf Platz 9-sie können vor Aston Villa, erzielte 40 Punkte in 26 Spielen
Xavi gewann die 6. Trophäe in seiner Trainerkarriere. Sein Al-Sadd wurde der Champion von Katar