Switzerland

Éditorial: L’histoire s’en va avec les tuiles de Bardonnex

Passer au contenu principal

La fermeture programmée de la tuilerie est une perte sèche pour le patrimoine régional.

L’affaire semblait étonnamment bien partie. Pour assurer la survie de la tuilerie de Bardonnex, l’État assurait pour six millions de commandes à l’entreprise. En ajoutant celles, probables, du canton de Vaud, de la Ville de Genève où ces tuiles anciennes couvrent de nombreux bâtiments historiques, l’avenir semblait assuré. Mais mardi, le propriétaire a tiré la prise. Un plan social par ici, une production de remplacement assurée dans la région zurichoise et le tour est joué. Imbattable. Financièrement rationnel.

Lire aussi: Lutte finale pour la tuilerie de Bardonnex

Ou pas? Difficile à dire sans éplucher les comptes et les carnets de commandes. On se contentera de remarquer, sans en rajouter sur le romantisme de la vieille usine, que la logique économique paraît poussée très loin. Et surtout, à tort ou à raison, qu’elle anéantit quelque chose d’irremplaçable. Quoi? Oh, rien… Des techniques, des couleurs, le passé corporel et matériel.

Quand les constructions ne sont pas purement fonctionnelles, leurs matériaux les moins chers, elles manifestent l’union du savoir humain et de la matière têtue.

Bien sûr des tuiles, on en trouvera toujours. Vu de loin, qui dira la différence entre celles qui seront peintes à Zurich et celles de Bardonnex dont la couleur était naturelle? Et si on remplaçait les colonnes de marbre du Parthénon par des troncs peints couleur ivoire, qui le verrait à distance? Personne peut-être. Mais en même temps, il est des choses qu’on ressent.

Car évidemment les choses et les bâtiments parlent. Quand les constructions ne sont pas purement fonctionnelles, leurs matériaux les moins chers, elles manifestent l’union du savoir humain et de la matière têtue. Les plus réussies donnent alors à l’observateur un plaisir semblable à celui d’une conversation réussie. Mais pour cela, il faut une matière qui ait quelque chose à dire. Et c’est l’une d’elles que l’on s’apprête à perdre dans le canton.

Football news:

Barnes über die Super League: Es ist ein Sieg nicht der Fans, sondern derer, die sie ausbeuten werden. Der ehemalige Liverpool-Mittelfeldspieler John Barnes hat sich über den Abstieg der Klubs aus der europäischen Superliga geäußert
der 29-jährige Mason - der jüngste Trainer in der Geschichte der APL. Er wechselte Mourinho zu Tottenham
Holand verwandelte den Elfmeter im Spiel gegen Union nicht. Reus den Ball ins Tor Schloss
Der italienische Fußballverband wird Juve, Milan und Inter nicht für die Teilnahme an der Super League bestrafen
Parma erzielte Juventus mit einem Freistoß. Ronaldo stand in der Wand und sprang nicht
APL will die manager der Klubs der großen Sechs aus den Komitees der Liga wegen der Teilnahme an der Superliga entfernen
PSG-Präsident Al-Khelaifi ist zum Chef des europäischen Klubverbandes gewählt worden. Er wurde von Agnelli abgelöst