Switzerland

Il chasse les autographes depuis un demi-siècle

Une enveloppe lui est parvenue le jour même de notre appel téléphonique. «À l’intérieur se trouvait une photo dédicacée de la skieuse Fanny Smith, raconte une voix joyeuse qui ne laisse pas transparaître la moindre trace de lassitude. Pierre-André Hugentobler, 75 ans, plus d’un demi-siècle comme chasseur d’autographes, a la passion plus dévorante que jamais.

Thomas Lüthi, champion du monde 125 cm3 puis deux fois vice-champion du monde en Moto2

«J’ai l’impression d’avoir encore plus le feu sacré en vieillissant», se marre ce policier à la retraite d’Yverdon. Amoureux de la langue française, chaque matin il prend sa plume pour écrire. Que ce soit un mot d’encouragement à un jeune sportif ou une demande de paraphe à un athlète confirmé ne change finalement pas grand-chose à sa démarche. «Une lettre bien tournée garantit pour moitié une réponse et la politesse assure en général le reste», tient-il à préciser. Parfois, il doit s’armer de patience avant d’obtenir une signature. «Erika Hess m’a répondu quatorze ans plus tard, en s’excusant mille fois car ma lettre était tombée derrière un meuble», raconte hilare celui qui estime posséder environ 56'000 à 57'000 signatures de personnalités publiques du monde entier, dont un bon 80% est issu du domaine sportif. «Je crois bien détenir le record d’Europe, avance timidement le Vaudois. Un autre Suisse en comptabilise 200'000 mais il en a acheté une grande quantité.»

Les clés de la traque

Pierre-André Hugentobler a commencé son incroyable moisson à l’âge de 19 ans. «Je m’étais rendu à une réunion de cyclistes au vélodrome de Lausanne. J’ai pu discuter longuement avec plusieurs sportifs très abordables et obtenir de nombreuses signatures. Je n’ai jamais interrompu la collection entamée ce soir-là.» Passionné de sport, ancien junior d’Yverdon Sport, 450 courses pédestres à son actif et déjà 3000 kilomètres avalés à vélo en 2020, il trouve son véritable plaisir dans le contact avec les gens. «C’est souvent juste un échange de quelques phrases, mais je mets vraiment l’accent là-dessus.»

Lewis Hamilton, sextuple champion du monde de Formule 1.

Le matériel – «plusieurs feutres indélébiles fins et un support pour la signature» –, l’endroit adéquat, mais surtout le timing sont les clés de la traque du chasseur d’autographes. «Le jour de la compétition, les sportifs vont parfois signer, mais ce ne sera pas la même chose au niveau de l’échange», précise le spécialiste. Au fil des années, le Romand a élaboré des stratagèmes pour amasser les signatures et échanger quelques mots avec «les plus grands». Comme à Athletissima, dont il a manqué seulement deux des quarante-quatre éditions. Le mode opératoire, toujours le même, lui permet de collecter jusqu’à 250 signatures lors d’une chasse fructueuse: «J’arrive cinq jours avant à l’hôtel Mövenpick qui héberge les athlètes. J’ai ma table dans le lobby, où à force tout le personnel me connaît. Je reste de 7h à 21h sur place, sans bouger, pour ne rater personne», détaille-t-il. Sergueï Bubka, Carl Lewis, Armand Duplantis, mais aussi Edwin Moses, «un homme extraordinaire de gentillesse», remplissent notamment les 230 albums du Vaudois. Autant de livres qui renferment des rencontres très souvent furtives mais toujours uniques.

Rafael Nadal, vainqueur de 19 tournois du Grand Chelem.

«J’accompagne la signature avec des photos du sportif trouvées sur internet ou avec des articles de journaux. Je fais ça comme il faut», précise-t-il. Dans son appartement, plusieurs stars, notamment Usain Bolt et David Douillet, ont droit à leur photo dans des cadres qui tapissent les murs. «Ma femme? Elle me soutient et elle m’a même accompagné plusieurs fois lors de camps d’entraînement d’équipes de football, afin de m’aider dans ma collecte», sourit-il.

Le gros trait de Barthez

Pierre-André Hugentobler enchaîne les anecdotes qui accompagnent presque chacune de ses rencontres. Comme ce soir d’hiver où il a battu le pavé pendant quatre heures trente par -5 degrés à la Pontaise pour décrocher la signature de Pelé par exemple. «Peu importe l’attente lorsqu’il y a la satisfaction d’avoir l’opportunité d’échanger deux mots et d’obtenir la signature d’une légende comme Zidane», résume ce passionné, dont les rencontres se sont rarement mal déroulées. «Un jour, Fabien Barthez, en camp avec l’OM dans ma région, a tiré un gros trait de feutre en travers de l’album que je lui avais tendu, regrette-t-il. Aujourd’hui, les footballeurs débarquent en voiture dans le parking qui se trouve sous le stade. Ils se sont éloignés du public et on ne peut presque plus les aborder.»

Une signature manque

Le chasseur confie éprouver un grand respect et une certaine admiration pour les athlètes. «Cette collection me permet de vivre des moments privilégiés, résume-t-il sobrement. On ne pourra jamais m’enlever tous ces souvenirs.» Dans sa discipline favorite qu’est l’athlétisme, il estime toutefois qu’il manque une signature à son tableau de chasse: celle de l’ancienne perchiste russe Yelena Isinbayeva. «Je l’ai chaque fois loupée à Lausanne, avoue-t-il. Mais je ne perds pas espoir de décrocher sa signature un jour.» À l’heure où le selfie est roi, l’Yverdonnois est catégorique: «Rien ne remplacera jamais une belle signature».

Football news:

Es besteht eine Reale Chance, dass 50 bis 60 Vereine in Konkurs gehen. Der Besitzer von Huddersfield über die Auswirkungen der Pandemie
Valverde über das Spiel gegen Manchester City: wir Wollen so spielen, dass wir weiterkommen. Real ist bereit, alles dafür zu tun
Die große Auswahl von Roma: Cafu öffnet sich im Strafraum und wartet auf den Pass, aber stattdessen erzielen Totti und Batistuta Meisterwerke
Zabitzer hatte sich im April an einem Coronavirus erkrankt
In den 90er Jahren spielte der russische Klub in der finnischen Meisterschaft: die Spieler trugen Zigaretten, der Präsident ging auf das Feld. Es endete mit einem Ausfall
Flick über Holand: Er macht seine erste Saison, so früh ist er mit Lewandowski zu vergleichen
Felix hat sich im Training ein Bänderriss im Knie zugezogen. Es ist seine 3.Verletzung pro Saison bei Atlético