Switzerland

Conférence des parlements des jeunes: «La jeunesse devient de plus en plus éveillée»

La 25e édition se tient à Nyon pour trois jours. Damien Richard, du comité directeur, fait le point sur les défis de la nouvelle génération.

Une pointe stressé, Damien Richard se réjouit que Nyon accueille la conférence anniversaire des parlements des jeunes de tout le pays.

Engagé

Une pointe stressé, Damien Richard se réjouit que Nyon accueille la conférence anniversaire des parlements des jeunes de tout le pays.

Florian Cella

«Par les jeunes pour les jeune. Forte de cette devise, la Fédération suisse des parlements des jeunes fête son quart de siècle à Nyon dès ce vendredi. L’occasion de carburer comme un incubateur d’idées visant à favoriser la participation de la nouvelle génération dans la vie civique. Interview de Damien Richard, enfant de Longirod et membre du comité directeur de la faîtière.

Avec cet anniversaire, que célèbre-t-on?

Les 25 ans, c’est une réussite et un grand développement. Alors qu’on voit la peine qu’il y a à recruter des jeunes, on est passé de 36 parlements de jeunes en 1995 à 83. Comme les outils de formation politique manquent, les jeunes peuvent y faire leurs armes, ce qui joue un rôle crucial pour la relève au sein du système de milice. Mais avec quelque 2200 communes et 26 cantons, il y a un potentiel énorme de progression.

Quel sera le thème dominant de cette conférence?

Ce sera la formation et la participation à la vie politique. Nous organisons des ateliers sur des sujets comme le travail médiatique, le réseautage, le travail international, etc. Il y a aussi un programme où les jeunes expriment leurs opinions sur des questions politiques.

L’enseignement scolaire a-t-il des lacunes à ce niveau?

De nombreux jeunes disent qu’ils aimeraient être mieux éduqués et informés sur les questions politiques. Chez les enseignants, on a deux freins: le manque d’outils et la crainte d’avoir les parents sur le dos. Il faut aller au-delà et faire confiance aux profs. Cela peut passer par des thèmes de société, des débats, des invités. Pour l’instant, c’est surtout amené par des plateformes extérieures: la FSPJ avec engage.ch et easyvote, ou le Centre vaudois d’aide à la jeunesse (CVAJ).

Comment susciter l’engagement?

Pour donner envie, il faut déjà offrir la possibilité de participer, en informant, fournissant des plateformes de débat… Or, aujourd’hui, rarement une décision est prise avec les jeunes. Est-ce qu’on demande aux jeunes ce qu’il faudrait changer dans l’enseignement? Au final, c’est toujours les adultes qui décident. Ils ne doivent pas être là comme jury mais comme soutien pour forger l’esprit d’initiative.

Au final, c’est toujours les adultes qui décident.

La source d’inspiration pourrait-elle venir de l’étranger?

Au Bénin, ils ont déjà un parlement des jeunesses national. En Suisse, la Fédération permet aux jeunes d’avoir une petite place au niveau national. Mais on n’est pas leur voix. Mettre en place un Conseil des jeunesses qui soit de droit public demande beaucoup de temps et d’argent. Aussi, le rapport de la commission onusienne sur les droits de l’enfant recommandait la création d’un tel organe. Mais cela a clairement été refusé par le Conseil fédéral qui a déclaré que ce n’était pas une priorité.

ça tombe donc bien que Guy Parmelin soit là pour lancer les festivités…

C’est l’occasion de le rendre attentif au fait que la formation et la participation des jeunes sont importantes. Cela créera certainement aussi un magnifique souvenir pour renforcer le lien avec l’engagement des jeunes.

Pourtant l’engouement de la Grève du climat et d’Extinctin Rebellion cristallise une certaine défiance vis-à-vis de la politique en place.

La jeunesse devient de plus en plus éveillée. C’est une bonne chose. Une question que je me pose en revanche c’est si ce rejet est dû à une vision idéalisée de la vie en société ou si c’est par méconnaissance du système politique, avec ses trois niveaux communal, cantonal et fédéral. Dans ce cas, cela ne s’applique pas qu’aux jeunes! On le voit bien avec certaines remarques faites à propos de la gestion du Covid-19.

Justement, quel sera l’impact de la pandémie sur la conférence?

On respecte strictement les mesures de la Confédération. On a dû diminuer le nombre de participants à une centaine, soit moins de la moitié.

Quelle sera l’empreinte de ce jubilé?

C’était important qu’il reste une trace physique. Donc on va planter, à Duillier, 25 arbres fruitiers (ndlr: à acquérir aux enchères dès 14h en cliquant ici). Pour garder cette analogie entre le fruit et l’engagement des jeunes.

Football news:

Bayer Leverkusen hat seinen Sohn Leo Cristiano genannt: das hat überhaupt nichts mit Fußball zu tun
Tuchel nach dem 2:2 gegen Bordeaux: ich Schütze immer die Spieler, aber hier lehne ich ab. Nicht halten Spiele, die diese Ebene
Ole-Gunnar sulscher: Jede meiner Entscheidungen ist zum Wohle von Manchester United gerichtet. Das wichtigste ist das Ergebnis: Trainer Ole-Gunnar sulscher hat die Frage nach seiner Zukunft im Verein beantwortet
Mourinho über Tottenham: wir haben keine Bedingungen wie bei einigen Klubs. Tottenham-Trainer José Mourinho hat sich vor dem Spiel am 10.Spieltag gegen den FC Chelsea über die finanziellen Möglichkeiten des Klubs geäußert
Asar erlitt in 16 Monaten bei Real die 8. Verletzung. Er hatte 12 Verletzungen in 7 Jahren in Chelsea
Frank Lampard: Abramovich ist ein Mann, der seine Ziele erreicht. Ohne ihn nicht zu erreichen
Marcelo hat sich wirklich an den Haaren gezogen. Klarer Elfmeter. Der Ex-Richter Итурральде Gonzalez über die strittigen Thema in der Partie zwischen Real Madrid