Switzerland

Élever le niveau des Rues-Basses

Le commerce de détail est l’un des importants secteurs économiques qui est confronté à des défis d’une grande ampleur. Le premier est celui de la concurrence des sociétés de vente en ligne, grandes comme petites. Elle a contraint les commerçants à s’équiper, avec plus ou moins de bonheur. Les acteurs de la branche gagnent déjà un franc sur dix par le biais de ce canal. Et la tendance va certainement se renforcer.

Lire aussi: Remue-ménage dans les grands magasins genevois

Le second est la cherté du franc. À Genève, elle pèse lourd en raison de la concurrence des magasins français. La mise en service du Léman Express et de la ligne de tram 17 accentue le tourisme d’achat. Mais une parade existe: en rendant les Rues-Basses, mais aussi toutes les rues attenantes, encore plus vivantes, ludiques et conviviales, le secteur marchand genevois peut aussi attirer des clients de France voisine.

Afin qu’ils restent plusieurs heures au centre, il faut multiplier les animations, en particulier le samedi. Et pas uniquement à l’intérieur des magasins. Peu de nouveaux cafés ouvrent dans ces quartiers. La cherté des loyers les empêche souvent de survivre au-delà de trois ans. Pour que ces établissements perdurent, la solution réside souvent dans le versement d’un loyer abordable. Et la responsabilité en incombe dès lors aux propriétaires, encore trop nombreux à privilégier le rendement à court terme au détriment d’une vision plus durable. Les deux nouveaux hôtels qui ouvriront prochainement leurs portes dans cette zone vont heureusement drainer des touristes vers ces rues.

Les collectivités ou régies publiques, du Canton à la Ville de Genève, en passant par les Transports publics genevois, ont aussi leur rôle à jouer, en particulier dans le domaine des plantations et du mobilier urbain. Pour que Genève puisse espérer se débarrasser de son image de ville froide et chère.