Switzerland

«Je ne suis pas inquiet», assure Giorgio Contini

Leader a priori indétrônable il y a quinze jours encore, le Lausanne-Sport traverse une zone de turbulences depuis la reprise de la compétition. Avec trois maigres points grappillés en quatre sorties, il a vu son avance sur Grasshopper, son premier poursuivant, passer de quinze à huit unités. Une spirale négative qui n’enlève ni son sourire ni son sens de l’humour à Giorgio Contini. Alors qu’il vient de quitter le bureau de Souleymane Cissé, le tout nouveau directeur sportif de la Pontaise, le Zurichois plaisante sur le contenu de leur discussion. «Il m’a seulement demandé mon avis sur le profil que devrait avoir le nouvel entraîneur du LS…»

Même si les récents résultats du club vaudois sont loin de correspondre aux standards auxquels il avait habitué ses supporters et ses dirigeants cette saison, la position de Giorgio Contini reste encore solide. «Bien sûr que je sens une certaine pression sur moi, admet le technicien zurichois. Mais d’abord celle que je me mets moi-même. Parce que mon objectif a toujours été d’assurer cette promotion au plus vite. Dans cet ordre d’idées, je ne cache pas que je suis le premier déçu par nos résultats et ce que montre mon équipe depuis la reprise, mais je ne suis pas inquiet. Cela dit, je suis quand même un peu étonné des sifflets du public, mardi contre Stade-Lausanne-Ouchy. Après la très bonne saison que nous avons réussie jusqu’en mars et cette pause forcée, je m’attendais à un peu plus de tolérance de leur part. Dans ces moments difficiles, les joueurs ont plutôt besoin d’encouragements que de telles manifestations.»

Rester positifs

Cette réaction - peut-être un peu exagérée - des fidèles de la Pontaise lors du derby résume leurs craintes de voir le même invraisemblable retournement de situation qu’en 2011. Au détriment du LS, cette fois. «Avec ces huit longueurs d’avance, notre position est encore bonne, estime Giorgio Contini. Même si les résultats et notre jeu ne sont pas ceux que nous espérons, tout n’est pas non plus négatif. Aujourd’hui, notre principal problème, c’est que nous ne marquons pas. Et cela engendre un petit stress supplémentaire chez mes joueurs. Leur volonté de bien faire est toujours présente mais sans que leurs efforts ne soient récompensés. Et dans ce genre de situations, la seule chose à faire est de travailler plus fort encore. Et de rester positifs.»

Sans Turkes ni Ndoye

Pour rebondir, le calendrier vient au secours du LS. En huit jours, les Vaudois se frotteront à Aarau, Chiasso et Schaffhouse, les trois derniers du classement. De quoi inverser cette spirale négative. «Personnellement, je préfère me concentrer que sur cette première échéance argovienne, coupe Contini. Un duel qui s’annonce plus compliqué que certains l’imaginent peut-être. À domicile surtout, Aarau reste un adversaire redoutable.» D’autant plus que le LS se déplacera sans Turkes (blessé) ni Ndoye (suspendu), deux de ses principaux atouts offensifs. «Avec ces matches tous les trois jours, conclut le coach de la Pontaise, je me dois aussi de faire tourner mon effectif. Il n’est donc pas exclu que j’accorde un peu de repos à ceux qui ont beaucoup joué jusque-là, comme Monteiro et Boranijasevic.»

André Boschetti

Football news:

Juventus wollte Verteidiger Akyemé Unterschreiben, Barcelona lehnte ab
Lazio hat sich mit Mayoral geeinigt und bietet Real 15 Millionen Euro an
In Rumänien ein besonderer Meister: alles wurde in einem Spiel entschieden, dessen Format 3 Stunden vor dem Abpfiff gewählt wurde
Danny Rose: Letzte Woche wurde ich von der Polizei angehalten: ist Das ein gestohlenes Auto? Wo hast du Sie her?. Und das passiert regelmäßig
Barcelona weigerte sich, für 60 Millionen Euro Trinkau zu verkaufen, den Braga für 31 Millionen Beim Klub gekauft hatte
Chelsea kämpft mit Everton für die Region. Real ist bereit, es zu verkaufen
Espanyol bat La Liga, den Abflug abzusagen. Die Katalanen sind seit dem fünften Spieltag in der Abstiegszone