Switzerland
This article was added by the user Zoey Turner. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Droits des femmes réprimés: L’aile radicale des talibans dicte sa loi à Kaboul

Droits des femmes réprimésL’aile radicale des talibans dicte sa loi à Kaboul

L’obligation du port de la burqa à toutes les Afghanes montre que le clan Haqqani a imposé la ligne idéologique la plus dure, en dépit des pressions internationales.

Jean-Pierre Perrin

Publié aujourd’hui à 07h07
Depuis le 7 mai, le port du tchadri ou burqa est imposé aux Afghanes, avec des sanctions prévues pour les chefs de famille qui ne feraient pas respecter le nouveau règlement. Kaboul, 3 mai 2022. 

Depuis le 7 mai, le port du tchadri ou burqa est imposé aux Afghanes, avec des sanctions prévues pour les chefs de famille qui ne feraient pas respecter le nouveau règlement. Kaboul, 3 mai 2022. 

AP PHOTO/EBRAHIM NOROOZI

Invisible, le mollah Mohammad Baradar, qui, en sa qualité de numéro 2 du mouvement et d’ancien chef militaire, avait conduit les négociations de Doha (Qatar) avec les Américains et obtenu le retrait des forces étrangères d’Afghanistan à ses conditions. Introuvable, le maulawi Haibatullah Akhundzadeh, guide suprême des talibans, théologien et fils de théologien, avec une légitimité religieuse indiscutable, que personne n’a vu depuis plus de deux ans et dont on ne sait même pas s’il est à Kandahar, le cœur du pays pachtoune, ou au Pakistan. Inexistant, le gouvernement du nouvel «émirat islamique», dont on ignore s’il lui arrive de se réunir et s’il lui revient de gérer le pays.