Switzerland

Des chercheurs de Harvard prônent des tests «mauvais» mais rapides

Plusieurs experts de l’Université de Harvard aux États-Unis estiment que l’adoption de tests rapides à un dollar permettrait d’identifier davantage de cas de contamination au Covid-19.

Selon les chercheurs de Harvard, il faudrait s’affranchir du modèle actuel de tests moléculaires de haute précision (les tests PCR), trop lents et trop rares.

Selon les chercheurs de Harvard, il faudrait s’affranchir du modèle actuel de tests moléculaires de haute précision (les tests PCR), trop lents et trop rares.

KEYSTONE

L’adage selon lequel le mieux est l’ennemi du bien s’illustre tragiquement dans la stratégie inadéquate de dépistage du Covid-19 aux États-Unis, arguent des chercheurs qui prônent l’adoption de tests rapides à un dollar (environ 90 centimes), peu précis mais répétables plusieurs fois par semaine par toute la population.

Michael Mina, professeur d’épidémiologie à Harvard, milite depuis des semaines pour ce qu’il a appelé des tests de mauvaise qualité, «nuls» ou plus familièrement «merdiques» («crappy»). L’idée est de s’affranchir du modèle actuel de tests moléculaires de haute précision (les tests PCR), qui sont encore trop rares dans une large partie des États-Unis, pour lesquels les gens font souvent la queue des heures, et attendent des jours, voire une semaine, pour les résultats.

Il a proposé que l’agence américaine des médicaments (FDA) autorise la mise sur le marché de tests rapides, faits à la maison à partir d’une bandelette de papier qui changerait de couleur en un quart d’heure pour donner le résultat, comme un test de grossesse.

Plus de cas identifiés

Ces tests ont une sensibilité faible, c’est-à-dire qu’ils manquent beaucoup de cas positifs et donnent donc beaucoup de «faux négatifs», mais pour Michael Mina et d’autres experts, cette stratégie serait plus efficace en termes de santé publique puisqu’au niveau de la population, le nombre de cas identifiés serait plus grand qu’actuellement.

Ces tests rapides sont bons en moyenne pour détecter les personnes qui rejettent beaucoup de virus, c’est-à-dire quand elles sont très contagieuses, au tout début, tandis que les tests PCR sont très sensibles et détectent même de faibles concentrations de virus, ce qui arrive en fin de maladie, quand les gens ne sont plus guère contagieux.

«Nous sommes tellement attachés aux tests haut de gamme et chers que nous ne testons personne», a déploré Michael Mina récemment dans le podcast This Week in Virology. «Peut-être n’avons-nous besoin que d’un test nul. S’il n’est pas cher au point de pouvoir être utilisé fréquemment, alors il détectera peut-être 85% des gens contagieux, au lieu de moins de 5%».

«Pas si nuls»

Le directeur de l’institut de santé global de Harvard, Ashish Jha, est revenu à la charge lundi. «Ces tests ne sont pas si nuls», a-t-il dit à des journalistes. «Quand on est très contagieux, et qu’on a beaucoup de virus dans la gorge et ailleurs, le test s’améliore beaucoup». Or, «d’un point de vue épidémiologique, c’est exactement le moment où on veut détecter les gens».

Même si le test rapide manque la moitié des cas, il est probable qu’avec deux tests par semaine, il finira par les détecter.

Tous rappellent qu’en outre, le système actuel rate neuf cas sur dix, puisque relativement peu de personnes se font dépister, selon les estimations des Centres de lutte contre les maladies.

La FDA n’a encore autorisé aucun de ces tests à bandelette, qui coûteraient entre 1 et 5 dollars. «Je crains que notre gouvernement fédéral ne soit bloqué dans un schéma de pensée insensé pour cette pandémie», a regretté Ashish Jha.

AFP/NXP

Football news:

Chris Waddle: ich sehe Manchester City in dieser Saison nicht als Sieger
Die Deutsche Ausgabe von Bild berichtete, dass es im Training einen Konflikt zwischen den Bayern-Spielern Robert Lewandowski und Mikael Cuisance gegeben habe
Kevin-Prince Boateng hat einen Vertrag bei Monza Berlusconi bis zum Saisonende
Ex-Manchester-United-Spieler Rafael: Van Gaal ist einer der schlimmsten Menschen, mit denen ich gearbeitet habe. Der Ehemalige Verteidiger von Manchester United, Rafael da Silva, der jetzt für eastanbul spielt, erinnerte sich an die Zeit unter Louis Van Gaal und David Moyes im englischen Team
Rebic hat sich den Ellbogen ausgerenkt und kann zu Beginn der zweiten Halbzeit mehrere Milan-Spiele verpassen.Der Kroate fiel unglücklich, Verletzte sich am arm und wurde danach ausgewechselt. Wie der Journalist Gianluca Di Marzio berichtet, zeigte eine ärztliche Untersuchung beim Mittelfeldspieler eine Ellbogen-Verstauchung. Rebic dürfte die nächsten Spiele der Rossoneri verpassen. Der AC Mailand hatte zuvor einen weiteren Spieler der angriffsgruppe - Stürmer Zlatan Ibrahimovic, der sich mit dem Coronavirus angesteckt hatte-verpflichtet
Manchester United wird bis zur Schließung des transferfensters an einem Sancho-Wechsel arbeiten
Frank Lampard: Muss an die Kappe gehen. Ich werde nicht sagen, dass er das Letzte Spiel für Chelsea