Switzerland

Des courriers anonymes créent le choc à Avenches

Qui est le corbeau qui veut semer la zizanie au sein de la Commune d’Avenches et de son personnel? Un employé ou une personne externe désirant ternir la réputation de la ville, sa sérénité de travail, notamment dans l’équipe des services extérieurs? Ces questions agitaient la cité romaine, jeudi, après que la presse a fait état de courriers anonymes parlant de malaise chez les employés communaux.

«La Municipalité ne va pas réagir dans la précipitation et sous la contrainte médiatique», a finalement communiqué l’Exécutif sur la question, en fin de journée, avant la séance du Conseil communal. En clair, si des analyses doivent être menées et des mesures prises, ce sera dans la sérénité. De même, l’Exécutif n’a pas encore arrêté son avis sur le dépôt d’une éventuelle plainte contre inconnu. Une démarche qui ne contribuerait pas forcément à l’apaisement prôné par l’administration.

«Nous souhaitons un climat de travail serein et la porte est toujours ouverte pour les employés, si besoin», ajoute le secrétaire municipal Éloi Fellay. Ce dernier est à la tête d’un service du personnel fort d’une petite cinquantaine de collaborateurs au total, pour 29,3 ETP. La Commune vient d’ailleurs de mettre au concours deux nouveaux postes de travail afin de remplacer deux collaborateurs des services extérieurs. Ces engagements n’ont rien à voir avec les deux missives anonymes, précise le secrétaire municipal.

«Délétère et despotique»

Ces deux courriers contiennent des mots durs à l’encontre de la Municipalité. Envoyé début février, le premier parle de «l’instabilité des humeurs de notre chef de service, son incompétence et l’inexistence d’un service des ressources humaines». Tout en invitant le municipal Loris Piccin à démissionner, la missive parle encore d’une organisation «délétère et despotique».

Ce courrier étant écrit au nom des collaborateurs de la Voirie, la syndique Roxanne Meyer Keller et son secrétaire ont questionné le service, avant de classer l’affaire. Mais une semaine plus tard, une lettre au nom de tout le personnel communal mettait en cause la syndique, critiquée pour avoir juste sermonné l’équipe et fustigé la manière sans se questionner sur les causes de ce prétendu malaise. «Vous n’êtes pas à l’écoute et nullement impliqué (sic)», peut-on encore lire dans ces courriers que «24 heures» a aussi reçus.

Aucun des employés que nous avons contactés mercredi n’a souhaité s’exprimer sur la question. L’un d’eux semblait même regretter l’ampleur prise par la démarche, avouant apprécier son travail. Contactée, la syndique Roxanne Meyer Keller nous a renvoyés au communiqué officiel de la Municipalité. Quant à son collègue PS à la Municipalité, Loris Piccin, il est en vacances.

Pas de malaise perceptible

Au sujet d’éventuels soucis rencontrés au sein du personnel avenchois, Éloi Fellay signale qu’«aucun élément des dernières lettres de démission ne les laisse transparaître». Les entretiens annuels du personnel de la Voirie n’ont pas laissé voir un malaise. Et une récente analyse des ressources humaines a montré que «le cadre de travail à Avenches correspond à ce que l’on peut attendre d’une commune de cette taille, même s’il existe toujours une marge de progression».

En soirée, l’information municipale au Conseil communal sur la problématique était légèrement plus détaillée. Président du législatif, Nathan Lüthi (UDC) a aussi reçu copie des envois anonymes. «En cas de réception d’un tel courrier, il est du ressort du bureau de décider de sa lecture ou pas. Comme cette lettre concerne la Municipalité, j’en ferai mention, mais ne vais pas la lire», explique l’élu.