Switzerland

États-Unis: Les défis diplomatiques de Joe Biden

Chine, Iran, Russie: l’Amérique de Biden veut «guider le monde», mais fait face à des défis brûlants.

Joe Biden le 18 janvier 2021 à Wilmington.

Joe Biden le 18 janvier 2021 à Wilmington.

AFP

L’Amérique est de «retour» pour «guider le monde»: Joe Biden a promis de ramener la première puissance mondiale dans un concert des Nations boudé par Donald Trump, mais sera immédiatement confronté à des défis épineux face à la Chine, l’Iran ou la Russie.

«L’Amérique est plus forte quand elle collabore avec ses alliés», a plaidé ce week-end le président élu en nommant de nouveaux responsables du département d’État, appelés à «restaurer le leadership moral et mondial» des États-Unis.

Le démocrate qui entrera mercredi à la Maison-Blanche martèle ce message de rupture avec le président Trump, qui a malmené ses alliés, flirté avec des autocrates, cassé les conventions internationales et méprisé les cercles multilatéraux.

Pour cela, Joe Biden a choisi des diplomates chevronnés passés par l’ex-administration de Barack Obama, gage d’un retour à une politique étrangère plus classique. À leur tête, le futur secrétaire d’État Antony Blinken, un interventionniste qui devra composer avec une Amérique qui ne veut plus l’être. Samedi, il a dit vouloir refaire des États-Unis un «exemple» pour le reste du monde.

«Monde post-américain»

Les premières décisions du président Biden, comme le retour dès mercredi dans l’accord de Paris sur le climat, viseront à tourner la page. Mais l’ère Trump a abîmé l’image de l’Amérique. Et ses dernières semaines ont aggravé la situation, avec les coups de boutoir donnés par le milliardaire républicain aux institutions démocratiques à force de nier sa défaite, puis l’assaut bien réel mené par ses partisans contre le Capitole.

À tel point qu’un débat académique divise les experts américains. «Il faudra beaucoup de temps avant que nous puissions défendre de manière crédible l’État de droit» à l’étranger, a constaté l’ex-diplomate Richard Haass lors des violences au Congrès. Ce jour-là, le 6 janvier, a marqué selon lui le début d’un «monde post-américain, qui ne se caractérise plus par la primauté des États-Unis».

D’autres universitaires ont conseillé à Joe Biden de renoncer au «sommet des démocraties» qu’il a promis d’organiser la première année de son mandat, pour venir d’abord au chevet des institutions américaines.

Mais pour Thomas Wright, du cercle de réflexion Brookings Institution, «on aurait tort de conclure que notre humiliation actuelle signifie que les États-Unis n’auraient plus le droit de défendre la démocratie et les droits humains à travers le monde». «Réparer la démocratie chez nous n’est pas incompatible avec la défense de la démocratie ailleurs; les deux vont de pair», a-t-il argué dans la revue The Atlantic, soulignant que le trumpisme et ses avatars n’étaient pas un phénomène exclusivement américain.

Conjuguer fermeté et dialogue

Accaparé par les crises internes -- pandémie, marasme économique, injustices raciales --, le futur président n’aura de toute manière pas d’autre choix que de se confronter rapidement aux affaires du monde. Car plusieurs échéances pressantes l’attendent.

Washington et Moscou, son vieux rival, ont jusqu’au 5 février seulement pour prolonger un traité-clé de désarmement nucléaire, New Start. Les démocrates ont abondamment critiqué les atermoiements du gouvernement sortant sur ce dossier. Et l’administration Biden, déterminée à afficher une plus grande fermeté à l’égard de la Russie par rapport à l’ambivalence d’un Donald Trump désireux de se rapprocher avec le président russe Vladimir Poutine, devra donc trouver le moyen de négocier rapidement.

Encore plus explosif, peut-être, le dossier iranien. Joe Biden a promis de revenir dans l’accord international censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, signé en 2015 sous l’administration Obama dont il était vice-président, puis abandonné par Donald Trump. Il devra pour cela lever les sanctions que le président républicain et son secrétaire d’État Mike Pompeo ont durcies jusqu’au bout pour lui compliquer la tâche. Tout en s’assurant que l’Iran revienne à son tour dans les clous de ses restrictions nucléaires, dont il s’affranchit chaque jour un peu plus. Le démocrate devra aussi démontrer à une classe politique américaine sceptique qu’il saura faire preuve de fermeté face aux agissements de Téhéran au Moyen-Orient.

Même test, à une échelle mondiale cette fois, face à Pékin. «Les États-Unis doivent être fermes avec la Chine», martèle Joe Biden, dépeint comme «faible» par nombre de républicains. Cette fermeté tournera-t-elle à la nouvelle Guerre froide, que semblait promettre la ligne du faucon Pompeo, ou à une compétition stratégique claire mais plus apaisée, comme semblent le souhaiter les Européens? La réponse à cette question déterminera «le succès ou l’échec de la politique étrangère américaine», prédisait avant l’élection de novembre l’ex-diplomate Bill Burns -- nommé depuis à la tête de la CIA par Joe Biden.

AFP

Football news:

Federico Chiesa: Für Juventus ist jedes Spiel jetzt wie ein Finale: In der Serie A, in der Champions League und im Pokal
Juventus liegt hinter Mailand auf 1 Punkt, von Inter-auf 7. Mit 25 Spielen belegt das Team von Trainer Andrea Pirlo mit 52 Punkten den dritten Tabellenplatz. Die Turiner haben in dieser Minute 25 Spiele absolviert, ebenso wie der AC Mailand (53 Punkte) und Inter Mailand (59). AC Mailand spielt am Sonntag auswärts gegen Verona, Inter Mailand empfängt am Montag Atalanta Bergamo. Am 17. März gastiert Juventus in der 3.Runde gegen Napoli
Moriba erzielte für Barça in La Liga in 18 Jahren 46 Tage. Nur Messi, Fati, Pedri und Krkic haben das schon mal gemacht
Borussia-Trainer Terzic über das 2:4: Es begann toll, aber der Druck der Bayern war enorm
Morata 4 (3+1) Punkte in den letzten 2 Spielen
Löw wird im Mai entscheiden, ob Müller, Hummels und Boateng in die Nationalmannschaft berufen werden. Bundestrainer Joachim Löw hat bestätigt, dass er bereit ist, die Rückkehr von Borussia Dortmunds Verteidiger Mats Hummels und den Bayern-Spielern Thomas Müller und Jerome Boateng ins Nationalteam zu erwägen. Wie die Deutsche Welle berichtet, teilte Löw in der Sendung Sky Sport Deutschland mit, dass er im Mai eine Entscheidung treffen werde. Thomas Müller wiederum erklärte, er wolle für die Euro-Nationalmannschaft spielen und sei bereit, die Chance zu nutzen, wenn eine solche auftauche
In der 24. Minute erhielt Juve-Keeper Federico Chiesa einen vertikalen Pass, Verteidiger Francesco Acerbi machte einen Schuss, und der Ball flog im Strafraum von Wesley Hudt in den Strafraum von Lazio