Switzerland

L’invité: «C’est qui cette pute?», voilà le débat virtuel

«C’est qui cette pute?» «Espèce de connasse», c’est avec ce type de commentaires intolérables du site 20min.ch que ma collègue Fabienne Fischer, nouvelle conseillère d’État, a pu compter le dimanche de son élection. Sexistes, injurieux et vulgaires, ils ne sont malheureusement en rien une exception de la soi-disant «voix populaire» qui prend place depuis quelques années sous les articles de presse.

Dans la même veine, la conseillère nationale Ada Marra avait déjà dénoncé les propos violents, et parfois menaçants, que subissent les élu·e·s, en particulier les femmes.

Les propos outranciers sont certes censés être filtrés et censurés, et les erreurs sont toujours possibles. Mais la question ne s’arrête pas aux abus qui relèvent souvent du pénal. Plus fondamentalement, on peut se poser la question de l’intérêt que poursuit une partie de la presse à adopter le modèle des réseaux sociaux avec la logique de «like» et de commentaires courts qui ne véhiculent, pour l’essentiel, que des ressentis d’une banalité stérile, d’une frustration palpable et d’une culture de dénigrement des institutions (dont la presse traditionnelle est elle-même victime, soit dit en passant). Et qui ouvre aussi la porte aux dérapages ici mentionnés.

Le groupe Tamedia, qui édite notamment tdg.ch, 20min.ch et 24heures.ch, est particulièrement à la pointe de ce type de plateforme et porte une responsabilité accrue du fait que les profils des intervenants sont bien souvent des pseudonymes, tandis que, en règle générale, sur les réseaux sociaux, on a affaire à des vrais patronymes.

Alors que les États-Unis «post-Trump» abordent enfin les effets des réseaux sociaux dans le processus de délitement de la qualité du débat politique que vivent les démocraties occidentales, je pense qu’on n’a pas encore pris toute la mesure de l’affaiblissement des libertés citoyennes lié à la place démesurée que prend la vindicte haineuse d’une minorité d’internautes (les trolls) qui, apparemment, n’a rien d’autre à faire de ses journées.

Car le déséquilibre est patent et, même dans une démocratie aussi solide que la nôtre, la dégradation du débat virtuel n’est pas sans conséquence sur le débat réel. Car le succès de l’outrance, mesuré en clicks et focalisation, appelle à encore plus d’outrance et cela finit par déteindre sur une partie des élu·e·s et sur certaines lignes éditoriales des médias.

Si la liberté d’expression ne doit pas être remise en cause, il faut rappeler que la liberté des uns doit être limitée par le droit des autres à trouver une liberté équivalente. Ainsi, demander à un automobiliste de restreindre sa liberté de circuler au feu rouge est intrinsèquement lié à la liberté de l’autre automobiliste de pouvoir rouler au feu vert. Et en matière de commentaires des articles de presse, force est de constater l’échec des éditeurs à créer les conditions d’un débat digne et fertile, respectueux des libertés. Est-ce, dès lors, le rôle de la presse de préserver des espaces de déversement de la frustration sociétale? Je ne le crois pas. Il est temps de renoncer à ce semblant d’agora pour se concentrer sur la raison d’être de la presse, la qualité de l’information.

Ainsi, les coûts financiers liés à l’entretien des plateformes de commentaires pourraient être utilement réaffectés à la création de postes de journalistes supplémentaires.

Football news:

Cantona über die Hall of Fame der APL: Alle anderen sind großartig, und ich bin außergewöhnlich! Ich würde mich wundern, wenn ich nicht gewählt worden wäre
Benzema wird bei der Euro 2020 in die französische Nationalmannschaft berufen. Er spielte nicht für das Team 6 Jahre (Le Parisien)
Cantona ist der 3. Spieler, der in die Hall of Fame der APL aufgenommen wurde. Die ersten beiden - Shearer und Henri
Walcott unterschrieb bei Southampton einen Vertrag bis 2023
Juventus Turin hat die neue Homepage ein Formular für die Saison 2021/22
Lobanovsky hat einen tödlichen Aufstieg erfunden. Kotzten fast alle. Wer nicht kotzte-ging in die Basis. Andrey Shevchenko schrieb eine Autobiographie
Klose kann Fortuna Düsseldorf leiten: Miroslav Klose kann als Cheftrainer des FC Bayern starten. Er könnte Fortuna Düsseldorf aus der zweiten Bundesliga führen, behauptet Express. Ihn will dort Direktor Klaus Allofs einladen, der früher bei Werder arbeitete, wo Klose spielte. Der Rekordweltmeister wird den FC Bayern in diesem Sommer gemeinsam mit Hans-Dieter Flick verlassen und sich selbstständig machen