Switzerland

Football - Stop ou encore: et vous, que voteriez-vous?

Réunis ce matin en conclave au Stade de Suisse, à Berne, les 20 clubs composant la Swiss Football League devront prendre des décisions capitales. Sur fond de querelles juridiques, deux objets principaux seront soumis au vote.

Le premier concerne la reprise de la saison 2019-2020, à l’arrêt depuis la 23e journée et un championnat suspendu depuis 10 semaines: voulez-vous terminer ou non l’exercice en cours?

Le second objet de la votation concerne l’éventuel passage à 12 clubs en Super League et 8 en Challenge League dès la prochaine saison, un projet déposé par le LS. Avec là aussi une question basique: acceptez-vous la formule «12 + 8»?

Que va-t-il sortir des urnes? Une surprise – le refus de reprendre le championnat par exemple – est-elle possible? En attendant l’apparition d’une fumée noire (ou blanche) au-dessus du Stade de Suisse, «LeMatin.ch» s’est tourné vers plusieurs acteurs, anciens ou actuels, du football suisse. En leur demandant quel bulletin ils glisseraient dans l’urne s’ils étaient à la place des 20 représentants de la SFL.

Alexandre Rey, ex-joueur de Sion, Servette et Xamax

OUI «Il faut rejouer, surtout pour les joueurs. Je me mets à leur place. Rester aussi longtemps sans activité peut poser des problèmes. Plus l’on attend et plus ça deviendra compliqué. On a vu ce qui se passe en Bundesliga (ndlr: Alexandre Rey est consultant à MySports). Certains joueurs ne sont manifestement pas prêts, cela se ressent au niveau de leurs gestes ou de leurs contrôles. On a même vu des techniciens marcher sur le ballon! Après un match de Dortmund à huis clos n’est pas un match de Dortmund dans un stade plein. Mais peut-être doit-on s’habituer à cette nouvelle donne.»

OUI «Ça soulagerait surtout beaucoup de monde (rires). Pour avoir siégé au comité de la Ligue, je sais que la formule à 12 est difficile à imposer. On se concentrerait aussi sans doute encore davantage qu’aujourd’hui sur la Super League. Personne n’en parle mais je pense que la renégociation des droits TV va également s’inviter dans ce vote. Ma véritable crainte est liée à la Challenge League qui est déjà une sorte de mouroir. Avec huit équipes, qu’en resterait-il?»

Serge Duperret, directeur sportif d’Yverdon-Sport

OUI «Sportivement, c’est une obligation de rejouer. Avec les bonnes nouvelles en provenance du front du coronavirus, plus rien ne s’oppose à une reprise. Pour les joueurs, la pause a déjà été suffisamment longue. Ne pas jouer durant près six mois serait une catastrophe pour leur carrière…»

NON «Je serai partisan d’une Super League augmentée, mais en aucun cas d’une deuxième division limitée à huit clubs. Ce serait la mort assurée de la Challenge League. Pour moi, il y a lieu d’envisager une réforme complète du football suisse au sommet de la pyramide. A la base, je suis pour 14 clubs en Super League et deux groupes de 12 en Challenge League, avec le retour du semi-professionnalisme et l’intégration des équipes M21. Avec la crise économique, la Suisse n’arrivera plus à entretenir 20 clubs pro.»

Eric Pédat, ancien gardien du Servette FC

OUI «Même si je ne vois pas trop l’intérêt de matches à huis clos, je pense qu’il est important de rejouer, ne serait-ce que pour l’attribution du titre. Cela risque néanmoins de ressembler à du remplissage. Après un aussi long arrêt, ce serait comme une nouvelle saison. Si la formule à 12 l’emportait, cela aurait aussi l’immense avantage de supprimer le risque d’une relégation…»

OUI «Parce que je tiens compte du foot. Cela pourrait dynamiser le mouvement en créant de la place pour les jeunes. Et pourquoi ne pas en profiter pour revenir à un système de play-off? Pour pimenter la saison, on pourrait aussi plancher sur le projet d’une Coupe de la Ligue.»

Claude Gross, consultant Teleclub

OUI «Dès l’instant où le Conseil Fédéral a donné son feu vert, je ne vois pas pourquoi l’on ne rejouerait pas. Sauf que je ferais en sorte de boucler le troisième tour, et d’en rester ensuite là. Personne ne serait désavantagé, et l’équité sportive serait respectée. Tout se jouerait en quatre matches, soit largement le temps de terminer champion ou de se sauver. Quand un match est arrêté après 75 minutes, le score est validé. Cela donnerait aussi plus de temps pour réfléchir à la prochaine saison…»

NON «On a refusé le passage à 12 clubs en Super League au mois d’avril, pourquoi devrait-on l’accepter aujourd’hui? On peut encore rester à 10 + 10… Par contre, je serais favorable à une refonte complète de la formule, allant bien au-delà du vote de ce vendredi. Plutôt que de réduire la Challenge League à 8 clubs, je voterais pour son ouverture à 20 équipes, avec deux groupes.»

Propos recueillis par Nicolas Jacquier

Football news:

Roma ist Favorit im Kampf um Jovic. Real hat Angebote von Inter Mailand und Milan
Ruben diash flog nach Manchester, um den Wechsel zu City abzuschließen
Van Dykes Transfers sind der Schlüssel zum Sieg von Liverpool. Sie haben jeden Versuch des Arsenals getötet,
Tony Adams: Leno ist kein Top - 4-Torwart. Für mich war Martinez die erste Nummer
Federico Valverde: meine Aufgabe ist es, zu laufen, bis die Beine Weg sind
Leeds bot den Bayern 20 Millionen Euro für Cuisance. München (dpa)-Bayern-Mittelfeldspieler Mikael Cuisance kann seine Karriere in der Fußball-Bundesliga noch fortsetzen. Die Leeds - Gespräche mit dem Münchner Klub seien in die Endphase gegangen, sagt Journalist Christian Falk. Nach Informationen von Insider Fabrizio Romano hat Leeds die Bedingungen für einen persönlichen Vertrag mit dem 21-jährigen Franzosen vereinbart, das endgültige Angebot des FC Bayern soll 20 Millionen Euro Kosten
Pep hat in der defensive City bereits unter 480 Millionen ausgegeben und in der Woche den Vereinsrekord für die Ausgaben für den Verteidiger gebrochen, in Guardiolas Team eine weitere teure Verstärkung in der defensive. City unterschrieb für 68 Millionen Euro den 23 Jahre alten Innenverteidiger von Benfica, Ruben Diaz. Weitere 3,3 Millionen können die Portugiesen in Form von Boni für erfolgreiche Auftritte erhalten. Nicolas Otamendi, für den 32-jährigen Argentinier, zahlt der Portugiese 15 Millionen Euro