Switzerland

Élection: Les Portugais appelés aux urnes pour choisir leur président

Tous les sondages prévoient la réélection de l’actuel chef de l’État, le conservateur modéré Marcelo Rebelo de Sousa, dès le premier tour.

Le taux de participation des 10,8 millions d’électeurs inscrits est l’autre enjeu majeur du scrutin, dans un pays soumis depuis dix jours à un deuxième confinement général.

Le taux de participation des 10,8 millions d’électeurs inscrits est l’autre enjeu majeur du scrutin, dans un pays soumis depuis dix jours à un deuxième confinement général.

AFP

Malgré le strict confinement sanitaire qui leur est imposé, les Portugais sont appelés dimanche à élire leur président, un scrutin qui devrait sceller la reconduction du candidat sortant, le conservateur modéré Marcelo Rebelo de Sousa.

Comme tous les sondages prévoient la réélection de l’actuel chef de l’État dès le premier tour, le suspense porte sur le score du candidat d’extrême droite André Ventura, qui pourrait créer la surprise en arrivant deuxième, devant l’ex-eurodéputée socialiste Ana Gomes.

Le taux de participation des 10,8 millions d’électeurs inscrits est l’autre enjeu majeur du scrutin, puisque les bureaux de vote ouvriront à 08h00 (09h00 en Suisse) dans un pays soumis depuis dix jours à un deuxième confinement général pour endiguer une explosion des cas de Covid-19.

Après les commerces et les restaurants, le gouvernement a dû se résoudre à fermer les écoles pendant quinze jours, alors que de nouveaux records quotidiens de contaminations et de décès ont encore été battus samedi, portant le bilan total depuis le début de la pandémie au-delà du seuil des 10’000 morts. Avec plus 80’000 contagions au cours de la semaine écoulée, le Portugal occupe le premier rang mondial en nombre de nouveaux cas par rapport à sa population, dépassé seulement par l’enclave britannique de Gibraltar, selon les données collectées par l’AFP auprès des autorités nationales.

Éviter un second tour

Dans son dernier discours de campagne, le président sortant a appelé les électeurs à voter pour lui afin d’éviter un second tour, prévu le 14 février, et ainsi «épargner aux Portugais le prolongement de l’élection pendant trois semaines cruciales» pour freiner l’épidémie.

«Il suffit d’une abstention de 70% pour rendre un second tour quasiment inévitable», s’est inquiété Marcelo Rebelo de Sousa, un ancien professeur de droit de 72 ans, devenu célèbre en tant que commentateur politique à la télévision. De fait, candidats et observateurs redoutent que le contexte sanitaire, venu s’ajouter à l’issue prévisible du scrutin, provoque une très faible mobilisation, qui risque à son tour de brouiller les prévisions des sondages.

Dans les dernières enquêtes, Marcelo Rebelo de Sousa était crédité d’au moins 58% des intentions de vote, contre près de 15% pour la socialiste Ana Gomes et un peu plus de 10% pour le populiste de droite André Ventura. Les quatre présidents qu’a connu le Portugal depuis l’avènement de la démocratie, en 1974, ont tous été réélus dès le premier tour pour un second mandat de cinq ans.

Progression du populisme

Resté très populaire depuis son élection, il y a cinq ans, l’actuel chef de l’État a cohabité sans accroc majeur avec les socialistes du Premier ministre Antonio Costa qui, pour s’éviter une défaite assurée, n’ont présenté aucune candidature.

Le chef du gouvernement a même refusé de soutenir Ana Gomes, une diplomate de carrière âgée de 66 ans, devenue une éminente militante anticorruption et qui s’est posée en rempart contre la montée de l’extrême droite. André Ventura, lui, a dit vouloir «écraser la gauche», qui compte trois des sept candidats, et espère ainsi confirmer la progression du populisme de droite dans un pays qui, jusqu’ici, faisait figure d’exception.

Avec un score de 1,3% et 70’000 voix aux législatives de 2019, ce juriste de 38 ans est devenu le député unique du parti antisystème «Chega» («ça suffit»), qu’il a lui-même fondé après avoir milité au sein de la principale formation de centre droit portugaise, comme le président sortant.

AFP

Football news:

Drei Barça-Spieler unter 19 Jahren erzielten in dieser Saison La Liga. Der 18-jährige katalanische Mittelfeldspieler Ilas Moriba, der in der zweiten Halbzeit ausgewechselt wurde, erzielte den Turnierrekord
Mbappé erzielte in den letzten 4 Spielen 7 Tore
Andrea Pirlo: Juventus begann 20 Minuten später zu spielen. Aber ich mochte die Reaktion der Mannschaft
Ronald Koeman: Bei Barça gibt es keine Ausreden, weil die Jugend spielt. So zu gewinnen ist noch schöner
Federico Chiesa: Für Juventus ist jedes Spiel jetzt wie ein Finale: In der Serie A, in der Champions League und im Pokal
Juventus liegt hinter Mailand auf 1 Punkt, von Inter-auf 7. Mit 25 Spielen belegt das Team von Trainer Andrea Pirlo mit 52 Punkten den dritten Tabellenplatz. Die Turiner haben in dieser Minute 25 Spiele absolviert, ebenso wie der AC Mailand (53 Punkte) und Inter Mailand (59). AC Mailand spielt am Sonntag auswärts gegen Verona, Inter Mailand empfängt am Montag Atalanta Bergamo. Am 17. März gastiert Juventus in der 3.Runde gegen Napoli
Moriba erzielte für Barça in La Liga in 18 Jahren 46 Tage. Nur Messi, Fati, Pedri und Krkic haben das schon mal gemacht