Switzerland

Donner ses vœux avant d’être au plus mal contribuerait à soulager les Soins intensifs

Vous pouvez choisir à l’avance ce que les médecins feront ou ne feront pas au cas où, un jour, vous êtes incapable de décider vous-même. Voilà, en substance, le droit aux directives anticipées. Définies dans le Code civil depuis 2013, elles permettent aussi de désigner une personne chargée de parler au médecin sur les soins en cas de perte de discernement, ainsi que de décider au nom du patient.

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, l’objectif des autorités est de protéger le système de santé en évitant de saturer les hôpitaux et les soins intensifs. Le pire serait que les médecins doivent finir par choisir qui sauver et qui laisser mourir, faute de place. Un récent appel de la Société suisse de médecine intensive (SSMI) est passé un peu inaperçu. Pourtant, il vise aussi à éviter la saturation. «Afin d’alléger la charge des unités de soins intensifs pendant la pandémie Covid-19, il est important que toutes les personnes à risque réfléchissent à la question de savoir si elles souhaitent ou non bénéficier des mesures de prolongation de vie telles que la respiration artificielle en cas de maladie grave», disait la SSMI le 24 mars. Elle veut collaborer avec les acteurs de la santé pour «sensibiliser» les personnes à risque et «faciliter la rédaction des directives».

«Nous voulons éviter que des patients se retrouvent aux soins intensifs alors qu’ils ne le souhaitaient pas, explique le Vaudois Thierry Fumeaux, président de la SSMI. Beaucoup ne sont pas capables de s’exprimer quand il s’agit d’y entrer. Notre message est usuel, mais nous le rappelons dans le but de limiter le risque de surcharge, dans le contexte de la pandémie.»

«Manque d’empathie»

Médecin généraliste responsable d’EMS pour environ 160 résidents, Philippe Vuillemin est fâché. «Cela manque d’empathie, estime-t-il, lui qui siège au conseil d’éthique d’Héviva, l’Association vaudoise d'établissements médico-sociaux. Est-ce bien le moment de débarquer chez des patients pour leur dire qu’ils pourraient faire des directives anticipées, ou les revoir pour ceux qui en ont déjà? C’est une initiative offensive. Ce qui nous heurte, c’est la brusquerie, le ton caporaliste. Les résidents pourraient se braquer, s’angoisser.»

«Il ne s’agit nullement d’un appel à se sacrifier pour d’autres, souligne Thierry Fumeaux. Beaucoup de gens ont eu cette impression. Il y a eu de l’incompréhension.» La Croix-Rouge, elle, a actualisé sa page web sur les directives anticipées. «Certaines personnes pourraient penser que leur position initiale concernant un traitement aux soins intensifs (par exemple après une chute grave) diffère de leur volonté en cas d’infection sévère liée au Covid-19», écrit-elle.

Pression sur les proches

Pandémie ou pas, la promotion des directives anticipées réunit les blouses blanches. «S’il peut y avoir un bénéfice secondaire de la crise, ce serait qu’il y ait une plus grande prise de conscience sur les directives anticipées, notamment pour les mesures de soins intensifs. Ceux qui n’en ont pas fait font confiance aux médecins et aux proches pour les décisions, sans toujours réaliser la pression que cela peut engendrer pour leurs proches.» Philippe Vuillemin a défendu, comme député (PLR, Lausanne) au Grand Conseil, une popularisation des directives anticipées et leur respect. La cause progresse. «Pour que les directives anticipées soient utiles, il faut un dialogue avec le médecin traitant, qui peut informer le patient correctement sur les enjeux et conséquences des décisions pour l’avenir. Dans la rédaction des directives, il est primordial que le patient décrive précisément ce qu’il considère comme important dans sa vie», insiste Thierry Fumeaux.

Football news:

Es besteht eine Reale Chance, dass 50 bis 60 Vereine in Konkurs gehen. Der Besitzer von Huddersfield über die Auswirkungen der Pandemie
Valverde über das Spiel gegen Manchester City: wir Wollen so spielen, dass wir weiterkommen. Real ist bereit, alles dafür zu tun
Die große Auswahl von Roma: Cafu öffnet sich im Strafraum und wartet auf den Pass, aber stattdessen erzielen Totti und Batistuta Meisterwerke
Zabitzer hatte sich im April an einem Coronavirus erkrankt
In den 90er Jahren spielte der russische Klub in der finnischen Meisterschaft: die Spieler trugen Zigaretten, der Präsident ging auf das Feld. Es endete mit einem Ausfall
Flick über Holand: Er macht seine erste Saison, so früh ist er mit Lewandowski zu vergleichen
Felix hat sich im Training ein Bänderriss im Knie zugezogen. Es ist seine 3.Verletzung pro Saison bei Atlético