logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Switzerland

L'agresseur d'une femme prend huit ans de prison

Un homme de 26 ans, qui avait harcelé cinq mois durant une femme puis l'avait agressée à coups de couteau une nuit de mars 2018 à son domicile de Vers (F), a écopé jeudi de huit ans de prison ferme à Nyon (VD). Ce mécano de formation a été condamné par le Tribunal criminel d'arrondissement de la Côte pour tentative de meurtre.

Afin d'éviter une récidive, cette peine a été assortie d'un traitement thérapeutique institutionnel. L'homme, qui résidait à Luins (VD) à l'époque des faits, avait longuement harcelé puis finalement agressé un soir de mars 2018 à son domicile français une femme de 38 ans dont il s'était épris.

«Le prévenu a minutieusement préparé son agression. Il a asséné au moins 19 coups avec une intention de tuer et pas seulement avec l'intention de défigurer sa victime comme il le prétend», a relevé le président du Tribunal. Celui-ci a aussi insisté sur la «violence et l'acharnement inouï démontré».

Ce mécanicien auto de formation, Jurassien d'origine, a aussi été reconnu coupable d'injure, contrainte, tentative de contrainte, dénonciation calomnieuse, dommage à la propriété et atteinte intentionnelle à l'état de sécurité d'un véhicule. Il est apparu impassible à l'énoncé de sa peine.

Responsabilité moyennement diminuée

Son acte a mis en lumière le fait qu'il souffrait de «schizophrénie hébéphrénique». Cela lui a permis de voir sa responsabilité moyennement diminuée.

«Sa maladie fait qu'il était conscient de ce qu'il vivait mais sans avoir les capacités d'évaluer ce que son comportement impliquait pour lui et pour les autres», avait en effet expliqué un expert psychiatrique à la barre lors du procès. A noter aussi que dans son enfance, le prévenu avait été abusé sexuellement par un adolescent.

La procureure Marlène Collaud avait requis à son encontre neuf années de prison fermes et la mise en place d'un traitement thérapeutique institutionnel.

Me Basile Casoni, l'avocat du prévenu, avait quant à lui plaidé pour une peine clémente de trois années maximum assortie d'un traitement ambulatoire. (ats/nxp)

Themes
ICO